01/07/2011

Nouveaux rêves personnels.

qualité de vie.jpg

Longtemps, le rêve américain, qui met l’accent sur la promotion individuelle et le succès matériel, a été l’« étalon or » guidant une grande partie des habitants de la planète, a perdu de son hégémonie.

 

Les jeunes ont d’autres préoccupations : lutter contre le changement climatique, rétablir la santé de la biosphère, protéger les autres espèces, maintenir la sécurité de leurs communautés locales, garantir l’accès universel à la santé, assurer une éducation universelle de grande qualité à un prix abordable, avoir un mode de vie moins matérialiste, créer des communautés d’une riche diversité culturelle.

 

Aujourd’hui, le rêve de la qualité de la vie séduit la nouvelle génération.

10:32 Écrit par Charly Schwarz dans Amis - Amies, Culture, Développement durable, Général, Genève, Médias, Monde, Nature, Politique, Solidarité, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

30/06/2011

Cycliste ! A lire en urgence …

anti-manuel-du-cycliste-urbain.jpg

Chaque cycliste genevois doit lire "L'anti-manuel du cycliste urbain"

Cet anti-manuel du cycliste urbain est, précisément, un anti-manuel.

Ce qui signifie qu’il ne donne aucun conseil véritable, du moins aucun conseil à quiconque préfère éviter de se disputer avec la police, les conducteurs d’automobiles, les pilotes de deux-roues motorisés, les chauffeurs de bus, les chauffeurs de taxis, les piétons, les fabricants de selles, les fabricants de casques, les aménageurs de pistes cyclables, les futurs gestionnaires de Vélib’ et, surtout, les autres cyclistes...

Il n’en est pas moins l’expression sincère d’une façon de se comporter à vélo.

C’est certain, en matière de remise en cause de l’ordre établi, on a connu plus révolutionnaire : Danton, Lénine, Che Guevara, ne se reconnaîtraient guère dans cette rébellion-là.


«Anti-Manuel du Cycliste urbain» est en l’œuvre d’Hugues Serraf,

journaliste et ancien rédacteur en chef dans la presse automobile…

07:25 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Formation, Général, Genève, Médias, Résistance | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

10/06/2011

Qui utilise GeTag ?

getag.jpg

« GeTag est une application permettant de gérer des tags virtuels. Un tag virtuel est une sorte de Post-It numérique consultable et éditable depuis un dispositif mobile. Ces tags peuvent être consultés sur une carte, mais aussi en réalité augmentée, où ils apparaîtront en superposition à la vue de l'utilisateur »

C’est ce qu’indique  Michel Deriaz sur le site du projet.

Mais à ce jour seulement 30 tags ont été posté, et la saison touristique démarre...

Combien de fois le programme a été chargé ?

Combien de visiteurs par jour ?

Sur la page Facebook, le dernier message date du 15 septembre…

 Et dire que ce projet a été financé par de l’argent public, Ville de Genève et Office du Tourisme !!!

 

21:01 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Culture, Général, Genève, Loisirs, Médias, Musique, Sports, Techno, Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

13/05/2011

Qu’est-ce qui modifie le paysage?

paysage en suisse.jpg

Le paysage suisse est sous pression du fait de la croissance démographique, de l’augmentation des besoins en surface habitable, du développement des transports et d’une urbanisation pas toujours maîtrisée.

 

Le premier rapport de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) sur L’état du paysage en Suisse présente une synthèse des principales causes de la mutation du paysage, des pressions qui en résultent, de son état aujourd’hui, des impacts qui affectent les êtres humains et la nature ainsi que des mesures permettant de le protéger.

 

Les indicateurs appellent un certain nombre de conclusions concernant l’état du paysage et son évolution.

Du côté négatif, on assiste à une dépréciation de la qualité paysagère:

· suite au mitage et au morcellement du paysage ainsi qu’à l’imperméabilisation du sol;

· par disparition du ciel nocturne (il n’y aura bientôt plus aucun endroit obscur la nuit sur le Plateau Suisse);

· par la perte du paysage rural traditionnel, notamment en raison de l’uniformisation des surfaces agricoles et de l’embroussaillement des pâturages d’estivage.

 

Mais le paysage suisse connaît aussi quelques évolutions positives:

· ces vingt dernières années, les surfaces protégées n’ont cessé de croître, surtout grâce à l’entrée en vigueur de différents inventaires fédéraux;

· les mesures prises en faveur de la conservation du paysage commencent à porter leurs fruits;

· le suivi à long terme contribue à sensibiliser la population à l’importance d’un développement durable du paysage.

04:58 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Développement durable, Général, Nature, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

05/02/2011

Avons-nous la liberté d’avancer ?

L’universalité de la démocratie, au-delà des institutions et des lois qui l’encadrent, suppose la présence d’une mentalité démocratique. Elle s’appuie sur l’existence de plusieurs partis politiques, car sans le multipartisme, il n’y a pas de véritable démocratie.

 

La démocratie s’inscrit dans un contexte historique, culturel et économique donné, et doit s’adapter aux conditions locales. Elle suppose le respect des règles du jeu, notamment des règles électorales.

 

Offrant aux électeurs la possibilité de voter pour les candidats dont les idées sont les plus proches de leurs convictions, le multipartisme est l'un des fondements de la démocratie. Il s'oppose au monopartisme en place dans les régimes autoritaires et se distingue du bipartisme où seuls deux partis politiques sont, de par la Constitution, de par le mode de scrutin ou de fait, en mesure d'être représentés dans l'assemblée législative.

Le multipartisme permet une représentation plus équitable de l’ensemble des citoyens dans les assemblées. Il est l'une des principales caractéristiques de la liberté d'avancer ...

18:54 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Monde, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

21/12/2010

La laïcité n’est pas un principe négatif, hostile à toute religiosité

"Laïc" vient du grec "laos" qui désigne l'ensemble du peuple. Il s'agit en effet de réaliser l'unité du peuple au-delà des différences de croyances.

La laïcité concerne le principe d’unification des hommes au sein de l’Etat (conçu comme communauté politique). Elle suppose donc une distinction entre «privé» et «public», qu’il faut bien se garder de confondre avec «collectif», qui n’a pas la même signification d’universalité, de ce qui est commun à l’ensemble des hommes appartenant à une même communauté, mais qui désigne simplement l’agrégat de plusieurs intérêts privés, notamment religieux.

La laïcité, conquise à bien des égards contre les traits d’une culture marquée par la religion chrétienne, constitue une rupture avec la tradition occidentale à laquelle on la lie trop hâtivement (il ne faut pas oublier que la liberté de conscience a été condamnée par l’Eglise catholique jusqu’au début du XXe siècle).

Remarque d’importance au regard des argumentations développées par certains tenants de l’intégrisme islamique, qui réduisent la laïcité à un particularisme culturel, non transposable ailleurs.

Il convient ainsi d’éviter tout amalgame entre religion et cléricalisme (entendu ici au sens large d’immixtion des autorités religieuses dans la sphère politique).

11:41 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Histoire, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

15/12/2010

Gestion de la violence

Aujourd’hui, les acteurs sociaux se questionnent et expriment une réelle préoccupation sur la généralisation de phénomènes de violence.

Le fait de violence se cristallise toujours autour d’une atteinte plus ou moins directe à l’intégrité matérielle, physique ou psychique et comporte souvent une dimension de symptôme ou d’appel.

Les violences subies ou émises troublent la sécurité des usagers et atteignent le personnel en fragilisant l’identité professionnelle.

Les objectifs d’une formation adéquate devrait permettre aux acteurs sociaux de :

·        Comprendre et prévenir les phénomènes d’agressivité et de violence.

·        Mieux gérer les situations difficiles, porteuses de violence.

·        Faciliter l’accès à la parole et apprendre à utiliser les techniques d’apaisement et de désamorçage.

·        Et enfin, d’optimiser les outils institutionnels dans la prise en compte des violences.

Ainsi avec des agents sociaux formés à la gestion de la violence, les gendarmes auraient plus de temps à disposition pour remplir des tâches de maintien de l’ordre.

14:18 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Formation, Général, Genève, Politique, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

22/11/2010

Qu’est-ce qui modifie le paysage?

paysage en suisse.jpg

Le paysage suisse est sous pression du fait de la croissance démographique, de l’augmentation des besoins en surface habitable, du développement des transports et d’une urbanisation pas toujours maîtrisée.

 

Le premier rapport de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) sur L’état du paysage en Suisse présente une synthèse des principales causes de la mutation du paysage, des pressions qui en résultent, de son état aujourd’hui, des impacts qui affectent les êtres humains et la nature ainsi que des mesures permettant de le protéger.

 

Les indicateurs appellent un certain nombre de conclusions concernant l’état du paysage et son évolution.

Du côté négatif, on assiste à une dépréciation de la qualité paysagère:

·        suite au mitage et au morcellement du paysage ainsi qu’à l’imperméabilisation du sol;

·        par disparition du ciel nocturne (il n’y aura bientôt plus aucun endroit obscur la nuit sur le Plateau Suisse);

·        par la perte du paysage rural traditionnel, notamment en raison de l’uniformisation des surfaces agricoles et de l’embroussaillement des pâturages d’estivage.

 

Mais le paysage suisse connaît aussi quelques évolutions positives:

·        ces vingt dernières années, les surfaces protégées n’ont cessé de croître, surtout grâce à l’entrée en vigueur de différents inventaires fédéraux;

·        les mesures prises en faveur de la conservation du paysage commencent à porter leurs fruits;

·        le suivi à long terme contribue à sensibiliser la population à l’importance d’un développement durable du paysage.

12:47 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Développement durable, Général, Nature, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

10/11/2010

La Suisse évolue-t-elle vers une société durable?

Les réponses aux quatre questions ci-dessous permettent d’estimer si nous sommes sur la bonne voie:

 

·        quelle est notre qualité de vie aujourd’hui?

·        comment les ressources sont-elles réparties?

·        que laisserons-nous à nos enfants?

·        notre utilisation des ressources est-elle rationnelle?

 

Une brochure (à télécharger ici) montre où se situe la Suisse sur la voie du développement durable.

Elle apporte des éléments de réponse sous une forme condensée et aisément compréhensible à travers 17 indicateurs-clés pour mesurer les progrès.

17:43 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Développement durable, Economie, Général, Genève, Nature, Politique, Science, Solidarité, Suisse, Techno, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

22/10/2010

1,5 milliard de touristes en 2020 : la nécessité de passer au durable !

tpousirme vert.jpg

Le tourisme international représente 880 milliards de dollars, soit 12% du PIB mondial.

Mais ce poids lourd de l'économie est aussi l'un des moins bons élève en termes d'émission de gaz à effets de serre : transports aériens, hébergement, activités touristiques. Le secteur figure parmi les plus friands en énergie, face à la montée en flèche du nombre de touristes, le recours aux alternatives responsables est plus que jamais une nécessité. Car d’après l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), la planète comptera 1,5 milliard de touristes en 2020, soit presque trois fois plus qu’il y a 20 ans.

 

De quoi inciter l’industrie touristique à passer au durable. «Ecotourisme», «tourisme solidaire», «responsable» ou «durable», ce vocabulaire s’entend donc désormais chez beaucoup d’agences de voyages. La difficulté étant de s’y retrouver, tant cette offre est diverse. Car à l’heure de la compensation carbone, l’industrie du tourisme se doit de montrer l’exemple.

 

Le rapport «Changement climatique et tourisme: faire face aux défis mondiaux» stipule que l’industrie touristique est responsable de 4,9 % des émissions mondiales pour l’année 2005.

 

Bonnes vacances !

12:21 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Développement durable, Economie, Général, Genève, Loisirs, Médias, Monde, Nature, Politique, Suisse, Vaud, Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

19/10/2010

Dis, papa...c’est quoi les « cleantech » !

clennetch.jpg

Les cleantech correspondent à un mode de gestion respectueux des ressources qui s’inscrit par là même dans la durée. Elles regroupent les technologies, les processus de fabrication et les services qui contribuent à protéger et à préserver les ressources et les systèmes naturels.

 

Tous les maillons de la chaîne de création de valeur sont concernés, du domaine recherche et développement aux exportations en passant par la production de biens d’investissement.

 

Les cleantech portent notamment sur les domaines suivants :

 

·        Energies renouvelables, efficacité énergétique, stockage de l’énergie.

·        Matériaux renouvelables, utilisation efficace des ressources et des matériaux (gestion des déchets et recyclage compris).

·        Gestion durable de l’eau.

·        Mobilité durable.

·        Gestion durable de l’agriculture et de l’exploitation forestière.

·        Biotechnologie blanche, verte et jaune.

La biotechnologie blanche englobe les applications dans les domaines de la pharmacie, des bioplastiques et des biocarburants ; la biotechnologie verte, les applications dans les domaines de l’agriculture et de la production de denrées alimentaires (processus de fermentation, culture et génétique) ; la biotechnologie jaune, les applications dans le domaine environnemental (décontamination des sols).

·        Technique environnementale au sens strict du terme (y compris technique de mesure, assainissement des sites contaminés, technique des filtres, etc.)

 

Les cleantech ne sont pas une branche au sens traditionnel, mais possèdent un caractère transversal.

11:10 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Genève, Humour, Médias, Monde, Nature, Politique, Science, Suisse, Techno | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

14/10/2010

Nous sommes 35% à utiliser les sites de réseaux sociaux.

Les Européens sont de plus en plus «numérique», selon un sondage Eurobaromètre.

 

De plus en plus d'Européens sont abonnés à Internet haut débit et à la télévision numérique par des «paquets» à coûts fixes. L'augmentation du haut débit signifie qu'encore plus d'Européens sont en ligne avec 35% actuellement utilisant les sites de réseaux sociaux.

 

Toutefois, ils ont des préoccupations sur le coût, la qualité de service et de sécurité, ainsi que la liberté en ligne.

 

Les inquiétudes concernant la sécurité des données augmentent, et 84% des citoyens veulent être informés si leurs données personnelles ont été perdues, volées, ou altérées de quelque façon que ce soit.

 

Les inquiétudes concernant le mauvais usage des données sur les sites de réseaux sociaux semblent partagées : les répondants âgés de moins de 24 ans sont plus nombreux à ne pas être soucieux dans ce domaine, alors que ceux âgés de plus de 40 ans sont plus nombreux à être soucieux.

09:23 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Loisirs, Médias, Société - People, Suisse, Techno | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

30/09/2010

L’Etat est extérieur à la société. C’est une « Gesellschaft », une organisation à but singulier

Malheureusement, nous avons été conditionnés à considérer la prolifération des services étatiques comme le signe du progrès social et économique.

Plus l’Etat en procure aux citoyens, plus ils s’imaginent jouir d’un niveau de vie élevé. Cette perception est conforme au dogme selon lequel tous les bienfaits sont produits par l’homme, et attribuables au progrès économique.

Elle cadre aussi avec la croyance contemporaine dans la compétence et le savoir scientifiques et techniques, qui attribuent aux services de l’Etat une supériorité sur ceux de la famille et de la communauté.

Plus il délègue de prérogatives aux experts, moins l’individu agit en citoyen, plus il se comporte en client.

Il en va ainsi à peu près dans tous les secteurs d’activité et ce phénomène affecte tous les aspects de la politique sociale.

Simultanément, le citoyen ordinaire se voit empêché de remplir les fonctions les plus essentielles auxquelles son éducation l’a préparé, et qu’il doit assumer pour sauvegarder l’intégrité et la stabilité des familles, des communautés, des sociétés et des écosystèmes.

L’Etat est extérieur à la société. C’est une « Gesellschaft », une organisation à but singulier, presque exclusivement préoccupée par la défense de ses intérêts à court terme, et qui ignore invariablement les besoins réels de ceux qu’elle est censée gouverner.

06:41 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Développement durable, Economie, Général, Genève, Monde, Nature, Politique, Résistance, Solidarité, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

20/09/2010

Une nouvelle vie qui s’ouvre…

Les « baby-boomers », ceux que le marketing a baptisés « seniors », font l’objet de discours, de colloques et d’ouvrages, mais il apparaît rapidement qu’il est difficile de cerner cette nouvelle génération.

 

Les statistiques démographiques et économiques ou les études portant sur des questions plus qualitatives existent mais, faute d’une définition communément acceptée, elles portent sur des tranches d’âge différentes et permettent difficilement les comparaisons.

 

Les chercheurs comme les décideurs politiques se sont surtout intéressés au vieillissement de la population, au grand âge et aux enjeux en termes de protection sociale.

 

Les partenaires sociaux ont abordé les questions posées dans le monde du travail par le départ de cette génération mais très peu d’études ont exploré cette « nouvelle vie » qui s’ouvre au moment de la cessation d’activité professionnelle.

 

Les questions de logement, de déplacements et de maintien des services, de « bien vivre » tout simplement ne se posent pas qu’en termes financiers mais aussi en termes d’acceptation sociale et de cohabitation harmonieuse entre les générations.

 

Il existe déjà de multiples expériences souvent méconnues car nées de la volonté d’acteurs associatifs innovants.

 

Les seniors, grâce à leur disponibilité, y apportent une contribution essentielle.

 

Donner de la visibilité à leur action, l’inscrire dans une stratégie permettra de faire de cette nouvelle génération une chance et un atout pour la cité de demain…

10:48 Écrit par Charly Schwarz dans Associations, Culture, Général, Genève, Médias, Monde, Politique, Solidarité, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

14/09/2010

Comment expliquer le « Green business » au grand public ?

L'exercice n'est pas simple. Comment expliquer ce concept, qui peut paraître obscur au premier abord…

Pour les entreprises qui pâtissent parfois d'une image négative, la démarche est pourtant nécessaire, surtout sur fond de crise économique et environnementale.

Utiliser les bons mots, aborder les bons sujets… C'est effectivement un travail de pédagogie, il faut trouver les bons mots pour expliquer aux consommateurs en quoi ils sont concernés par les activités de l'entreprise.

Expliquer qu'il n'y a pas de contradiction entre développement économique et protection de l'environnement. Au contraire, le « Green business » combine les deux.

L'environnement a pris une place importante dans nos modes de gestion. On ne peut plus gérer une société suivant des critères uniquement économiques.

Aujourd’hui, le chef d’entreprise ne peut pas se désintéresser de l'écologie et du social.

Le  « Green business », c'est le développement durable appliqué à l'entreprise. C'est agir au sein de l'entreprise dans le respect de l'homme et de l'environnement, promouvoir l'employabilité locale, l'insertion par le travail, ou encore, participer financièrement à des projets d'utilité publique.

15:07 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Culture, Développement durable, Economie, Général, Genève, Médias, Monde, Politique, Science, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

30/08/2010

Démocratie et néolibéralisme sont-ils compatibles ?

La pensée néolibérale semble s’être aujourd’hui largement imposée. Bien que certains de ses partisans soient modérés.

Néanmoins, les limites et la teneur exacte du paradigme néolibéral, défini par les trois principes que sont la démocratie, les droits des individus et la limitation du pouvoir, font l’objet de contestations, en particulier sur le rôle qu’y joue la démocratie.

Le paradigme néolibéral, tel qu’il se réalise dans les démocraties et dans les sociétés libérales modernes, trahit notamment une coupure entre gouvernants et gouvernés, une perte d’esprit civique, le repli des individus sur la sphère privée, et la passivité qui en résulte dans les affaires communes sont autant de symptômes inquiétants pour la préservation de la vie politique démocratique.

15:28 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Histoire, Politique, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

27/08/2010

Rentrée scolaire : « Assurez les savoirs de base et revenez aux fondamentaux. Avant toute chose apprenez aux enfants, à lire, à écrire et à compter ».

rentrée scolaire.jpg

Pourquoi cette injonction simple ne produit-elle aucun effet sur les statistiques de l’échec scolaire ?

Avant de cultiver la différence. Il faut construire un fond commun qui rassemble.

Le secret d’un enseignement efficace avec les publics hétérogènes se trouve dans ce préalable, qu’il ne faut surtout pas escamoter. Si nous voulons que tous les élèves se sentent concernés par l’activité de la classe, enrichissons d’abord le terrain sur lequel nous voulons semer.

En ces périodes de crise, ne gaspillons pas l’argent public en poussant les professeurs vers des impasses qui pervertissent leur mission et les démoralisent.

Aidons-les à croire au rôle de la culture. C’est ainsi qu’ils retrouveront le plaisir de transmettre.

Cette idée, tout homme ou femme sensé ne peut que défendre et approuver.

12:36 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Formation, Général, Genève, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook

26/08/2010

Et si TOUT n’était qu’une question d’appartenance…

Traditionnellement, la dimension sociale de notre identité est assurée par l’appartenance à des groupes sociaux plus ou moins larges, dans lesquels notre généalogie nous a inscrits.

Le fait de se sentir bien, le fait de se sentir utile au groupe et solidaire des autres constituent des indicateurs d’appartenance d’une personne.

Plus un individu a un fort sentiment d’appartenance à un groupe, plus il a tendance à adopter des valeurs, des normes et des règles de conduite.

Les groupes d’appartenances sont variables culturellement et historiquement. Les grands groupes classiques de notre civilisation gréco-romaine : Famille / Patrie / Religion ont été remplacé chez  les nouvelles générations par Bande / Race / Musique.

08:02 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Histoire, Médias, Monde, Politique, Spiritualités, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

23/08/2010

De la question du désir en politique

La question du désir est centrale, si nous voulons réorienter nos modes de production, de consommation et de vie. Il ne faut pas seulement proposer une transition vers des sociétés plus sobres : il faut aussi que cette plus grande simplicité soit désirable, qu’elle s’accompagne d’une meilleure qualité de vie.

Il nous faut changer en profondeur nos systèmes de rétribution fondés sur la course à l’avoir et la possession. Ces systèmes s’appuient sur le paradigme de la rareté : gagner de l’argent, prendre le pouvoir, acquérir la gloire, cumuler les conquêtes …

C’est toujours le couple » rareté/possession » qui est au cœur du processus. Et le plaisir est lié à cette possession.

Organiser la rareté est un élément constitutif du paradigme de la possession. Lequel a aussi une conséquence : la peur. Peur de perdre ce pouvoir, cet argent, cette gloire si difficilement acquis.

Chacun peut trouver sa place sans opprimer l’autre. Chacun trouve un sens à sa vie, sans que ce sens en exclue d’autres, possibles, pour d’autres êtres humains.

Osons, une alternative à la peur ! Pourquoi ne serait-elle pas « politique » ?

12:44 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Monde, Politique, Solidarité, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

22/08/2010

Affronter une maladie chronique en pouvant faire du sport à l’hôpital serait un bienfait

L’hôpital a un rôle à jouer dans la promotion de la santé des enfants malades. Il doit aussi penser à la perception de la qualité des soins, à la satisfaction des usagers, qui est, on le sait, sous l’influence de facteurs presque inattendus.

On sait que le sport est générateur de bien-être. Il a des effets physiques, mais aussi des effets psychologiques, l’enfant se sent comme un enfant en bonne santé.

Une étude qui a débuté en 2008 permet de démontrer les bienfaits d’une activité physique sur mesure chez les enfants et les adolescents hospitalisés.

L’étude évalue :

Ø la qualité de vie liée à la santé, évaluée par le Child Health Questionnaire (CHQ) le premier et le dernier jour d’hospitalisation (destiné aux parents et enfants, adapté en fonction de l’âge) ;

Ø la satisfaction des soins évaluée par le Patients Judgment of Hospital Quality questionnaire, adressé à la famille 11 à 15 jours après l’hospitalisation.

L’hypothèse fut confirmée : un enfant ou un adolescent qui a pratiqué un sport durant son hospitalisation pouvait mieux surmonter sa maladie. Celui qui s’était occupé (et dont on s’était occupé) se sentait mieux, et il gardait un meilleur souvenir de son hospitalisation.

Cependant l’étude n’est pas close. Il reste encore à déceler si de telles activités physiques adaptées pourraient aussi améliorer le cours de la maladie elle-même.

On parle du sport en prévention des maladies chroniques, pourrait-on un jour l’envisager comme thérapeutique, dans le cas précis de ces enfants hospitalisés ? 

Sources :

Effect of adapted physical activity on health-related quality of life among hospitalized children and adolescents (2010).

10:03 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Formation, Général, Genève, Nature, Politique, Science, Sports, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook