17/09/2009

Le bruit, pollution du XXIème siècle !

bruit.jpg

Un sondage réalisé à Genève révèle que 4 habitants sur 10 souffrent du bruit.

Pourtant, chacun peut agir pour réduire ces atteintes en appliquant des gestes du quotidien ou simplement en prenant conscience de ses propres impacts.

 

Bruit de voisinage

o   Les excès de bruit (les bruits qui dépassent les limites de la tolérance) sont interdits à toute heure ;

o   Les heures nocturnes ne sont pas compatibles avec des activités bruyantes.

Bruit de la circulation

o   Privilégier la mobilité douce (marche, vélo...) ou les transports publics plutôt que les transports individuels motorisés ;

o   Adopter une conduite souple et respectueuse (éco-conduite, aussi bien pour l'environnement que financièrement) ;

o   Opter pour un choix de véhicule et de pneumatique moins bruyants.

Bruit des établissements publics

o   Respecter le voisinage en gardant les portes et les fenêtres fermées ;

o   Éviter de faire du bruit autour de l'établissement (éclats de voix, claquements de portières, autoradio, démarrage des véhicules, etc.), notamment la nuit ;

o   Ne pas attendre d'avoir mal aux oreilles pour réagir : en cas de sifflements, avertir le responsable de la sonorisation et faire baisser le volume ;

o   Ne pas céder aux effets de mode : ne pas hésiter à exprimer aux gérants d'établissement que la convivialité d'un lieu doit primer sur les volumes sonores et se souvenir que le plaisir des uns ne justifie ni des nuisances pour les autres ni des atteintes à la santé.

06:21 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Développement durable, Général, Genève, Politique, Résistance | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : élection, candidat, élections, grand conseil, genève | |  Facebook

15/09/2009

Une politique budgétaire responsable exige des mesures !

politique budgétaire.jpg

La politique budgétaire est considérée comme durable si, à la fin de la période considérée (2003 - 2050), le taux d'endettement n'a pas augmenté.

Malheureusement, les calculs de l'administration fédérale des finances montrent que le vieillissement de la société conduit à un surcroît considérable des charges pour les finances publiques, qui entraînera à son tour une augmentation massive de la dette publique.

Par rapport à la capacité économique de la Suisse, c'est-à-dire à la création de valeur de l'ensemble de l'économie (PIB), l'endettement aura passé de quelque 50 % en 2005 à environ 130 % en 2050. (Pour la zone Euro, nous avons les chiffres suivants : 70% à 120%).

Plus le pouvoir politique repousse les réformes, plus grandes devront être les corrections par la suite : en 2020, le défaut de financement atteindra entre 2 et 2,9 % du PIB par année.

L’endettement croissant de la société ne pourra être maîtrisé que si les réformes destinées à préserver l'Etat social sont décidées et mises en œuvre à temps.

Plus les réformes interviendront tard, plus les corrections qui s'imposeront seront importantes.

Ces prochaines décennies, il faudra aussi tenir compte de risques tels que les conséquences des changements climatiques, les épidémies ou une raréfaction et donc un renchérissement des ressources naturelles.

C'est pourquoi il convient d'insister sur le fait que les finances publiques sont exposées à d'autres risques qu'il n'est pas aisé de quantifier et qui soulignent encore la nécessité d'agir au niveau politique.

03/09/2009

Agriculture et développement durable

Pour accueillir 200’000 habitants supplémentaires à l’horizon 2030, dans les conditions répondant aux exigences du développement durable, les acteurs de l’agriculture doivent prendre l’engagement d’un développement compact, favorisant l’usage des transports collectifs et intégrant l’ensemble des composantes du territoire.

C’est l’objectif d’une agglomération franco-valdo-genevoise compacte, multipolaire et vivable pour tous.

30/08/2009

Aînés et campagne électorale

femmes agées.jpg

En périodes électorales on voit naitre une pléthore de « solutions » pour améliorer les conditions de vie des aînés.

Mais la réalité des aînés est souvent niée, particulièrement celle de la femme âgée, seule et désespérément pauvre. Une réalité qui isole et qui n'est pas assez dénoncée.

Tous ces beaux projets « électoraux » devront toutefois se faire avec la collaboration des aînés, qui devront avoir leur mot à dire.

Pour que cette participation active se concrétise, il faut que la société ménage des conditions pour accueillir les personnes âgées afin qu'elles prennent leur place, pas toute la place, mais au moins celle qui leur revient.

Pour cela, il faudra toutefois augmenter la contribution de l'État, soutenir les associations et favoriser le développement des entreprises d'économie sociale et solidaire.

 

07/08/2009

Ecologie et appareils en veille

appareil en veille.jpg

L'écologie et les économies d'énergies qui vont de pair sont désormais au cœur des préoccupations de la plupart des fabricants d'électronique, qui répondent notamment à une réalité économique.

Force est de constater que la crise économique que nous traversons a accéléré une prise de conscience par le plus grand nombre, de l'entreprise qui doit réaliser des économies d'échelle à l'individu qui craint pour sa descendance.

Lire la suite

11:16 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Economie, Général, Genève, Monde, Nature, Politique, Science, Suisse, Techno, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : élection, élections, grand conseil, genève | |  Facebook

29/07/2009

Maintenant, un autre monde est possible

autre monde.jpg

Pour passer d’une époque de changement à un changement d’époque, il est indispensable que se produise une réaction de la société.

Nous ne pouvons plus rester impassibles, spectateurs et simple témoins de ce qu’il se passe…

Nous devons participer, activement, pour que les gouvernements soient authentiquement démocratiques, qu’ils activent la volonté de la majorité des citoyens, écoutent et respectent toutes les opinions.

La crise et le leadership d’Obama sont une opportunité pour changer de paradigme, pour concevoir que les valeurs de liberté, d’égalité et de solidarité supplantent celles du « culte du marché ».

« Nous avons la capacité de réaliser le monde dont nous rêvons, si nous avons la volonté de prendre un nouveau départ ».

Barack H. Obama. Le Caire, 4 juin 2009.

 

20/07/2009

La démocratie est-elle compatible avec le néolibéralisme ?

néolibéralisme.jpg

Le néolibéralisme comme rationalité politique a lancé un assaut frontal contre les fondements de la démocratie libérale, détournant ses principes (constitutionnalité, égalité devant la loi, libertés politiques et civiles, autonomie politique, universalisme) vers les critères du marché, les ratios coûts/bénéfices, l’efficacité, la rentabilité.

C’est par cette rationalité néolibérale que les droits, l’accès à l’information, la clarté et la responsabilité du gouvernement, le respect des procédures sont facilement détournés ou mis de côté.

Et surtout, c’est ainsi que l’État cesse d’être l’incarnation de la souveraineté du peuple pour devenir un "système où se traitent des affaires".

La rationalité néolibérale façonne chaque être humain, chaque institution, y compris l’État, sur le modèle de l’entreprise, et remplace les principes démocratiques par ceux de la conduite des affaires dans toute la vie politique et sociale.

07:36 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Economie, Général, Genève, Monde, Politique, Vaud | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

14/07/2009

Sortie de crise avec Calvin

« Penser à long terme, épargner pour les générations futures, sobriété et éthique professionnelle ».

Ces valeurs léguées par le réformiste protestant sont encore d’actualités, 500 ans plus tard, pour sortir de la crise économique, elles peuvent servir de combustible pour alimenter le capitalisme d’aujourd’hui.

Il faut toutefois rester attentif aux nouveaux signes de puritanisme qui peuvent resurgir…

Pour rappel, Jean Cauvin, dit Calvin, s’est confronté à l’église romaine dans sa lutte contre la corruption qui gangrenait le clergé.

 

13:55 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Economie, Général, Genève, Monde, Politique, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

09/07/2009

Genève…avec quelques degrés de plus

canicule.jpg

A la fin du 21ème siècle, les températures augmenteront de 2 à 5 degrés.

Pour Genève, cela signifie un climat équivalent à celui actuellement en vigueur dans le sud de l'Espagne. Or, comme l'ont montré les épisodes de canicules, particulièrement en 2003, nos villes ne sont pas adaptées à ces vagues de chaleur. Comment vivra-t-on dans la ville de demain ?

Alors qu’on annonce le réchauffement climatique depuis des années, rien n’a été anticipé. Or, les changements urbains se préparent 30 ans à l’avance.

Résultat : il faut s’attendre à une phase extrêmement compliquée d’ici à 2030 avant que la ville ne puisse totalement se réinventer .

5 degrés, c’est ce que pourrait gagner la ville de Genève à la fin de ce siècle selon le scénario du Hadley center. Genève n’est pas adaptée à de telles températures.

Pourtant, aujourd’hui, peu de villes prennent en compte cette donnée, même dans leurs plans climat énergie, pour répondre à cet enjeu, il faut absolument articuler les plans climats avec les plans d’urbanisme, en intégrant une forte densité urbaine tout en maintenant une qualité de vie.

Les urbanistes vont ainsi devoir jouer les équilibristes.

 

 

08:53 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Général, Genève, Nature, Politique, Région | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

25/06/2009

Le bruit… pollution physique et psychologique

bruit.jpg

Nous devons prendre conscience des méfaits des nuisances sonores… Elles touchent une grande partie de la population, notamment dans les zones urbaines.

En effet, un sondage réalisé à Genève révèle que 4 habitants sur 10 souffrent du bruit.

Pourtant, chacun peut agir pour réduire ces atteintes en appliquant des gestes du quotidien ou simplement en prenant conscience de ses propres impacts.

Bruit des établissements publics

o   Respecter le voisinage en gardant les portes et les fenêtres fermées ;

o   Éviter de faire du bruit autour de l'établissement (éclats de voix, claquements de portières, autoradio, démarrage des véhicules, etc.), notamment la nuit ;

o   Ne pas attendre d'avoir mal aux oreilles pour réagir : en cas de sifflements, avertir le responsable de la sonorisation et faire baisser le volume ;

o   Ne pas céder aux effets de mode : ne pas hésiter à exprimer aux gérants d'établissement que la convivialité d'un lieu doit primer sur les volumes sonores et se souvenir que le plaisir des uns ne justifie ni des nuisances pour les autres ni des atteintes à la santé.

Bruit de voisinage

o   Les excès de bruit (les bruits qui dépassent les limites de la tolérance) sont interdits à toute heure ;

o   Les heures nocturnes ne sont pas compatibles avec des activités bruyantes.

Bruit de la circulation

o   Privilégier la mobilité douce (marche, vélo...) ou les transports publics plutôt que les transports individuels motorisés ;

o   Adopter une conduite souple et respectueuse (éco-conduite, aussi bien pour l'environnement que financièrement) ;

o   Opter pour un choix de véhicule et de pneumatique moins bruyants.

 

08:29 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Général, Genève, Politique, Résistance, Science | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

23/06/2009

Éthique et vie professionnelle

ethique.jpg

L’évocation de la dimension éthique occupe aujourd’hui une place importante dans les discours relatifs à l’économie, mais aussi à la vie professionnelle, alors que nous assistons  à un durcissement les rapports sociaux dans les entreprises.

 

Et, les premières questions surgissent…

Quels sens sont donnés aux termes utilisés, et quel sens peut-on leur donner ? Quelles fonctions joue ce discours éthique ? Comment peut-il être abordé ? Dans quelles conditions émerge-t-il ? Par qui est-il énoncé ? Quels rapports entretiennent les valeurs et les activités professionnelles ?

Quelle signification plus large revêt cet intérêt pour l’éthique et les valeurs ?

07:45 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Economie, Général, Genève, Monde, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

17/06/2009

Création de richesse = travail + capital !

microcrédits.jpg

La pratique habituelle (prêter en fonction des garanties réelles et donc de la richesse acquise au lieu de miser sur la richesse future) a pour effet de renforcer la concentration des biens plutôt que d’améliorer l’allocation des ressources dans l’économie.

Elle freine le développement local, ancré dans la réalité et fondé sur les capacités entrepreneuriales des habitants.

L’originalité du concept du microcrédit est de marier les dimensions, sociale et financière, considérées comme antagonistes.

Cela n’est possible qu’en se projetant dans l’avenir. Contrairement à toute autre forme de crédit, le microcrédit se fonde sur la confiance et les capacités des emprunteurs de créer de la richesse.

Mais il est difficile lorsqu’on a pris l’habitude de lier les décisions de prêt aux résultats comptables et aux garanties réelles.

Le microcrédit est populaire mais reste méconnu.

Souvent réservé à des populations précarisées, le microcrédit attire aujourd’hui de nouveaux publics ; des jeunes frappés par la crise, des cadres démotivés par un métier qui ne les satisfait plus ou encore des quadras aux velléités créatrices enfouies qui décident de s’écouter enfin et qui aspirent avant tout à l’autonomie professionnelle et financière.

Le microcrédit a une vraie modernité parce qu’il n’a pas qu’une fin utilitaire, il est un instrument pour réaliser une passion, valoriser ses compétences, et concrétiser des idées novatrices et originales.

La crise (précarisation du travail, chômage) démontre que d’autres voies sont nécessaires pour échapper à la solidarité publique.

Nous allons vers des petites unités économiques de service, mais le manque d’accès au crédit pénalise les petites entreprises et plus particulièrement les entreprises en démarrage.

Le microcrédit est un outil indispensable pour développer une activité professionnelle en l’absence de moyens… A condition d’être épaulé.

L’accompagnement est l’enjeu principal du microcrédit !

 

(extrait de ma conférence donnée mercredi 17 juin dans le cadre du Festival de la Terre à Lausanne)

11:50 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Développement durable, Economie, Formation, Général, Genève, Politique, Solidarité, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

13/06/2009

La finance islamique, un chemin vers la sortie de crise ?

Banque islamique.jpg

Alors que des offres d’investissement socialement responsable (ISR) émergent… Je suis convaincu que des liens sont à développer entre l’ISR et la finance islamique.

L'ISR et la finance islamique présentent plusieurs points communs. Prenant leur source dans les religions, ils font appel à des paramètres extra-financiers et sont considérés par les places financières comme des axes de développement attractifs.

Si ces "finances" se rejoignent par une finalité globale favorable au bien-être social et à un respect par l'homme de son environnement, la finance islamique est un système plus normé qui fournit à la fois des directives financières et extra-financier, lesquelles convergent plutôt avec la finance éthique et de partage.

Il serait opportun de favoriser leur rapprochement, cela permettrait de développer conjointement ces approches qui visent à encourager des pratiques plus éthiques, responsables et transparentes.

Et ainsi retrouver le chemin de la confiance...

07:21 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Economie, Général, Genève, Monde, Politique, Solidarité, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

10/06/2009

L’EcoPôle des Charmilles un outil pour s’installer, démarrer, économiser, échanger, se développer…

images.jpg

Enfin de l’intérêt pour le développement de l’économie de proximité !

Avec la collaboration d’acteurs de l’économie locale (la Fondetec et  Après-Chambre de l’économie sociale et solidaire) la Ville de Genève investit dans le développement économique de proximité et durable.

Par la création de l’EcoPôle des Charmilles le département des Finances s’engage, par la mutualisation des compétences (un entrepreneur doit maitriser 27 métiers) en un lieu, à favoriser les échanges et la collaboration entre les acteurs de l’économie marchande et celle de l’ESS (économie sociale et solidaire).

Ce mariage entre l’économie marchande et l’ESS est une opportunité pour optimiser le financement, l’accueil, l’accompagnement et l’hébergement et ainsi éviter la solitude dans laquelle se retrouve souvent le créateur d’entreprise.

Par la création d’un nouveau statut, unique en Suisse, celui d’entrepreneur salarié, l’EcoPôle devient un véritable incubateur innovant.

Les conditions d’accès, pour ces entrepreneurs, aux crédits (taux préférentiels, prêts d’honneur, etc.) reste à définir…

17:21 Écrit par Charly Schwarz dans Associations, Commerce, Développement durable, Economie, Formation, Général, Genève, Politique, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

08/06/2009

Le soleil se lève à l’ouest… (fin)

images.jpg

Nul besoin de faire des prévisions compliquées pour comprendre que le risque économique et social est l’implosion de l’État providence.

On ne peut, d’un côté, travailler moins parce que le nombre d’actifs diminue, et de l’autre, dépenser plus pour la santé et les assurances sociales.

Au-delà de la réforme inévitable de nos assurances sociales, le vrai problème est de rendre une dignité à ceux qui aujourd’hui désespèrent  et demain se révolteront…

Si, dans les turbulences de cette nouvelle révolution économique, on ne peut assurer un travail à chacun, il faut au moins rendre effectif le droit de créer.

 

07:43 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Développement durable, Economie, Général, Genève, Politique, Solidarité, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

06/06/2009

Le Soleil se lève à l’ouest… (3)

images.jpg

Le défi du développement durable peut se résumer ainsi : comment rendre compatible le progrès économique et social avec le maintien des grands équilibres de la planète ?

L’imposante dimension des problèmes à résoudre de même que leur caractère le plus souvent transfrontalier exige une coopération à tous les niveaux.

Indubitablement, la maîtrise de ces grands enjeux mondiaux ne peut être possible sans l’acquisition de savoirs nouveaux.

Les recherches menées dans les différentes disciplines des sciences de la vie, de l’économie, de l’homme et de la société, et de l’ingénierie ont une contribution à apporter à la mise en œuvre d’un développement durable et responsable.

Mais le succès ne sera au rendez-vous que si les chercheurs travaillent dans la pluridisciplinarité et associent, dès la conception, les acteurs de la société civile qui auront à utiliser les résultats.

La Suisse consacre moins de 3% de son PIB à la recherche, tandis que la Suède 3,9%, la Finlande 3,5% et le Japon  3,3%.

Une solution passe par une action politique forte pour favoriser une plus grande participation des budgets R&D au PIB national.

08:29 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Economie, Formation, Général, Genève, Politique, Région, Suisse, Université, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

04/06/2009

Le soleil se lève à l’ouest… (2)

images.jpg

Si les abus du capitalisme furent corrigés, à l’époque de la révolution industrielle, par l’action des syndicats, les abus du libéralisme en période de mondialisation ne peuvent être corrigés que par une meilleure organisation de ceux qui en sont exclus.

L’accès au capital est l’une des voies pour y arriver.

Ouvrir l’accès au crédit à tous les acteurs économiques favorise la réussite personnelle, mais aussi l'égalité des chances et la préservation du capital social.

Dans cette humanisation du libéralisme, le développement du micro crédit peut jouer un rôle important.

17:51 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Culture, Développement durable, Economie, Général, Genève, Monde, Politique, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

03/06/2009

Emissions en CO2 par habitant (tonnes/2006)

Luxembourg 25.6
Finlande 12.9
Estonie 11.9
Belgique 11.3
Irlande 11.1
Allemagne 10.7
Danemark 10.6
Chypre 10.5
Pays-Bas 10.5
Grèce 9.8
Autriche 9.3
Norvège 9.3
Royaume-Uni 9.2
Pologne 8.7
UE (27 pays) 8.6
Slovénie 8.4
Italie 8.3
Espagne 8.2
Slovaquie 7.4
Bulgarie 7.2
Liechtenstein 6.8
Malte 6.5
France 6.4
Portugal 6.1
Suisse 6.1
Hongrie 6
Suède 5.7
Croatie 5.3
Roumanie 5.1
Lituanie 4.3
Turquie 3.8
Lettonie 3.6
Souce: Eurostat

16:02 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Monde | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

02/06/2009

Le soleil se lève à l’ouest… (1)

images.jpg L’évolution des technologies de communication globalise les marchés et s’y opposer c’est aller à contresens de l’histoire.

Il est important d’ouvrir les bénéfices de la mondialisation à tous les acteurs économiques, en jouant le jeu de l’économie de marché, sans accepter « la société de marché».

Cette évolution a réduit les distances. Chaque jour, nous voyons à la télévision les reportages, qui déversent des images des catastrophes et des famines. Tous les jours, en sens inverse, les hommes et les femmes du tiers-monde voient notre richesse.

Cette  mondialisation de l’information diffuse dans les pays pauvres les messages de la société de consommation. Elle fait la publicité de tous les biens, que seuls ceux qui gagnent bien leur vie peuvent s’offrir.

On ne peut impunément induire en tentation et refuser, faute de travail et de revenu suffisants, l’accomplissement des désirs suscités.

Il est temps d’aller au-delà de cette mondialisation d’images...

et de passer aux actes !

11:46 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Développement durable, Economie, Général, Genève, Monde, Politique, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

20/04/2009

Libre-échange et démocratie sont-ils incompatibles ?

images.jpgOn doit admettre que tout le monde est plus ou moins protectionniste et plus ou moins libre-échangiste et que les positions peuvent varier en fonction des besoins et des priorités économiques et politiques du moment.

Mais, ne confondons pas un processus de développement (la mondialisation), une philosophie (le libéralisme) et des politiques économiques (libre-échangisme, protectionnisme).

Loin d’abolir le rôle des états, la mondialisation leur redonne au contraire tout leur sens : seule la puissance publique peut réguler la mondialisation en fixant des normes, en redistribuant les richesses, en aménageant le territoire.

Tentations du protectionnisme, fermeture des frontières, mise en œuvre de législations contraignantes, la mondialisation s’accompagne paradoxalement du grand retour des états. Le libre-échange est contesté dès lors qu’il compromet certaines questions jugées essentielles, comme l’emploi, la sécurité, la santé ou l’accès à l’énergie.

 

Loin d’abolir l’espace, la mondialisation redonne au contraire toute leur force aux singularités locales.

L’incertitude face aux mutations du monde, la rapidité des changements suscitent en réaction une réaffirmation des identités locales, une réactivation des communautés d’appartenance : recherche de socles identitaires, montée des communautarismes, la mondialisation fragmente paradoxalement le monde.

Le libre-échange intégral et la démocratie sont incompatibles, tout simplement parce que la majorité des gens ne veut pas du libre-échange.

Le seul pays à avoir inscrit dans sa Constitution le libre-échange a été les États américains sudistes, esclavagistes.

Le Nord, industriel et démocratique, derrière Lincoln, était protectionniste. Normal, puisque le protectionnisme définit une communauté solidaire et relativement égalitaire, alors que le libre-échange suppose des ploutocrates et une plèbe.

16:35 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Economie, Général, Monde, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook