22/08/2010

Affronter une maladie chronique en pouvant faire du sport à l’hôpital serait un bienfait

L’hôpital a un rôle à jouer dans la promotion de la santé des enfants malades. Il doit aussi penser à la perception de la qualité des soins, à la satisfaction des usagers, qui est, on le sait, sous l’influence de facteurs presque inattendus.

On sait que le sport est générateur de bien-être. Il a des effets physiques, mais aussi des effets psychologiques, l’enfant se sent comme un enfant en bonne santé.

Une étude qui a débuté en 2008 permet de démontrer les bienfaits d’une activité physique sur mesure chez les enfants et les adolescents hospitalisés.

L’étude évalue :

Ø la qualité de vie liée à la santé, évaluée par le Child Health Questionnaire (CHQ) le premier et le dernier jour d’hospitalisation (destiné aux parents et enfants, adapté en fonction de l’âge) ;

Ø la satisfaction des soins évaluée par le Patients Judgment of Hospital Quality questionnaire, adressé à la famille 11 à 15 jours après l’hospitalisation.

L’hypothèse fut confirmée : un enfant ou un adolescent qui a pratiqué un sport durant son hospitalisation pouvait mieux surmonter sa maladie. Celui qui s’était occupé (et dont on s’était occupé) se sentait mieux, et il gardait un meilleur souvenir de son hospitalisation.

Cependant l’étude n’est pas close. Il reste encore à déceler si de telles activités physiques adaptées pourraient aussi améliorer le cours de la maladie elle-même.

On parle du sport en prévention des maladies chroniques, pourrait-on un jour l’envisager comme thérapeutique, dans le cas précis de ces enfants hospitalisés ? 

Sources :

Effect of adapted physical activity on health-related quality of life among hospitalized children and adolescents (2010).

10:03 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Formation, Général, Genève, Nature, Politique, Science, Sports, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

21/08/2010

Israël-Palestine : « un contre un » !

Les problèmes fondamentaux ont été passés en revue dans l’édition No.81 du Foreign Affairs par deux commentateurs bien informés.

Ils relèvent, à juste titre, que les grandes lignes d’une solution sont bien comprises depuis un certain temps : la frontière internationale comme ligne de partage, avec des échanges de territoires sur la base du «un contre un ».

« Le chemin pour y parvenir, écrivent-ils, échappe à toutes les parties depuis le début », formulation certes exacte, mais trompeuse.

Ce chemin est bloqué depuis plus de 30 ans par les Etats-Unis, et Israël continue à le refuser, même à l’extrémité la plus pacifiste de la classe politique.

Au cours de ces dernières années, les perspectives de solution diplomatique se sont encore réduites. Israël a développé ses programmes de colonisation, toujours avec le soutien des Etats-Unis.

L’organisation israélienne de défense des droits de l’homme « B’Tselem » a fini par obtenir des cartes officielles indiquant les intentions territoriales d’Israël.

13:47 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Histoire, Médias, Monde, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

20/08/2010

Les juges doivent-ils être désignés "à vie" ?

Etre juge est un travail difficile, même dans les meilleures circonstances. Les juges ne sont pas complètement à l'abri de toute pression politique. Ils restent membres de leurs communautés, et pour cette raison, ils sont soumis à toutes sortes de pressions sociales.

C'est seulement parce que les juges n'auront pas à s'inquiéter de s'attirer les faveurs politiques qu'ils auront une chance de réaliser l'un des rôles les plus importants de la magistrature ; nous protéger contre « tyrannie de la majorité ».

Je suis convaincu qu'il est temps de commencer un débat sur l'emploi à vie des juges.

Sans aucun doute l'emploi à vie vise un objectif extrêmement important: être à l’abri de la pression politique qui vient avec la reddition de comptes périodiques (4/6 ans) à un parti politique.

Donc la vraie question est de savoir si l'emploi à vie est essentiel à l'indépendance de la justice, et la réponse pourrait bien être oui.

De plus, je suis convaincu que les avantages de cette idée l'emportent sur les inconvénients.

 

16:09 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

19/08/2010

Ecole et religion : quel rôle pour l’école ?

Le plus important est de définir le rôle de l’école. Et le premier rôle de l’école est d’instruire et non d’éduquer. Le rôle de l’école n’est pas de développer les aspects relevant des croyances qui sont du domaine de la sphère privée et intime de l’élève, ce rôle est dévolu à la famille.

 

Mais l’enseignement de l’histoire des religions est un domaine de la connaissance et l’enseigner dans les écoles n’a rien, en principe, d’anti-laïc. Cependant, cet enseignement ne doit pas toucher à la morale ou même à l’éthique.

 

En effet, il serait dangereux de relier l’histoire des religions à ces domaines dans son enseignement.

 

Les cours donnés doivent s’en tenir aux faits historiques et ne pas développer les aspects relevant des croyances. Apprendre à distinguer les religions dites primitives ou animistes, les religions orientales, les religions monothéistes issues de la Bible, etc.

 

Etudier et mieux connaître les religions développent également le sens critique et la capacité de comprendre l’autre dans ses différences mais également dans ses similitudes.

 

La connaissance de l’histoire des religions est aussi une protection contre des erreurs dont l’ignorance est souvent la principale responsable.

 

Pour comprendre l’histoire des sociétés et de la culture (peinture, littérature, musique), il faut aussi connaître l’histoire des religions car ces deux domaines sont la plupart du temps indissociables.

 

Genève est un canton laïc. Nos autorités cantonales doivent donc plus qu’ailleurs être attentives à respecter le mandat de la République, et, ce n’est finalement pas la responsabilité du contribuable de financer des écoles religieuses.

14:08 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Formation, Général, Genève, Histoire, Monde, Spiritualités, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

16/08/2010

Le sport peut-il être considéré comme une drogue ?

La pratique excessive du sport apparaît comme une récente addiction sans drogue. Comme d'autres comportements addictifs, on peut considérer que l'addiction sportive commence par des excès, par la recherche de sensations de plaisirs et désinhibition à travers la pratique sportive qui va aboutir à l'installation d'un besoin irrépressible et dans certains cas, des signes de sevrage.

La libération de l’endorphine et le bien-être lié à cette libération (phénomène souvent décrit chez les coureurs de fond et les marathoniens), l’augmentation d’une forte estime de soi (prise de conscience de ses capacités physiques et d’endurance, le constat des modifications corporelles qui implique aussi la description d’une composante dysmorphophobique récurrente chez les body-builders), l’apparition ou le développement d’une véritable compulsion n’étant pas cité en dernier.

Il est souvent constaté que beaucoup de pratiquants addictés aux sports, ont souvent abandonné une addiction considérée comme négative (pour la plupart une forte dépendance tabagique, l’alcool ou la consommation des drogues).

Ainsi, on voit des postcures qui centrent leurs projets thérapeutiques sur la pratique sportive.

16:39 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Médias, Science, Sports, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

05/08/2010

Profitez de subventions, réduisez à long terme vos dépenses énergétiques et apportez une importante contribution à la protection du climat.

Prévu pour dix ans, Le Programme Bâtiments de la Confédération tire son premier bilan. Il montre que les propriétaires manifestent un vif intérêt pour l'assainissement énergétique de leur bien immobilier et pour un recours accru aux énergies renouvelables.

Les statistiques présentées dans le rapport semestriel portent sur les subventions apportées par la Confédération à l'assainissement de l'enveloppe des bâtiments de janvier à juin 2010.

Au 30 juin, environ 14'000 demandes ont été déposées, représentant un montant total de 123 millions de CHF. Quelque 7'500 demandes ont déjà été approuvées, pour un montant de subventions total d'un peu plus de 61 millions de CHF.

Mais les subventions versées à ce jour, de l'ordre de 430'000 CHF, ne concernent que 152 demandes. En effet, un projet de construction ne se réalise pas du jour au lendemain et, une fois l'accord obtenu, les maîtres d'ouvrage disposent de deux ans pour la mise en œuvre des mesures d'assainissement. Les subventions sont donc rarement versées immédiatement, et les requérants utilisent ce délai pour planifier soigneusement leur projet.

15:10 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Développement durable, Economie, Général, Genève, Politique, Solidarité, Suisse, Techno | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

04/08/2010

C’est quoi la « société civile » ?

Le terme société civile fait l’objet d’un débat considérable, bien que beaucoup l’utilisent comme synonyme d’ONG (organisations non gouvernementales).

La société civile recouvre communément une diversité d’espaces, d’acteurs et de formes institutionnelles, variables dans leur degré de formalisme, d’autonomie et de pouvoir.

Les sociétés civiles sont souvent peuplées d’organisations telles que les organismes de charité, les organisations non gouvernementales, les groupes communautaires, les organismes religieux, les associations professionnelles, les syndicats, les mouvements sociaux, les associations et les groupes politiques.

En théorie, ses formes institutionnelles sont distinctes de celles de l’État, de la famille et du marché, bien qu’en pratique, les frontières entre l’État, la société civile, la famille et le marché soient souvent complexes, brouillées et négociées.

12:08 Écrit par Charly Schwarz dans Associations, Culture, Général, Genève, Médias, Monde, Politique, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

22/07/2010

Quelle est la dimension sociale de l’identité du migrant ?

débat.jpg

Traditionnellement, la dimension sociale de notre identité est assurée par un sentiment d’appartenance à des groupes sociaux plus ou moins larges, dans lesquels notre généalogie nous a objectivement inscrits.

Les groupes d’appartenance sont variables culturellement et historiquement. Le sentiment d’appartenance est généralement pluridimensionnel : groupe social, groupe religieux, groupe sexué, groupe ethnique, groupe professionnel...Et même la Famille

    L’identité familiale peut être déstabilisée par :

 

Lire la suite

09:02 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Femmes, Formation, Général, Genève, Médias, Monde, Résistance, Solidarité, Spiritualités, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

18/07/2010

Construire une « identité suisse » avec le concours de l’islam est possible

signes religieux.jpg

La construction d’une nouvelle identité suisse unie et juste est une belle entreprise qui a besoin de toutes les forces vives. A l’ère d’une mondialisation globalisante et envahissante qui caractérise notre époque, nous devons confirmer des repères qui donnent à l’Homme l’espoir et lui garantissent la paix et la solidarité. Nous avons besoin certes de partir des acquis de l’Histoire, mais surtout d’insister sur le présent tout en en se projetant dans l’avenir.
Les religions ont certainement un rôle à jouer dans cette belle aventure de la construction d’une nouvelle identité suisse, au moins pour deux raisons essentielles :

Lire la suite

11:28 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Histoire, Monde, Politique, Spiritualités, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

16/07/2010

Le clivage « gauche/droite » a-t-il encore un sens ?

droitega.jpg

L'opposition entre gauche et droite est la principale clé de lecture de la vie politique. Cependant, le clivage gauche/droite n'en n'est pas moins contesté.

Si, la majorité d’entre nous continuons à nous identifier avec la gauche ou avec la droite, cette vision de l'organisation du jeu politique est remise en cause par certains, et notamment par les forces politiques : le clivage gauche/droite ne résume pas l'ensemble des enjeux et des oppositions politiques ne devrait pas être fondé sur une opposition étanche entre majorité et minorité.

Malgré la montée de nouveaux enjeux, le clivage droite/gauche résiste même si les deux pôles se rejoignent sur des thèmes qui les avaient beaucoup opposés, questions de société, voire d'économie.

Mais, je dois bien me rendre dompte que face au parlement, cantonal ou municipal, le clivage gauche /droite est une réalité.

Et, il existe bel et bien plusieurs droites à Genève. J’en identifie au moins trois ; une droite élitiste et arrogante (PLR/PDC), une droite nationaliste et populiste (UDC/MCG) et une droite économiquement, écologiquement et socialement responsable (Vert’libéraux).

Quelles sont les valeurs sur lesquelles les acteurs politiques et les électeurs se départagent ?

10:10 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Médias, Monde, Politique, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

11/07/2010

Les conceptions de la Liberté…

delalibe.jpg

La tradition républicaine rejoint l’opposition au libéralisme sur un point majeur : la conception de la liberté. Du côté libéral, lsaiah Berlin, a codifié, il y a un demi-siècle, une conception de la liberté qui est un peu le vade-mecum du libéralisme. Berlin distingue deux sortes de liberté : la liberté négative qui est définie comme l’absence d’interférences, la liberté positive qui est la maîtrise de soi.

Cette distinction recoupe à peu près celle de la liberté des Anciens et des Modernes de Benjamin Constant.

Pour Constant, on est passé de la liberté des Anciens, qui est in fine celle de se gouverner soi-même, à celle des Modernes qui consiste à ne pas subir de contraintes. Or cette distinction peut-être réductrice.

Il existe une troisième façon de comprendre la liberté et ses exigences institutionnelles. C’est la conception républicaine. Elle consiste en une absence de domination.

Cette tradition est celle de Montesquieu, Tocqueville et Rousseau. Mais en général, si la tradition républicaine insiste sur la participation au pouvoir, c’est pour éviter l’écueil de l’interférence.

Pour Michael Walzer "On ne saurait former une société d’individus libres au sens libéral du mot sans mettre en place un processus de socialisation, une culture prônant l’individualité, et un régime politique soutenant ces valeurs, dont les citoyens soient prêts à se mobiliser pour elle».

En d’autres termes, cette société représenterait pour la plupart de ses membres une association involontaire.

Cela signifie que la liberté libérale n’est pas neutre et oblige les individus à rentrer dans un format qu’ils peuvent légitimement récuser.

La limite de la conception libérale de la liberté est qu’elle absolutise cette liberté au mépris d’une réelle liberté de choix.

La tradition républicaine voit le contrôle démocratique comme un moyen de la liberté, même s’il existe une dérive populiste visant à stipuler que la liberté ne consiste en rien d’autre qu’en l’autonomie.

Le point crucial de la conception républicaine de la liberté est que la non domination protège des interférences imputables à des pouvoirs arbitraires

Selon Philip Pettit, la supériorité de la conception républicaine de la liberté réside dans le fait que la participation démocratique est particulièrement revendiquée pour que puissent être, justement, évités les maux associés à l’interférence.

C’est parce que le républicain prend la liberté au sérieux qu’il refuse le seul discours des droits du libéralisme.

C’est parce que ce discours des droits, récusant toute contrainte, supprime toute garantie à la préservation des conditions de la liberté, que la position républicaine prône de garantir d’abord la liberté de l’État, condition de la liberté des individus.

L’autonomie sans lien avec une conception du bien n’est rien d’autre qu’une facette de l’individualisme libéral du «je fais ce que je veux».

L’autonomie peut être une valeur sociale si elle s’appuie sur une conception de l’homme cristallisée autour de certaines valeurs et qu’elle apparaît soit comme une de ces valeurs, soit comme un moyen d’atteindre les valeurs recherchées.

A défaut, l’autonomie sera au mieux un moyen permettant l’accomplissement des valeurs que je porte individuellement, au pire une valeur supérieure engageant à l’individualisme et à l’égoïsme, mais en aucun cas une valeur partagée sur laquelle nous puissions fonder nos décisions communes.

 

08:11 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Monde, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

25/06/2010

1.5 % des dépenses publiques pour la Culture, seulement !

Le montant total des dépenses publiques en faveur de la culture a été de 2,24 milliards de francs en 2007.

Les communes, premier niveau de soutien à la culture dans notre pays, y ont participé à hauteur de 46% soit, les cantons de 39% et la Confédération de 15%.

Rapporté à la population, le soutien public à la culture correspond à une participation de 294 francs par habitant.

A relever que le canton de Bâle-Ville arrive ici en tête de liste avec 777.-par habitant et à Genève la participation est de 696.-

 

Sources: OFS, téléchargez !

10:14 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Economie, Général, Genève, Suisse | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

20/06/2010

L’école doit enseigner la controverse

débat.jpg

Les questions controversées sont des thématiques dont s’empare volontiers le débat public, et qui, à ce titre, mobilisent des points de vue différents, parfois antagonistes, voire franchement rivaux.

 

De fait, l’école se trouve d’emblée projetée au cœur de la controverse en devenant la courroie de transmission privilégiée du débat.

 

On constate cependant qu’elle se pose davantage comme le lieu d’un point de vue consensuel, plutôt que comme le relais de ce qui fait la nature même d’une question controversée : le doute.

 

La controverse se charge d’une dimension « ethnique » qu’il faut entendre au sens sociologique du terme et qui se double d’une utilisation stratégique de l’identité.

 

Le problème qui se pose est donc de celui d’introduire la possibilité d’une pluralité des points de vue à l’école, afin de conférer à l’institution une fonction régulatrice qui sache à la fois croiser les regards et penser sereinement.

 

09:11 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Formation, Général, Genève, Science, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

16/06/2010

Connaissances du cerveau

Au lieu d’admettre que nos connaissances sur le cerveau humain sont lacunaires, les savants se gargarisent de termes latins.

Mais que désignent ces termes savants ? Au mieux, un vague ensemble de symptômes.

Comme dit le cynique : «Le psychotique bâtit un château dans les airs ; le névrosé l’habite et le psychiatre encaisse le loyer ! »

11:36 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Science | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

07/06/2010

Passerelle des PasSages

Depuis samedi 5 juin, la passerelle la plus connue des musiciens, danseurs et comédiens à un nom : « Passerelle des PasSages »

PasSagges.JPG

Ce pont relie le quai des Forces-Motrices à la Promenade des Lavandière. Les gens l’utilisent pour rejoindre « la Barge », les tourneurs pour décharger les matériels des spectacles du BFM (Bâtiment des Forces Motrices.

07:00 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Images, Jeux de mots | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

04/06/2010

5 & 6 juin : « la Ville est à Vous » est à la Coulou. Temps forts...

plaque_vav_pt.jpg

Samedi 5 juin :

Dès 14 :00 Marché éthique sur le quai des Forces-Motrices,

Atelier « Graf » sur la Place des Volontaires.

16 :30 Inauguration de la passerelle qui relie le Quai des Forces-Motrices à la Barje.

20 :15 Les Désaccordés (rock des Balkans).

21 :30 Les Vaches Laitières (ska-punk).

 

Dimanche 6 juin : GRAND VIDE GRENIER

11 :00 cours de danse pour les enfants et les familles proposés par le MàD (moulin à dance).

14 :00 Moulage corporel participatif avec Le Labo (Greg Hug).

Atelier pour les enfants autour du recyclage.

16 :00 Bal Musette sur la Place des Volontaires.

19 :00 Jackson Wahengo (afro-jazz)

Et bien sur… Stand de nourriture / Parade / Bars / Danse / Animations pour enfants

Plus d’infos à télécharger ici

08:26 Écrit par Charly Schwarz dans Associations, Culture, Général, Genève, Loisirs, Musique | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

02/06/2010

Vers des événements plus durables ?

festivals.jpg

Chaque année, des centaines d’événements sont organisés à Genève : des festivals musicaux comme Musiques en Eté ou la Fête de la Musique, des marchés, des vides-greniers et brocantes ou encore des expositions, des concerts en passant par la Lake Parade, les Fêtes de Genève, etc.

Certains n’attirent que quelques centaines de personnes, d’autres plusieurs milliers. L’impact environnemental de ces événements peut être considérable. Ainsi, d’après une étude récente (OVAM), en moyenne, 1 visiteur d’une manifestation d’un soir produit 250 g de déchets, celui d’un festival entre 500 gr et 1 kg par jour.

Les organisateurs peuvent mettre en place une série d’actions pour rendre leur événement durable.

Lire la suite

08:16 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Développement durable, Général, Genève, Loisirs, Musique, Région | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

25/05/2010

Résurgence des mouvements revitalistes…

signes religieux.jpg

L’incapacité de plus en plus patente de toutes nos politiques fondées sur la conception moderniste du monde et ses paradigmes dérivés, scientifique et économique, à répondre aux besoins ou même à résoudre aucun des problèmes qui menacent notre survie sur cette planète, crée des conditions de plus en plus propices à l’émergence de mouvements revitaIistes.

Il y a de grandes chances que ces mouvements soient touchés par les idées écologiques dont la pertinence est chaque jour davantage apparente, même aux plus aveugles d’entre nous.

Certains signes donnent à penser que ces mouvements pourraient prôner un retour à un mode de vie traditionnel.

Ainsi, alors même que la montée du fondamentalisme dans les pays musulmans apparaît comme une poussée très antipathique de chauvinisme, de fanatisme et d’intolérance, c’est aussi indéniablement une réaction contre l’impérialisme économique occidental et la dislocation des cultures et des traditions musulmanes  provoquée par le développement scientifique, technologique et industriel  occidental.

Antony Wallace dans « Revitalization Movements », article publié dans la  revue American Anthropologist , estime que le christianisme, comme l’islam et peut-être le bouddhisme, sont nés de mouvements de revitalisation. « Il semble en réalité que toutes les religions organisées soient des vestiges d’anciens mouvements de revitalisation, qui survivent sous une forme institutionnalisée dans les cultures stabilisées ».

06:30 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Développement durable, Général, Genève, Médias, Monde, Politique, Science, Spiritualités, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

17/05/2010

Les conditions de la laïcité

respublica.jpgPour qu’il y ait laïcité, il convient d’abord qu’existe un espace public au sein duquel puisse se construire la res publica

Lire la suite

18:19 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Histoire, Monde, Politique, Solidarité, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Laïcité, reconnaissance de la raison critique

aristote.jpg

La laïcité est le résultat d’un combat engagé afin d’affranchir l’homme es contraintes du principe d’autorité.

Avant que le mot ne vienne identifier le concept, les conditions qui le rendent possible ont progressivement émergé

Lire la suite

06:49 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Histoire, Lettres, Monde, Politique, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook