17/01/2010

Etre libre !

etre libre.jpg

Pour être libre, il faut parfois poser des actes que, par corruption, on élude mais qu’il faut parfois être obligé de poser.

16:07 Écrit par Charly Schwarz dans Formation, Général, Genève, Lettres, Monde, Politique, Résistance, Solidarité, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

03/11/2009

Gestion de la violence : police et acteurs sociaux, nouveau couple ?

violence.jpg

Selon la cheffe du service social de la ville de Genève, la police est de plus en plus engagée à la résolution de conflits de voisinage ou familiaux, soit environ 20% de son temps à répondre à des demandes formulées par les services sociaux.

Avant d’augmenter les effectifs de police, ne serait-il pas plus judicieux de former les assistants sociaux et les éducateurs à la gestion des conflits et de la violence ?

Aujourd’hui, les acteurs sociaux se questionnent et expriment une réelle préoccupation sur la généralisation de phénomènes de violence.

Le fait de violence se cristallise toujours autour d’une atteinte plus ou moins directe à l’intégrité matérielle, physique ou psychique d’un tiers symbolique ou réel et comporte souvent une dimension de symptôme ou d’appel.

Les violences subies ou émises troublent la sécurité des usagers et atteignent le personnel en déstabilisant ses assises narcissiques et en fragilisant l’identité professionnelle.

Les objectifs d’une formation adéquate devrait permettre aux acteurs sociaux de :

Comprendre et prévenir les phénomènes d’agressivité et de violence.

Mieux gérer les situations difficiles, porteuses de violence.

Faciliter l’accès à la parole et apprendre à utiliser les techniques d’apaisement et de désamorçage.

Et enfin, d’optimiser les outils institutionnels dans la prise en compte des violences.

Si les agents sociaux étaient ainsi formés à la gestion de la violence, les gendarmes auraient plus de temps à disposition pour remplir des tâches de maintien de l’ordre.

09:06 Écrit par Charly Schwarz dans Formation, Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

28/09/2009

Entreprendre autrement… les motivations les référentiels !

ESS.jpg

Aujourd’hui « Entreprendre autrement » n’est plus cantonné à des niches dues à quelques défaillances du marché ou du secteur public, mais bien l’expression d’une alternative :

 

 

une alternative à la dépersonnalisation de l’échange marchand qui tend à générer l’envahissement de la sphère économique par le capitalisme financier, au dépérissement des formes d’économie artisanale pour lesquelles l’échange marchand était aussi support de lien social,

 

une alternative contre l’anonymat bureaucratique du secteur public : oubli du sujet, approche verticalisée et segmentée des besoins, obstacles à une prise en compte transversale et pluridisciplinaire des situations.

 

 

Aujourd’hui, à Genève, les acteurs de l’Economie Sociale et Solidaire sont regroupés au sein d’une chambre économique….

 

L’économie sociale et solidaire n’a pas de terrain ou d’objet qui lui soit propre.

 

Elle intervint aussi bien dans un cadre réglementaire de délégation de service public, que s’inscrire dans une logique de marché, ou s’en distinguer radicalement.

 

Elle peut partir de micro initiatives ou s’inscrire dans des logiques de développement social.

 

Elle peut aussi prendre la forme de mutualisation de risques ou de moyens, elle a aussi des liens avec les logiques d’insertion des publics en difficultés.

 

Trois dimensions majeures permettent de construire les référentiels :

-         le rapport aux usagers (soucis de participation, de consultation dans la prise de décision)

-         le rapport au marché (lucrativité limitée, services aux personnes)

-         le rapport au politique (nouvelles politiques publiques, innovations sociales).

 

 

Qu’elle se pense comme alternative ou complémentaire, l’économie sociale et solidaire se pense bien comme une économie.

 

08/09/2009

Police, le problème est ailleurs, définitivement !

police en intervention.jpg

En quelques jours, grâce à mon billet « le nombre de policiers est suffisant », j’ai pu rencontrer plusieurs policiers, gendarmes et agents de sécurité municipale (ASM).

De ces divers entretiens, je peux, en connaissance de cause, affirmé que les problèmes dont souffrent nos représentants de l’ordre, n’est pas le manque d’effectif, en premier lieu.

Le malaise est bien plus grave et profond.

Premier constat, le manque de considération.

Si la majorité de la population « n’aiment pas » la police, sauf en cas de besoin, il faut constater que le législateur fait peu de cas des revendications de la base.

Rare sont les gendarmes auditionnés par les diverses commissions du Grand Conseil. Les députés sortants préfèrent  « convoquer » l’état-major !

 

Second constat, le recrutement.

S’il est difficile de recruter des policiers sur le « marché » local, le manque de capillarité sociale des futurs agents venant d’autres cantons, révèlent leurs méconnaissances des meurs particulières d’un canton/ville subissant une criminalité particulière.

 

Troisième constat, la lassitude

Il y a 15 ans, on constatait une lassitude chez le gendarme, après 10 ans de service, aujourd’hui les premiers signes de lassitude se font sentir après 18 mois !

 

Quatrième constat, les effectifs

Le Conseil d’Etat, dans sa politique de réduction linéaire de la charge salariale des fonctionnaires, a imposé une diminution des effectifs administratifs au sein de la Police, et c’est donc aux agents de maintient de l’ordre d’assurer ce travail et par conséquence, ils sont moins disponibles auprès de la population.

 

Sans oublier les spécificités genevoise : la police municipale n’est pas armée, elle ne peut pas amener le délinquant, etc. Les souris dansent !

 

J’espère que dans le programme de réorganisation de la police que le Conseil d’Etat, présentera le 9 septembre, quelques solutions seront proposées pour rétablir la dignité d’un corps bien malmené ces dernières années.

 

08:30 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Formation, Général, Genève, Médias, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : élection, candidat, élections, grand conseil, genève | |  Facebook

03/09/2009

Apprendre en naviguant

Internet apprendre.jpg

Une récente étude du cabinet SRI International réalisée pour le Département américain de l’éducation, menée entre 1996 et 2006, révèle que la combinaison dune formation mixte ; In-Situ et à distance obtient les meilleurs résultats.

(Cette étude à été réalisée auprès d’un échantillon d’universitaires et d’adultes. Elle n’est pas valable pour le primaire et le secondaire).

La principale conclusion confirme que la formation on-line est légèrement meilleure que celle In-Situ, mais qu’une véritable différence existe en combinant les deux techniques.

Vidéoconférences, chats, mails, accès instantanés aux dictionnaires et encyclopédies, ainsi qu’à une quantité d’articles, sans avoir à ce déplacer, offre un gain de temps appréciable.

Il reste indispensable d’avoir un contact direct avec l’enseignant et ses camarades d’études, pour effacer ses doutes… et que pour ceux qui savent puissent guider les pas de ceux qui s’aventurent dans la jungle de l’Internet.

Un exemple, peu d’étudiant suivent les clases de Walter Lewin, un astrophysicien du MIT, mais ces vidéos sur YouTube sont régulièrement visionnées par 250'000 personnes.

13:15 Écrit par Charly Schwarz dans Formation, Général, Genève, Science, Techno, Université | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : élection, candidat, élections, grand conseil, genève | |  Facebook

25/08/2009

Comment laisser une place à l’autre-différent

handicap.jpg

Reconnaître les personnes en situation de handicap comme des citoyens dont la dignité doit respectée, nous en sommes tous convaincus,  mais comment passer, les uns et les autres de la parole aux actes ?

La problématique, aujourd’hui, peut être posée dans les termes suivants :

Comment laisser une place à l’autre-différent  pour que sa dignité retrouve une position :

- hors de l’assistance généralisée et de la surprotection paternaliste ;

- hors d’une volonté d’intégration à tout prix qui dénie les différences ;

- hors d’une exclusion pure et simple d’un monde où la compétition est reine ?

Répondre à cette question incombe d’abord, j’en ai la conviction, aux  personnes en situation de handicap elles-mêmes que ces différentes logiques d’assistance, d’intégration, d’exclusion privent d’une prise de parole, en raison des représentations projetées sur elles.

Mais la mise en œuvre d’une réponse est complexe, je vous l’accorde.

 

07:04 Écrit par Charly Schwarz dans Economie, Formation, Général, Genève, Politique, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : élection, candidat, élections, grand conseil, genève | |  Facebook

07/08/2009

3 astuces pour simplifier son iPhone

iphone.jpg

Ces petites fonctions, parfois méconnues, permettent de gagner du temps ou d'améliorer l'expérience utilisateur. Pourquoi s'en priver ?

Lire la suite

12:32 Écrit par Charly Schwarz dans Formation, Général, Médias, Techno | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

11/07/2009

Ecole et politique

mail-1.jpg

Nos autorités n’auraient-elles  pas fait une erreur en accordant l’autorisation d’utiliser les préaux d’écoles pour des manifestations politiques ?

(PdT dans l’école du Mail, les 10 et 11 juillet).

09:15 Écrit par Charly Schwarz dans Formation, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

17/06/2009

Création de richesse = travail + capital !

microcrédits.jpg

La pratique habituelle (prêter en fonction des garanties réelles et donc de la richesse acquise au lieu de miser sur la richesse future) a pour effet de renforcer la concentration des biens plutôt que d’améliorer l’allocation des ressources dans l’économie.

Elle freine le développement local, ancré dans la réalité et fondé sur les capacités entrepreneuriales des habitants.

L’originalité du concept du microcrédit est de marier les dimensions, sociale et financière, considérées comme antagonistes.

Cela n’est possible qu’en se projetant dans l’avenir. Contrairement à toute autre forme de crédit, le microcrédit se fonde sur la confiance et les capacités des emprunteurs de créer de la richesse.

Mais il est difficile lorsqu’on a pris l’habitude de lier les décisions de prêt aux résultats comptables et aux garanties réelles.

Le microcrédit est populaire mais reste méconnu.

Souvent réservé à des populations précarisées, le microcrédit attire aujourd’hui de nouveaux publics ; des jeunes frappés par la crise, des cadres démotivés par un métier qui ne les satisfait plus ou encore des quadras aux velléités créatrices enfouies qui décident de s’écouter enfin et qui aspirent avant tout à l’autonomie professionnelle et financière.

Le microcrédit a une vraie modernité parce qu’il n’a pas qu’une fin utilitaire, il est un instrument pour réaliser une passion, valoriser ses compétences, et concrétiser des idées novatrices et originales.

La crise (précarisation du travail, chômage) démontre que d’autres voies sont nécessaires pour échapper à la solidarité publique.

Nous allons vers des petites unités économiques de service, mais le manque d’accès au crédit pénalise les petites entreprises et plus particulièrement les entreprises en démarrage.

Le microcrédit est un outil indispensable pour développer une activité professionnelle en l’absence de moyens… A condition d’être épaulé.

L’accompagnement est l’enjeu principal du microcrédit !

 

(extrait de ma conférence donnée mercredi 17 juin dans le cadre du Festival de la Terre à Lausanne)

11:50 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Développement durable, Economie, Formation, Général, Genève, Politique, Solidarité, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

11/06/2009

Monde francophone et hémisphère occidental

Hémisphère occidentzal.jpg


Le Buffalo State College tiendra pendant trois jours un congrès ayant pour thème « Le Monde Francophone et l’Hémisphère Occidental ». Il débutera le dimanche 12 juillet 2009 et se poursuivra le lundi 13 et le mardi 14 au Buffalo State College à New York aux États unis.

Lire la suite

18:46 Écrit par Charly Schwarz dans Formation, France, Général, Genève, Monde, Politique, Science, Suisse, Université, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

10/06/2009

L’EcoPôle des Charmilles un outil pour s’installer, démarrer, économiser, échanger, se développer…

images.jpg

Enfin de l’intérêt pour le développement de l’économie de proximité !

Avec la collaboration d’acteurs de l’économie locale (la Fondetec et  Après-Chambre de l’économie sociale et solidaire) la Ville de Genève investit dans le développement économique de proximité et durable.

Par la création de l’EcoPôle des Charmilles le département des Finances s’engage, par la mutualisation des compétences (un entrepreneur doit maitriser 27 métiers) en un lieu, à favoriser les échanges et la collaboration entre les acteurs de l’économie marchande et celle de l’ESS (économie sociale et solidaire).

Ce mariage entre l’économie marchande et l’ESS est une opportunité pour optimiser le financement, l’accueil, l’accompagnement et l’hébergement et ainsi éviter la solitude dans laquelle se retrouve souvent le créateur d’entreprise.

Par la création d’un nouveau statut, unique en Suisse, celui d’entrepreneur salarié, l’EcoPôle devient un véritable incubateur innovant.

Les conditions d’accès, pour ces entrepreneurs, aux crédits (taux préférentiels, prêts d’honneur, etc.) reste à définir…

17:21 Écrit par Charly Schwarz dans Associations, Commerce, Développement durable, Economie, Formation, Général, Genève, Politique, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

06/06/2009

Le Soleil se lève à l’ouest… (3)

images.jpg

Le défi du développement durable peut se résumer ainsi : comment rendre compatible le progrès économique et social avec le maintien des grands équilibres de la planète ?

L’imposante dimension des problèmes à résoudre de même que leur caractère le plus souvent transfrontalier exige une coopération à tous les niveaux.

Indubitablement, la maîtrise de ces grands enjeux mondiaux ne peut être possible sans l’acquisition de savoirs nouveaux.

Les recherches menées dans les différentes disciplines des sciences de la vie, de l’économie, de l’homme et de la société, et de l’ingénierie ont une contribution à apporter à la mise en œuvre d’un développement durable et responsable.

Mais le succès ne sera au rendez-vous que si les chercheurs travaillent dans la pluridisciplinarité et associent, dès la conception, les acteurs de la société civile qui auront à utiliser les résultats.

La Suisse consacre moins de 3% de son PIB à la recherche, tandis que la Suède 3,9%, la Finlande 3,5% et le Japon  3,3%.

Une solution passe par une action politique forte pour favoriser une plus grande participation des budgets R&D au PIB national.

08:29 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Economie, Formation, Général, Genève, Politique, Région, Suisse, Université, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

12/05/2009

Plus de participation contre l’échec de la politique d’intégration

images.jpg

On peut mesurer la réussite ou l'échec d'une politique d'intégration à la valeur économique et au degré de sécurité qu'elle génère.

Une politique d'intégration axée sur la gestion des emplois ne permettra pas de répondre aux défis du futur. Les problèmes linguistiques à l'école, l'isolement des parents et la formation déficiente des jeunes le démontrent clairement.

Une intégration active doit  être considérée comme un investissement permettant de valoriser le potentiel de la population migrante.

Hors,depuis l’entrée en vigueur de la LEtr au 1er janvier 2008 (basée sur un processus de réciprocité auquel les étrangers doivent participer) nous devons malheureusement constater que l’esprit de cette loi est un échec.

Les migrants réclament une politique de participation sociale… Ils manifestent la volonté de participer à la vie économique , d'acquérir une formation, de respecter l'ordre juridique et d’apprendre notre une langue.

A nous de leurs donner les moyens et la motivation de contribuer au développement de notre pays.

Aujourd’hui, nous devons veiller à une meilleure participation des migrants dans tous les rouages de notre société.

13:15 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Economie, Formation, Genève, Monde, Politique, Solidarité, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

12/04/2009

de l’éthique sur l’étiquette ; la consom'action

etique.jpgDe plus en plus de consommateurs demandent de "l’éthique sur l’étiquette". En réponse à cette pression, distributeurs et marques se disent préoccupés par la qualité sociale, environnementale et étique des produits qu’ils commercialisent.

Mais qu’en est-il réellement ?

Lire la suite

11:57 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Culture, Développement durable, Economie, Formation, Général, Genève, Politique, Solidarité, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

04/03/2009

Trouvez plus qu'un travail

 

Avec plus de 25’000 salariés, soit environ10% des emplois à Genève, l'économie sociale et solidaire représente un poids important dans le tissu économique et social.

Malgré l'hétérogénéité des questions relatives aux ressources humaines de ce secteur, on peut relever un certain nombre de points communs: accentuation de la professionnalisation, nécessité d'attirer les meilleurs profils (savoir être et savoir faire), mais surtout la nécessité de répondre aux besoins de recrutement de ces prochaines années (croissance de certains secteurs ou remplacements liés à la pyramide des âges).

Face à cette situation, l'économie sociale et solidaire bénéficie d'un atout majeur. En alliant professionnalisme et fondements éthiques, elle répond à l'aspiration d'un grand nombre de salariés :

 

concilier activité professionnelle et sens.

 

Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si un nombre important des jeunes diplômés envisagent d'intégrer une entreprise de l'économie sociale. Phénomène assez bien illustré par l'ensemble des grandes écoles qui proposent aujourd'hui des formations spécialisées.

Le paradoxe actuel se situe dans le manque de visibilité du secteur, la prudence des structures de l'économie sociale et solidaire pour aller à la rencontre de ces candidats, et le manque de connaissance des candidats des attentes des entreprises.

Aujourd’hui, il est impératif de combler une partie de ce déficit d'image, de valoriser les métiers et faciliter les recrutements en attirant les compétences au sein des organisations de l’économie sociale et solidaire.

 

14:05 Écrit par Charly Schwarz dans Associations, Développement durable, Economie, Formation, Genève, Politique, Suisse, Université | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

03/03/2009

Le chômage c’est d’abord un problème de flux

Ce n’est pas le nombre qui importe, mais le temps. Rester au chômage pendant trois ou six mois entre deux jobs, ce n’est pas la même expérience qu’une année sans emploi.

Le chômage-tampon est un phénomène presque inéducable. Mais le chômage de longue durée est une calamité. Le travail se désapprend. Après un an ; on décroche, on s’enfonce, on est largué, on ne connait plus les nouveaux outils, on oublie la sociabilité des pauses cigarettes ou cafés, on se délite à petit feu.

On peut cependant considérablement limiter le chômage de longue durée. Pas uniquement en recourant au traitement social, par de contrats sous payés et tardifs (il faut être chômeur de longue durée pour bénéficier des emplois aidés).

En revanche, il excite une mesure préventive jamais testée, pas chère, efficace et simple : le « job rotation ».

C‘est une invention du Danemark. Le «job rotation» consiste à remplacer par un chômeur un salarié qui prend un congé d’un an. L’idée, c’est que le congé doit servir à entamer une formation qualifiante. Dans le meilleur des cas, le salarié revient en prenant du galon et le chômeur, recruté pour le remplacer, conserve le job.

Dans ce système, tout le monde est gagnant ; le salarié en formation, le chômeur, l’entreprise qui n’a pas de rupture de charges, et l’état qui, au lieu d’indemniser un chômeur, finance la formation.

Les Danois ont inventé ce modèle en 1996.

En ce début de récession avouée, je suis frappé par l’absence complète d’imagination des plans. On nous ressort toujours le même traitement social du chômage.

Expérimenter le « job rotation » serait un vrai progrès social.

12:29 Écrit par Charly Schwarz dans Economie, Formation, Genève, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

26/01/2009

La consommation responsable, source d'emplois et d'activités nouvelles

 

Une tendance actuelle de la consommation est sans conteste la montée en puissance des préoccupations environnementales et sociales dans les comportements d'achat.

Pour répondre à la demande, de nouveaux modes de production et de commercialisation se mettent en place dans tous les secteurs économiques.

Il s'agit de concilier principes éthiques, normes environnementales, qualité du produit et réalité de terrain.

Les acteurs locaux devraient proposer un accompagnement en direction des porteurs de projets qui se lancent dans le secteur. Les formations doivent passer par les écoles de commerce qui intègreraient cette dimension à leur contenu.

Il est aussi possible d'aller voir du côté des masters développement durable ou encore du côté de l’économie sociale et solidaire.

La consommation responsable constitue un secteur économique propice à l'emploi et à la création d'activité.

23:15 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Développement durable, Economie, Formation, Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

17/01/2009

Entre éthique et efficacité

L’éthique, en entreprise comme ailleurs, exige souvent d’aller à l’encontre du consensus ambiant au risque parfois d’une traversée du désert…

Les managers sont plus que jamais obligés de s’interroger sur leurs valeurs personnelles et le sens de leurs actions.

Ils se trouvent un jour confrontés à l’un de ces choix cornéliens où s’affrontent convictions personnelles, et exigences professionnelles. Les contraintes du court terme, l’obsession des résultats et la crainte de perdre son boulot s’allient pour augmenter la pression.

Comment trouver un compromis pour ménager la chèvre et le chou ?

Alors qu’il est si facile de se couler dans le moule.

Mais il est possible de diriger sa vie et sa carrière, sans trahir ses valeurs, que la crise soit mondiale ou liée à l’actualité de l’entreprise.

 

Pour aller plus loin : Novethic

19:00 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Economie, Formation, Général, Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

05/01/2009

L’avenir se prépare…

L’avenir se prépare… surtout pendant cette période d’apprentissage qu’est l’école primaire.

Trop de jeunes appellent au secours… « Aidez-nous à apprendre ! », avertissement entendu à maintes reprises … Mais ont-ils été entendus ?

Et à Genève cette volonté d’organiser des appuis ciblés et spécifiques existent, mais il faudrait que le Département de l’Instruction Publique (DIP) autorise les instituteurs à solliciter une aide urgente, pour organiser des mesures (recensement précoce et l’encouragement des élèves défavorisés, concentration des efforts sur les moins performants et les moins motivés), avec l’aide d’anciens instituteurs prêts à reprendre du service…  

Alors, où est la volonté politique d’entreprendre, de manière concrète, pour les générations futures ?

 

09:53 Écrit par Charly Schwarz dans Formation, Général, Politique, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

03/12/2008

Quel avenir après de l’école ?

L’avenir se prépare… surtout pendant cette période d’apprentissage qu’est l’école primaire.

Trop de jeunes appellent au secours…

« Aidez-nous à apprendre ! »,

avertissement exprimé à maintes reprises… Mais sont-ils entendus ?

La récente étude de l’office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie (OFFT) dénombre que 2'500 jeunes en fin de scolarité se retrouvent sans avenir, c’est sûrement que les appuis ciblés pendant leurs scolarités n’ont pas été suffisants.

A Genève cette volonté d’organiser des appuis ciblés et spécifiques existent, mais il faudrait que le Département de l’Instruction Publique (DIP), ainsi que la Société pédagogique Genevoise autorisent les instituteurs à solliciter une aide urgente, pour organiser ces mesures (recensement précoce et l’encouragement des élèves défavorisés, concentration des efforts sur les moins performants et les moins motivés), avec l’aide d’anciens instituteurs prêts à reprendre du service…

Alors, où est la volonté politique d’entreprendre, de manière concrète, pour les générations futures ?  

 

20:01 Écrit par Charly Schwarz dans Formation, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook