15/06/2012

Le respect, signe de dignité

Comment dans un monde d’inégalités croissantes, faire en sorte que le respect de soi oblige aussi le respect des autres ?
Je pense qu’il faut renoncer à la politique de la compassion et à son double, la mentalité d’assisté, pour construire des véritables liens, qui ne soient pas d’assistance, ni de dépendance, mais de réciprocité.
Aujourd'hui, le respect est la principale exigence adressée à l’Autre !

12:03 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

11/06/2012

Comment sortir Franziska, Olivier ou encore Julio du chômage?

 

Les chiffres officiels publiés chaque mois par l'Office Cantonal de l'Emploi (OCE) restent flous...

On y découvre que des pourcentages et aucun chiffre absolu, notamment pour les jeunes diplômés demandeurs d'emploi.

J'estime que chaque année, c'est plus de 250 étudiants qui frappent à la porte du chômage, sans y trouver de solutions à leurs mesures.

Et des solutions existent...

Juste un exemple :

Actuellement à Genève, un certain nombre d'entreprises cherchent des repreneurs, mais ces entrepreneurs ont de la difficulté à trouver des personnes qualifiées.

Il serait donc opportun de créer, sur la base d'un modèle d'incubateur, une structure qui, pendant 2 ans contre un salaire, claqué sur celui des avocats-stagiaires, formerait de futurs chefs d'entreprise intéressés.

Cette structure serait financée dans le cadre d'un partenariat « public/privé ».

Et il en existe d'autres, mais existe-t-il encore une volonté politique ?

 

17:53 Écrit par Charly Schwarz dans Economie, Formation, Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

08/06/2012

Moi Conseiller d’Etat…

 

Moi Conseiller d'Etat, je ferais de la Politique... avec un grand P.

Moi Conseiller d'Etat, je veillerais à ce que les lois, toutes les lois soient appliquées et respectées.

Moi Conseiller d'Etat, j'exigerais et m'assurerais que les serviteurs de l'Etat se préoccupent de l'intérêt collectif avant la défense d'intérêts corporatistes ou partisans.

Moi Conseiller d'Etat, j'assurerais à chaque habitant les conditions de pouvoir vivre en sécurité, c'est d'ailleurs l'un des premiers rôles de l'Etat.

Moi Conseiller d'Etat, je faciliterais la création, culturelle et entrepreneuriale.

Moi Conseiller d'Etat, je donnerais envie aux habitants et citoyens de s'engager (auprès des anciens, des jeunes, en politique, etc.)

 

09:30 Écrit par Charly Schwarz dans Fiction, Général, Genève, Humour, Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

06/06/2012

L’Etat a de la peine à lutter contre l’insécurité

 

Lorsqu'un Etat désire lutter contre l'insécurité, il a généralement deux moyens d'action différents, mais complémentaires :

il peut prendre des mesures à court terme, qui devront se traduire par des résultats rapides et détectables, ou à plus long terme, avec pour dynamique assumée de s'attaquer à la source du problème.

 

A mon avis, la lutte contre l'insécurité nécessite un travail de prévention sur le long terme en développant une véritable politique sociale qui devra notamment veiller à réguler le marché de l'emploi et du logement, à conserver un système de formation performant, à optimiser le processus d'intégration, sans oublier de combattre la criminalité.

 

Autant de thèmes récurrents que l'Etat, plus particulièrement notre Conseil d'Etat, a bien de la peine à traiter efficacement.

 

15:08 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

29/05/2012

Le « doux ronronnement » des conseils d’administration

 

Les enjeux politiques de demain sont liés à la démographie, à l'environnement, aux migrations, à l'éthique...

Mais actuellement, la droite gouvernementale (PLR /PDC) obsédée par le moins d'état, concentre son énergie sur les finances et l'économie en mettant son poids sur des dossiers où finalement son action est limitée par la mondialisation.

Elle néglige les politiques où les champs d'action sont encore nationaux, et donc dotés de véritables pouvoirs (culture, environnement, santé, social).

Elle préfère le « doux ronronnement » des conseils d'administration.

Pourtant, il existe un espace politique pour des solutions à la fois économiques, environnementales et sociales.

Un espace politique qui croit en la capacité de l'individu à faire ses choix de vie, qui croit à une politique capable de répondre aux besoins accrus en matière de culture, de formation, de santé, capable de faire face aux dérèglements climatiques et d'intégrer les commutés étrangères.

 

18:09 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Développement durable, Economie, Général, Genève, Politique, Résistance, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

26/05/2012

"L’art de gouverner n’a produit que des monstres."

La maxime de Saint-Just semble avoir été écrite au XXIème siècle tant elle est d’actualité.

Monstres de suffisance, de mépris, de mensonge et de ridicule, ils sont venus, ils sont tous là.
Et leur adage à eux, c’est naturellement « gouverner, c’est faire peur« .Peur de l’autre, peur de la crise.

Stigmatiser la peur de l’autre, du voisin, c’est le racisme ordinaire façon...
Stigmatiser celle de la crise, c’est se dédouaner de toutes responsabilités sociales derrière un épouvantail, façon...

17:55 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Histoire, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

24/05/2012

Il faut reformuler notre « vivre ensemble »

 

Nous devons travailler à une reformulation de l'offre politique au plus près des besoins de la population en la mettant en mouvement pour lui permettre de mesurer le chemin à parcourir.

Nous devons régénérer notre démocratie en mettant à plat les désirs, les visions individuelles et ensuite à essayer de les intégrer dans une construction collective qui débouche sur un projet commun.

Ceux qui détiennent un mandat représentatif doivent créer les conditions d'une réflexion et d'une participation réelle des électeurs. Cela devrait être le corolaire naturel de toute véritable démocratie.

Les élus doivent apprendre à écouter, dialoguer, agir de concert pour réussir à faire partager leurs valeurs, leurs histoires et leurs projets. Ils ont même la possibilité des les enrichir et de les faire évoluer.

Notre « vivre ensemble » sert à régénérer l'ascension sociale individuelle et collective, la solidarité et le partage des pouvoirs culturels, économiques et politiques.

 

12:32 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

16/05/2012

L’écologie de l’esprit...

 

L'image de la pollinisation illustre bien la nouvelle conception de l'économie que devra faire émerger l'écologie de demain. Les abeilles génèrent avec le miel un produit « marchandisable » dont vit l'apiculteur, mais chacun sait que le travail le plus socialement et écologiquement utile des abeilles est la pollinisation des plantes sauvages ou cultivées.

La pollinisation peut servir de paradigme pour penser la richesse économique réelle d'une société vivante, du système complexe de l'écosystème et de la biosphère. Une telle société humaine appelle une nouvelle économie politique adéquate à sa réalité.

Cela implique de revisiter l'ensemble du programme de la vieille économie politique reposant sur la rareté et de repenser l'allocation des ressources dans un système complexe vivant à partir du principe de minimisation des externalités négatives et de production d'externalités positives.

On voit qu'ainsi l'économie politique et l'écologie ne se tournent plus le dos.

Mais comment peuvent s'articuler leurs relations ? Par « L'écologie de l'esprit » !

L'écologie de l'esprit désigne la méthode pour décrire le système constitué du sujet et de son environnement : s'il y a de l'esprit, il ne se situe ni à l'intérieur ni à l'extérieur, mais dans la circulation et le fonctionnement du système entier.

 

17:57 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Monde, Politique, Science | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

29/04/2012

Essayer de faire de la Politique autrement, n’est pas un risque mais une chance.

 

On parle de changer la manière de faire de la politique ou d'engager une nouvelle forme de relation avec l'électeur.

 

Malgré l'existence d'opportunités réelles beaucoup préfèrent se recroqueviller et adopter une stratégie conservatrice et défensive au nom du "on connait notre électeur, évitons le risque de devoir affronter les nouvelles préoccupations de nos concitoyens".

 

Et me revient en mémoire les propos d'un entraineur sportif ; "il faut arrêter de dire qu'une équipe qui attaque et va vers l'avant prend des risques...elle essaie de créer des opportunités". Il est vrai qu'on classe toujours les « compétiteurs » dans deux catégories : ceux qui avancent et dont ont dit qu'ils ont un jeu "à risque" et ceux qui se recroquevillent, défendent avec acharnement, et espèrent que l'orage passera.

 

L'analogie avec la politique est pertinente. Faire le pari de la défense signifie s'estimer prêt à encaisser les coups, à subir le jeu de l'autre, à perdre l'initiative en pensant que cela passera.

 

Et parfois cela passe et d'autre fois la digue craque et l'équipe se fait balayer. Dans le contexte sportif ce n'est qu'un match de perdu.

 

Dans le monde de la politique si on se fait balayer une fois il se peut que cela soit pour longtemps et qu'on ait à assumer des conséquences autrement plus importantes qu'un match perdu.

 

J'en tire l'enseignement que dans un monde où on laisse l'initiative aux autres, où l'on subi ou refuse le combat ne paie pas. Pire encore, plus on refuse le risque plus la moindre défaillance sera rédhibitoire.

 

Les stratégies trop défensives adoptées par certains partis gouvernementaux ont fini par montrer leurs limites et pour certains la catastrophe a été frôlée.

 

Reste à voir s'ils peuvent en tirer profit pour se remettent en question et changer leurs approches de la Politique. En profiterons-ils pour se désinhiber et adopter une stratégie non pas risquée mais créatrice d'opportunités ?

 

Essayer de faire de la Politique autrement, n'est pas un risque mais une chance.

 

09:59 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique, Résistance, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

17/04/2012

Il existe un ici, un là-bas et un ailleurs. C'est dans cette faille spatio-temporelle que ce sont perdus nos Constituants...

 

Je sais nous ne sommes pas tous des juristes, alors permettez moi de penser que la Constituante va droit dans le mur, et en plus elle klaxonne !

Et ne faîtes pas dire que nous aurions dû leurs retirer le permis de nuire...

 

08:42 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Histoire, Résistance, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

15/04/2012

"Personne" pas de définition dans le projet de Constitution...Bizarre !

D'après le dictionnaire d'éthique et de philosophie morale, la personne serait un centre unifié de choix et d'action, ayant pour résultante la notion de liberté et de responsabilité.

Le mot de personae émane de deux sources principales: le théâtre (les masques sont des personae) et la loi. Au point qu'on peut confondre la personne avec le moi.
.
Nous pouvons aussi trouver une définition de la personne dans les différents rôles qu'elle peut prendre (citoyen, immigré, réfugié, touriste, voir même criminel, terroriste, etc.)


Toutefois, il ne reste pas moins vrai qu'une définition de la personne ne saurait ignorer le rapport qu'elle entretient avec l'autre.
.

Pour avoir une bonne vue de la notion de personne, voir l'article de Jerphagon (Revue de Théologie et de Philosophie No 110) qui met bien en lumière toute l'histoire du concept de personne.

09:23 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Lettres, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

12/04/2012

Projet de Constitutionnel: aucune définition du régime politique choisi

 

A quelques jours de la 3ème lecture du projet de nouvelle Constitution,

il me semble que c'est une forme du gouvernement dit «démocratie représentative» qui est érigé en système politique.

 

Mais les limites de la démocratie représentative sont nombreuses :
Insuffisance de représentativité, les représentants élus ayant tendance à ne pas être représentatifs du corps électoral (niveau des revenus, d'instruction, classes sociales différents).

 

La composition socioprofessionnelle des députés en est une assez bonne illustration. Dès lors, les intérêts des élus ne coïncident pas nécessairement avec ceux de leurs électeurs.


Il est bien souvent difficile à un candidat de remporter des élections sans se présenter au nom d'un parti politique et il risque de devoir agir à l'encontre de ses convictions pour être en conformité avec les lignes directrices, même si bien souvent il s'agit de compromis secondaires.

Aujourd'hui, libérés des contraintes organisationnelles, grâce aux nouvelles technologies, nous pouvons imaginer bien d'autres moyens de recueillir l'opinion des gens et d'en faire bon usage...

 

Ainsi l'initiative citoyenne prendrait tout son sens et la volonté populaire toute sa dimension.

 

12:59 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

06/04/2012

Si le PIB par habitant a été multiplié par trois depuis 1960, le niveau de bonheur n'a pas bougé

Un rapport présenté lundi à l'ONU dénonce  le produit intérieur brut comme ne "reflétant pas la façon adéquate d'aller dans le sens d'une croissance heureuse."

Parmi ces recommandations, on trouve la capacité des gouvernements à répondre aux besoins élémentaires de leur population, renforcer les systèmes sociaux, mettre en place des politiques d'emploi actives, améliorer les services de santé mentale, encourager l'altruisme et l'honnêteté.

D'autres mesures sont plutôt de l'ordre du développement durable, comme la protection des écosystèmes, l'accent sur l'éducation ou le soutien aux communautés locales.
.
De nombreuses études récentes ont montré que dans de nombreux pays développés le bonheur n'est pas proportionnel à la richesse économique.
.
Ce résultat, souvent appelé "Le paradoxe du bonheur", est à l'origine d'une discussion internationale sur la promotion du bien-être par le biais de politiques publiques. Il annonce la couleur du prochain Sommet de la Terre.

http://issuu.com/earthinstitute/docs/world-happiness-repo...


13:31 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Médias, Monde, Politique, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

24/03/2012

Définitivement, nos autorités sont nulles !

Un concours est lancé pour trouver un nom en remplacement du trop technocratique "Agglo Franco Valdo Genevoise".
Sont proposés les nom de  "Grand Genève" et "GenevAgglo", mais ces deux noms sont déjà déposés en .ch sur Internet.
Question ? Comment vont-ils faire pour communiquer sur la toile ?

08:18 Écrit par Charly Schwarz dans Associations, Développement durable, Général, Genève, Politique, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook

18/03/2012

Il faut reformuler notre « vivre ensemble »

 

La démocratie participative permet de travailler à une reformulation de l'offre politique au plus près des besoins de la population en la mettant en mouvement pour lui permettre de mesurer le chemin à parcourir.

Elle devrait être le corolaire naturel de toute démocratie véritable, dans le sens que ceux qui détiennent le mandat représentatif devraient créer les conditions d'une réflexion et d'une participation réelle des électeurs

La démocratie participative sert avant tout à régénérer la démocratie en mettant à plat les désirs, les visions individuelles et ensuite à essayer de les intégrer dans une construction collective qui débouche sur un projet commun.

 

Les élus qui savent écouter, dialoguer, agir de concert ont une chance  de réussir à faire partager leurs valeurs, leurs histoires et leurs projets. Ils ont même la possibilité des les enrichir et de les faire évoluer.

 

Elle sert aussi à régénérer l'ascension sociale individuelle et collective, la solidarité et le partage des pouvoirs culturels, économiques et politiques.

 

 

09:37 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique, Solidarité, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

12/03/2012

Ethique & Profit

 

Y aurait-il une connotation insidieuse visant à faire croire que le profit n'est pas éthique ?

Le profit vient-il d'activités immorales, génère-t-il de l'argent propre, sale ?

Du point de vue professionnel, tout salarié, expert, consultant, reçoit en contrepartie de ses prestations un salaire, des émoluments. C'est une partie de la reconnaissance de sa contribution au sein de l'entreprise, des projets, sous forme financière, à la création de valeur de l'organisme.

Cette création de valeur participe au marché explicite des organismes privés ou implicite des organismes publics

S'il n'y a pas profit, les organismes sont condamnés à terme.

Mais pour les organismes publics, c'est une idée qui doit progresser, ce n'est pas encore tout à fait dans la tête des citoyens. Il s'agit de trouver un sens à ces organismes au sein de la société, un sens à la vie.

C'est l'essence même de leur existence. D'ailleurs le développement durable intègre tout d'abord la composante économique, qui permet de réaliser la composante sociétale en même temps que la protection de l'environnement.

Mais où est donc la problématique ? D'ordre moral ? ... Peut être !

 

10:13 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Economie, Général, Genève, Politique, Solidarité, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

08/03/2012

Du principe aux comportements, un monde peut les séparer

 

Rien ne doit empêcher l'égalité devant un service public, rien ne doit différencier les individus devant l'action générale.

L'équité est le principe modérateur du droit selon lequel chacun peut prétendre à un traitement juste, égalitaire et raisonnable.

L'égalité constitue la base d'un système public démocratique.

Tous les citoyens doivent s'intégrer, avoir les mêmes chances de réussir, les mêmes chances pour pouvoir se positionner socialement.

Pourtant, la réalité montre que chaque personne attend de la sphère publique un rôle adéquat, en fonction de sa propre situation, de son état actuel.

Les individus sont tous différents et le système public doit perpétuellement composer entre les particularités individuelles qui font les cultures d'une cité

Du principe aux actes et comportements un monde peut les séparer.

Pour les organismes publics, l'équité apporte une dimension raisonnable, subjective, parfois floue, qui est en sorte une « valeur» propre à ces organismes publics, indispensables aux comportements éthiques des acteurs concernés.

Cette valeur reste à partager.

 

09:41 Écrit par Charly Schwarz dans Associations, Culture, Développement durable, Economie, Général, Genève, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

06/03/2012

Pour répondre à webzine…Non, Charly ne dort pas !

 

Depuis la fondation de la Commune Libre du Bourg-de-Four, le 29 février 2012, le Conseil a établi son programme de législature...

Voici quelques actions qui ont été décidées :

Équipement en Wifi de la place centrale,

Ouverture d'une ambassade à la Nuit des Bains (15 mars),

Pose d'une plaque sur le plus ancien mur romain de Genève,

Visite guidée de tous les 1ers dimanche,

Ainsi que la signature des lettres de créances pour nos ambassadeurs,

Etc...

Comme vous pouvez le lire, notre Conseil n'est pas en sommeil !

 

10:05 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Loisirs, Médias, Politique, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

04/03/2012

L’étique : pour quoi, pour qui, comment…

 

L'évocation de la dimension éthique occupe aujourd'hui une place importante dans les discours relatifs à l'économie, à la vie professionnelle et à la politique, alors que nous assistons à un durcissement des rapports entre les personnes. Quelle signification plus large revêt cet intérêt pour l'éthique et les valeurs ?

Et ainsi les questions surgissent...

Quels sens sont donnés aux termes utilisés ?

Quelles fonctions joue ce discours éthique ?

Comment peut-il être abordé ?

Dans quelles conditions émerge-t-il ?

Par qui est-il énoncé ?

Quels rapports entretiennent les valeurs et les activités ?

 

17:54 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

03/03/2012

L’Ethique passe par sa toilette

 

Nul n'ignore que les qualifications et définitions sont arbitraires, et qu'une instabilité en la matière crée plus de difficultés qu'elle n'en résout.

 

Or, la notion d'éthique est par essence fluctuante, reflétant l'idéal de valeurs d'une société à une époque donnée, caractérisée par sa variabilité et de surcroît relative puisqu'elle intervient dans des  domaines et des secteurs d'activité différents.

 

L'hygiène de l'esprit passant par la toilette des mots, il est en conséquence impératif de s'entendre sur la définition de l'éthique.

 

Pour les Grecs, le mot éthique renvoie à une réflexion sur les principes généraux guidant l'action humaine, le Larousse le définit comme «ensemble des règles de conduite ».

 

Se pose alors la question du lien qu'entretient l'éthique avec la morale ou encore avec la déontologie. Ces notions relèvent-elles d'une seule et même catégorie ou s'opposent-elles ?

 

08:06 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Lettres, Monde, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook