03/01/2012

L'homme est grand sous la contrainte...

Derrière l'idéologie de la « décroissance » il y a la volonté de contrôler les citoyens, de leurs fixer des quotas. Le projet de société sous contrainte est un projet intrinsèquement totalitaire.

Les communistes (avoués ou non avoués du PS et des Verts) ont compris que se déguiser avec un habit de lumière verte est aujourd'hui un excellent moyen de propager leur idéologie anti-liberté.

Ils utilisent le vert pour chercher à imposer une économie planifiée.

Certains élus essayent de faire évoluer les "Verts", ils font la promotion d'une écologie libérale (au sens noble) moderne, mais ils se heurtent à un obstacle : la moitié de la base des Vert est de sensibilité communiste, sans l'avouer.

Et le parti socialiste n'a jamais été capable d'évoluer du fait que la moitié de sa base est de sensibilité communiste, sans l'avouer.

10:01 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Développement durable, Général, Genève, Médias, Monde, Politique, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

22/11/2011

Croissance, croissance, croissance…

croisance.jpg

C’est la qualité de la croissance que nous devons privilégier, on ne peut la vouloir pour elle seule, en tant que telle, comme si elle était bonne par nature.

 

Il nous faut orienter la croissance pour qu’elle serve le développement humain, prêter attention à sa qualité et faire en sorte qu’elle ne détruise pas les sociétés et les équilibres, ne provoque pas des dégâts environnementaux irréparables et ne pille pas les ressources actuelles.

 

La croissance, mais aussi le capitalisme et le marché doivent être des instruments mis au service d’une fin.

 

Pour en savoir plus: le concept du développement humain

09:40 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Economie, Général, Genève, Monde, Nature, Politique, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

17/11/2011

Manque de reliance

pesonnes agée.jpg

Pour diverses raisons, notamment pour prendre soin du nombre croissant de personnes âgées, nous devons faire appel à une main-d’œuvre étrangère.

Mais nous manquons d’égards envers l’enrichissement que représente pour nous cette immigration. Il faudrait que nous ménagions un accueil positif à ces immigrants.

 

Et je dois constater tout le contraire.

 

Il semblerait que notre société soit devenue incapable d’intégrer les nouveaux venus dont elle a pourtant le plus grand besoin.

 

Nous ne mesurons pas bien l’aubaine que représente cette main-d’œuvre, nous multiplions envers elle des problèmes de reliance, faisant obstacle à son intégration, nous  imaginons des plans pour renvoyer ces immigrés chez eux.

16:09 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Développement durable, Général, Genève, Politique, Solidarité, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

05/11/2011

Ecologie et autonomie

autonomie.jpg

La délégation généralisée de la responsabilité, crédo des Verts associés à Genève avec les Socialistes et l’extrême gauche, induit nécessairement  une structuration collective qui écrase la personne au nom de la volonté générale, et diminue son autonomie.

 

Cette posture ne correspond pas/plus à l’écologie politique qui a toujours combattu le gigantisme des structures, et l’emprise de l’État qui déresponsabilise l’individu.

 

Et la revendication d’autonomie ne peut être dissociée d’une revendication à assumer ses responsabilités.

 

Par cet attachement à l’autonomie comme expression de la liberté, l’écologie politique EST aussi de droite, sauf à risquer l’illégitimité et l’incohérence.

 

09:26 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

16/09/2011

Genève ! Qu’est devenue ta citoyenneté ?

citoyen.jpg

Si étymologiquement le citoyen est celui qui appartient à une communauté organisée par des règles, plus largement, on est citoyen lorsqu'on participe à la vie de la cité.

La citoyenneté doit être est une matière a part entière du programme scolaire, c'est un lieu privilégié pour mettre en évidence le message que porte les notions de civisme-respect de la loi et conscience de ses devoirs à l'égard de ses concitoyens par souci du bien public et de l'intérêt général-et de civilité-respect d'autrui qui se manifeste par la politesse, la courtoisie, l'amabilité, le refus de la grossièreté et de la violence dans la vie de tous les jours-qui sont associées à celle de citoyenneté.

Est-elle enseignée ? Le doute s’installe…

12:10 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Formation, Général, Genève, Politique, Solidarité, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

07/09/2011

Immigration & Culture

imigartion et culture.jpg

Après avoir longtemps été perçu comme un agent exclusivement économique, l’immigré et ses descendants, sont considérés comme des acteurs culturels et religieux qui, selon les interprétations, enrichit notre culture ou la met en péril.

Ainsi toute demande de reconnaissance culturelle et religieuse émanant des populations d’origine immigrée est perçue avec scepticisme. On redoute qu’il s’agisse d’attaques masquées contre l’État laïc.

Il est vrai que des revendications culturelles et religieuses (par exemple lieux de culte, parcelles dans les cimetières) émanent des populations d’origine immigrée. ,

Cela dit, ces revendications sont le signe d’une intégration et d’une volonté de participation à la société.

Toutefois, s’il ne faut pas exagérer l’importance et la portée de ces revendications, il est tout aussi dangereux de ne pas prendre en compte les formes diverses du radicalisme religieux en Suisse.

06:40 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Développement durable, Général, Genève, Médias, Monde, Politique, Solidarité, Spiritualités, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

15/08/2011

Vers la fin des « guerres »

guerre.jpg

Des guerres sont livrées parce que les pays rivalisent entre eux pour sécuriser leur approvisionnement en énergie fossile.

L’avènement des énergies renouvelables va contribuer à apaiser les tensions autour de l’accès aux sources des énergies fossile toujours moins abondantes, et ainsi faire passer le monde de la «géopolitique» du 20ème siècle à celui de la «politique de la Terre».

 

L’accès à l’électricité doit être un droit inaliénable. Au 21ème siècle, l’accès individuel à l’énergie doit aussi devenir un droit social et humain.

Tout humain doit avoir le droit et la possibilité de produire sa propre énergie, localement et de la partager avec d’autres sur des réseaux tant régionaux, que nationaux ou continentaux.

09:32 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Développement durable, Economie, Général, Genève, Histoire, Monde, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

13/08/2011

Des milliers de nouveaux emplois en Suisse

emplois verts.jpg

L’abandon des énergies fossiles exigera une reconfiguration totale de l’infrastructure économique ce qui va créer des milliers d’emplois et d’innombrables biens et de nouveaux services.

La refonte des infrastructures et le rééquipement des secteurs d’activité vont nécessiter un recyclage massif des salariés.

Ces nouveaux employés de pointe devront être qualifiés dans les technologies des énergies renouvelables, la construction verte, l’informatique embarquée, les nanotechnologies, la chimie durable, la gestion des réseaux électriques numériques, les transports électriques hybrides, sans oublier le développement des piles à combustible, ainsi que des centaines d’autres domaines techniques.

Il faudra aussi former les entrepreneurs et les managers pour qu’ils puissent tirer profit des modèles d’entreprise les plus avancés, comme par exemples : le commerce en source ouverte et en réseau, le contrat de performance, les stratégies de recherche-développement coopérative, la chaîne d’approvisionnement et la logistique à faible intensité de carbone, etc.

Ces nouveaux niveaux de qualification et styles de gestion des collaborateurs seront qualitativement différents de ceux que nous connaissons.

07:56 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Développement durable, Economie, Formation, Genève, Monde, Politique, Science, Suisse, Techno | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

11/08/2011

Sur le chemin du capitalisme distribué

wikipwdia.jpg

C’est l’application des nouvelles technologies (TIC) qui engendrent le « capitalisme distribué» et qui rendent obsolètes de nombreux postulats centraux du capitalisme de marché, comme cette solide conviction d’Adam Smith : « la nature humaine prédispose tout individu à rechercher sur le marché son propre intérêt contre ceux des autres » toutefois  tempérée par une autre idée: « même si l’individu ne pense qu’à son intérêt personnel, en le servant il contribue d’une certaine façon au bien commun. »

Le « capitalisme distribué » part d’un postulat opposé sur la nature humaine : quand on lui en donne l’occasion, l’être humain est naturellement disposé à collaborer avec les autres, souvent gratuitement, simplement pour  contribuer à l’intérêt général.

De plus, lorsqu’on apporte sa contribution au bien-être du groupe, on est plus à même d’optimiser son intérêt personnel.

Autrement dit, les « capitalistes distribués » célèbrent ce qu’ils appellent la « communauté numérique» au lieu de se lamenter sur la« tragédie des biens communs». Pas de plus beaux exemples que Wikipédia, Linux ou autres Facebook

De même, le vieil adage « c’est à l’acheteur de faire attention » est remplacé par l’idée de transparence et d’ouverture.

13:28 Écrit par Charly Schwarz dans Associations, Développement durable, Economie, Général, Genève, Monde, Politique, Suisse, Techno | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

09/08/2011

Energies renouvelables / stockage

hydrogène.jpg

Pour maximiser l’énergie renouvelable et amoindrir les coûts, il faudra nécessairement développer des méthodes de stockage facilitant la conversion de l’offre intermittente de ces sources d’énergie en courant électrique fiable.

Les batteries, le pompage différencié de l’eau et d’autres moyens peuvent procurer des capacités de stockage limitées.

Mais il existe à cette fin un support largement disponible et relativement efficace. Ce support universel qui « stocke» toutes les formes d’énergie renouvelable afin d’assurer la stabilité et la fiabilité de l’alimentation pour la production d’électricité et, point tout aussi important, pour le transport, c’est l’hydrogène.

L’hydrogène est l’élément le plus léger et le plus abondant dans l’univers, et, quand on l’utilise comme source d’énergie, les seuls sous-produits sont l’eau pure et la chaleur.

Avec l’hydrogène que l’on peut stocker pour le reconvertir plus tard en électricité, la société disposera d’une alimentation permanente en énergie.

C’est pourquoi il faut financer un programme de recherche offensif sur l’hydrogène et la technologie des piles à combustible.

Pour en savoir plus http://ec.europa.eu/environment/etap/inaction/policynews/229_fr.html

10:07 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Economie, Formation, Général, Genève, Monde, Nature, Politique, Science, Suisse, Techno | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

15/07/2011

Qu’est-ce le « Green business » ?

grenn.jpg

Comment l’expliquer…L'exercice n'est pas simple. Comment expliquer ce concept, qui peut paraître obscur au premier abord.

Pour les entreprises qui pâtissent parfois d'une image négative, la démarche est pourtant nécessaire, surtout sur fond de crise économique et environnementale.

Utiliser les bons mots, aborder les bons sujets… C'est effectivement un travail de pédagogie, il faut trouver les bons mots pour expliquer aux consommateurs en quoi ils sont concernés par les activités de l'entreprise.

Expliquer qu'il n'y a pas de contradiction entre développement économique et protection de l'environnement. Au contraire, le « Green business » combine les deux.

L'environnement a pris une place importante dans nos modes de gestion. On ne peut plus gérer une société suivant des critères uniquement économiques.

Aujourd’hui, le chef d’entreprise ne peut pas se désintéresser de l'écologie et du social.

Le  « Green business », c'est le développement durable appliqué à l'entreprise. C'est agir au sein de l'entreprise dans le respect de l'homme et de l'environnement, promouvoir l'employabilité locale, l'insertion par le travail, ou encore, participer financièrement à des projets d'utilité publique.

18:06 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Economie, Général, Genève, Médias, Monde, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

01/07/2011

Nouveaux rêves personnels.

qualité de vie.jpg

Longtemps, le rêve américain, qui met l’accent sur la promotion individuelle et le succès matériel, a été l’« étalon or » guidant une grande partie des habitants de la planète, a perdu de son hégémonie.

 

Les jeunes ont d’autres préoccupations : lutter contre le changement climatique, rétablir la santé de la biosphère, protéger les autres espèces, maintenir la sécurité de leurs communautés locales, garantir l’accès universel à la santé, assurer une éducation universelle de grande qualité à un prix abordable, avoir un mode de vie moins matérialiste, créer des communautés d’une riche diversité culturelle.

 

Aujourd’hui, le rêve de la qualité de la vie séduit la nouvelle génération.

10:32 Écrit par Charly Schwarz dans Amis - Amies, Culture, Développement durable, Général, Genève, Médias, Monde, Nature, Politique, Solidarité, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

22/06/2011

Le péril de notre propre survie

ewau.jpg

Le manque d’eau douce accessible a souvent été considéré comme un problème régional qui, dans telle ou telle partie du monde, a conduit à la contraction, voire à l’effondrement d’écosystèmes locaux.

 

Malgré cela, nous avons toujours supposé qu’il y aurait suffisamment d’eau pour maintenir en vie notre espèce dans son ensemble.

 

Or nous voici confrontés à la possibilité tout à fait concrète d’immenses changements planétaires dans le cycle hydrologique de la Terre qui risquent de mettre en péril notre propre survie en tant qu’espèce.

 

08:47 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Genève, Monde, Nature, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

16/05/2011

La qualité de vie ce n’est pas uniquement le PIB

qualité de vie.JPG

La qualité de vie met l’accent sur l’intérêt général en tant qu’important moyen d’assurer le bonheur de chacun.

Au fil des ans, on été élaboré plusieurs indices pour tenter de remplacer le PIB :

 

L’indice de bien-être durable (IBED) commence par les dépenses de consommation personnelle, puis ajoute le travail ménager non rétribué, puis l’on soustrait l’activité qui vise essentiellement à atténuer des pertes (dépenses liées à la criminalité, à la pollution et aux accidents. L’IBED est également ajusté en fonction de l’inégalité des revenus et de l’épuisement des ressources naturelles

 

L’indice de progrès véritable (IPV) inclut nombre des mêmes critères, mais Ii ajoute la valeur du travail bénévole dans la communauté et soustrait la perte de temps de loisir.

 

L’indice de santé sociale (ISS) mesure seize indicateurs socioéconomiques, notamment la mortalité infantile, l’exploitation des enfants, leur pauvreté, les suicides des adolescents, la toxicomanie, le taux d’échec scolaire, les revenus hebdomadaires moyens, le chômage, la couverture d’assurance maladie, la pauvreté chez les personnes âgées, les homicides, le logement et l’inégalité des revenus.

 

L’indice de bien-être économique (IDEE) prend en compte des facteurs tels que le taux d’épargne des ménages et l’accumulation de capital tangible qui mesurent le sentiment qu’on peut avoir de sa sécurité.

 

Aujourd’hui, la qualité de la vie devient aussi importante que la simple production pour évaluer les résultats d’une économie…

11:09 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Développement durable, Economie, Formation, Général, Genève, Monde, Nature, Politique, Science, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

13/05/2011

Qu’est-ce qui modifie le paysage?

paysage en suisse.jpg

Le paysage suisse est sous pression du fait de la croissance démographique, de l’augmentation des besoins en surface habitable, du développement des transports et d’une urbanisation pas toujours maîtrisée.

 

Le premier rapport de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) sur L’état du paysage en Suisse présente une synthèse des principales causes de la mutation du paysage, des pressions qui en résultent, de son état aujourd’hui, des impacts qui affectent les êtres humains et la nature ainsi que des mesures permettant de le protéger.

 

Les indicateurs appellent un certain nombre de conclusions concernant l’état du paysage et son évolution.

Du côté négatif, on assiste à une dépréciation de la qualité paysagère:

· suite au mitage et au morcellement du paysage ainsi qu’à l’imperméabilisation du sol;

· par disparition du ciel nocturne (il n’y aura bientôt plus aucun endroit obscur la nuit sur le Plateau Suisse);

· par la perte du paysage rural traditionnel, notamment en raison de l’uniformisation des surfaces agricoles et de l’embroussaillement des pâturages d’estivage.

 

Mais le paysage suisse connaît aussi quelques évolutions positives:

· ces vingt dernières années, les surfaces protégées n’ont cessé de croître, surtout grâce à l’entrée en vigueur de différents inventaires fédéraux;

· les mesures prises en faveur de la conservation du paysage commencent à porter leurs fruits;

· le suivi à long terme contribue à sensibiliser la population à l’importance d’un développement durable du paysage.

04:58 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Développement durable, Général, Nature, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

08/05/2011

La nature parle, mais l'Homme n'écoute pas

nature.jpg

Quelques hommes pensent qu’il est démagogique de reconnaitre l'extrême vulnérabilité de certaines technologies lorsque la nature parle…

Mais, il n’est pas vrai que dans le moyen et long terme ont ai besoin de toutes les technologies.

 

Je sais que certaines sont plus désirables ou plus précaires que d'autres, je sais que certaines sont plus durables que d'autres, je sais que certaines ont plus de retombées socio-économiques que d'autres, je sais que nous avons des ressources et que d’autres doivent les importer.

 

J’en sais assez pour choisir, mais quel choix ? Quelles options pour notre avenir, quelles sont les mesures nécessaire ?

 

Et si, finalement, ont laissait la société définir qu’elles sont les options pour notre avenir et dans quelles proportion elle en a réellement besoin…

 

 

14:30 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Général, Genève, Monde, Nature, Science, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

07/05/2011

Offrir une place stratégique à la mobilité douce dans la politique des transports en agglomération

imagesCAI0NTE0.jpg

En 20 ans (1984-2005), la durée quotidienne de nos déplacement n’a cessé d’augmenter, passant de 70 à 98 minutes. Notons que cette augmentation ne résulte pas du ralentissement des moyens de transports, mais bien du recours plus fréquent à la mobilité douce (à pied, vélo).

 

Ainsi, la distance parcourue quotidiennement est passée de 1,8 km à 2,8 km (à titre de comparaison, 30% des déplacements en voiture n’excèdent pas 3 kilomètres).

 

La mobilité douce offre une meilleure qualité de vie dans les zones à forte densité et un avantage dans le domaine du transport sur de courtes distances,

 

Il faut aussi noter que la mobilité douce améliore le système global du transport des personnes, de l’environnement  et encourage la santé. De plus, elle contribue à faire des économies dans les dépenses de transport (publiques et privées).

 

A consulté « La mobilité en Suisse », et  samedi 7 mai à 14 :00, parade à vélo (rond-point de Plainpalais)

 

06:40 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Economie, Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

03/05/2011

Emissions de gaz à effet de serre ! Isabel Rochat et David Hiler détailleront…

co2bis.JPG

L’agglomération genevoise ne déroge pas au constat général fait dans le domaine des émissions excessives de CO2 et de sa grande dépendance envers les énergies fossiles, ainsi que de sa préoccupation économique majeur avec la fin annoncée de l’ère du pétrole à bon marché.

Par rapport aux enjeux liés à la protection du climat et au tarissement des sources d’énergie fossiles, le parc immobilier de l’agglomération présente un potentiel d’amélioration très important en matière d’utilisation rationnelle de l’énergie et de recours à des sources énergétiques renouvelables

En ce qui concerne les émissions de gaz à effet de serre, les données et projections disponibles mettent en évidence une augmentation significative des émissions de CO2 entre 1990 et 2010. Cette tendance n’est pas compatible avec les objectifs définis par le Protocole de Kyoto, ratifié par la Suisse

La croissance effrénée de la mobilité individuelle motorisée, selon le mode de développement observé se traduit part une situation clairement insatisfaisante en matière d’émissions polluantes et de qualité de l’air.

 

Le suivi de la qualité de l’air montre que de nombreux et larges secteurs de l’agglomération présentent des concentrations excessives de dioxyde d’azote (NO2,), d’ozone (O3) et de particules fines (PM10), avec une tendance à la stagnation, voire à l’aggravation.

Mais demain (mercredi 4 mai), Isabel Rochat et David Hiler détailleront les enjeux et les résultats d’une démarche visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre de l'administration cantonale de 30% d'ici 2020…

 

16:32 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

29/04/2011

Cycliste à Genève ???

Depuis que j’ai abandonné l’usage de la voiture au profit du vélo, je vis une véritable galère…

Les automobilistes changent de direction sans le signaler, pourtant il est simple de tendre le bras. Non ? De plus, ils s’arrêtent au feu, ce qui m’oblige à « mettre pied à terre », à respirer leur gaz !

Souvent, je ne retrouve plus ma « monture », je suis obligé d’utiliser celle d’un autre. Et qui plus est, n’est pas réglée à ma morphologie !

La voirie nettoie l’asphalte des routes, mais mal celles des pistes cyclables.

Je ne parle pas des TPG qui installent partout des gouttières « anti-cyclistes » ; voyez dans les rues basses, aux Acacias et bientôt, jusqu’à Bernex !

Et cerise sur le gâteau…les trottoirs sont encombrés de piétons, égoïstes, incapables de faire un peu de place. La nuit, ils y circulent sans brassards clignotant !

Vraiment, cycliste à Genève ce n’est pas une sinécure…

Promis, dès demain je me mets à l’équitation !

07:33 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Général, Genève | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook

26/04/2011

La journée contre le bruit, c'est demain.

bruit t^'ete.jpg

La Neue Luzerner Zeitung s'émeut du bruit mesuré au centre de Lucerne.

Près de 94 décibels sur la Pilatusplatz à 15h30 un jour de semaine. C'est plus qu'à New-York et Berlin.

A titre de comparaison, lorsque la patrouille suisse décolle de l'aéroport voisin d'Emmen, le niveau sonore n'est que de 84 décibels. Ce qui fait écrire au journal de Suisse centrale que la Pilatusplatz est plus bruyante qu'un aéroport. Etonnant...

Le problème c'est qu'on s'est habitué au bruit du trafic routier. Le plus bruyant en ville reste la sirène de l'ambulance mesurée à 92 Db et les cloches de la Hofkirche à 84 Db.

Inquiétant lorsque l'on sait que des dégâts à l'oreille peuvent être constatés à partir de ce niveau-là.

Néanmoins,  la durée d'exposition est aussi déterminante. Et puis il y a un petit espoir : mercredi c’est la journée internationale contre le bruit !

bruit.jpg

17:04 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Général, Genève, Politique, Suisse, Techno | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook