03/09/2012

reMettre l’éthique au cœur de la mesure

Les enjeux du développement durable appellent à une culture du dialogue, de confiance réciproque... de changement de paradigme.

Entre deux projets d’aménagements à soutenir, comment distinguer celui qui a été réellement conçu en collaboration avec les populations concernées, de celui qui répond essentiellement à une logique de spéculation immobilière ?

C’est la qualité du dialogue qui fera évoluer nos institutions.

Si elles appellent de leurs vœux cette coopération avec la population, dans les faits, leurs dirigeants privilégient les garanties classiques (atteinte d’objectifs fixés à l’avance, viabilité, garanties offertes par les promoteurs etc.)

Mais c’est probablement l’éthique qui nous aidera le mieux à articuler véritablement les dimensions écologiques, sociales, économiques mais aussi culturelles qui accompagne un développement soutenable...

 

14:51 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Développement durable, Economie, Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

02/09/2012

La construction de sociétés plus solidaires et durables dépendra de politiciens progressistes


Plus que jamais, il est important que les progressistes se souviennent de la première règle en politique: les gens votent pour quelqu'un qui pense à ce qu'il faut faire pour eux.

 
À cette fin, le programme des progressistes doit non seulement inclure des investissements dans les secteurs économiques d’avenir, mais aussi offrir davantage de mobilité sociale, et de reconnaître que l'amélioration de la qualité de vie pour de nombreux citoyens nécessite de nouvelles institutions pour leurs permettre de contribuer au bien commun de la manière qu'ils préfèrent.
 


Il faut inventer un secteur public qui soit en mesure de faire les bons investissements sociaux et de créer de nouvelles institutions qui mobilisent et canalisent l'énergie des individus désireux de contribuer au bien commun.

19:51 Écrit par Charly Schwarz dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

21/08/2012

Sortir de l’idéologie des indicateurs de performance

 

L'expression « indicateurs de performance » est sur toutes les lèvres: chacun est à la quête d'une plus grande transversalité, seule façon de traiter les questions dans toute leur complexité culturelle, économique, environnementale et sociale.  Et c'est bien normal...

 

Mais agir de façon transversale, c'est se donner la possibilité de changer de regard et rechercher l'altérité. Or c'est la qualité du dialogue qui produit cette altérité, et non l'accumulation de critères et d'indicateurs de performance à laquelle sont en train de se livrer nos institutions: performance économique et environnementale, traçabilité des investissements humains, mesure d'impact social...

 

Et lorsqu'elle devient idéologique, la mise en tableau de bord des « indicateurs de performances » se transforme en fiction : plus personne n'y croit vraiment.

 

D'ailleurs, nos institutions n'ayant pas vraiment confiance dans les critères qu'elles ont elles-mêmes créé, elles tendent à déporter cette défiance sur les projets et les structures bénéficiaires...

 

12:09 Écrit par Charly Schwarz dans Associations, Culture, Développement durable, Economie, Général, Genève, Politique, Région | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

12/08/2012

Là, il y a danger… Là, il y a un piège...

Les attentes vis-à-vis de nos députés changent !
On attend d’eux des réponses aux multiples problèmes engendrés par les mutations socio-économiques.
.
L’approche comptable impose ses normes aux affaires publiques. Les considérations économiques surdéterminent tous les registres de la vie sociale.
Les hommes politiques pensent fonder l’efficacité de leur action dans le modèle managérial, alors que c’est ce même modèle qui dévalorise l’action publique.
Là, il y a danger…
.
Nos exécutifs se transforment en hommes d’affaires et ils s’emparent du pouvoir au nom de la performance et de la compétence, ils proposent de gérer la cité sur un modèle strictement économique.
Le débat politique se réduit à un débat de conseil d’administration autour de problèmes budgétaires et financiers.
Là, il y a un piège...

13:06 Écrit par Charly Schwarz dans Economie, Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

22/07/2012

Agents sociaux formés à la gestion de la violence

Aujourd’hui, les acteurs sociaux se questionnent et expriment une réelle préoccupation sur la généralisation des phénomènes de violence.


Le fait de violence se cristallise toujours autour d’une atteinte plus ou moins directe à l’intégrité matérielle, physique ou psychique...
Une formation adéquate devrait permettre aux acteurs sociaux de :

> Comprendre et prévenir les phénomènes d’agressivité et de violence.
> Mieux gérer les situations difficiles, porteuses de violence.
> Faciliter l’accès à la parole et apprendre à utiliser les techniques d’apaisement et de désamorçage.
> Sans oublier d’optimiser les outils institutionnels dans la prise en compte des violences.
.
Si les agents sociaux étaient ainsi formés à la gestion de la violence, les gendarmes auraient plus de temps à disposition pour remplir des tâches de maintien de l’ordre.

13:12 Écrit par Charly Schwarz dans Formation, Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

20/07/2012

Seule la démocratie ne répond pas à la question « combien » 

Le pouvoir du demos n’est pas le pouvoir du peuple, ni même de sa majorité, mais plutôt le pouvoir de tous.

La conception de la démocratie évoque, pour moi,  une notion du pouvoir qui n’est ni quantitative, ni axée sur le contrôle, mais plutôt sur une potentialité :

la capacité des gens ordinaires à découvrir des modes d’action pour agir sur des affaires communes, de faire des choses...

22:40 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

15/06/2012

Le respect, signe de dignité

Comment dans un monde d’inégalités croissantes, faire en sorte que le respect de soi oblige aussi le respect des autres ?
Je pense qu’il faut renoncer à la politique de la compassion et à son double, la mentalité d’assisté, pour construire des véritables liens, qui ne soient pas d’assistance, ni de dépendance, mais de réciprocité.
Aujourd'hui, le respect est la principale exigence adressée à l’Autre !

12:03 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

13/06/2012

FaceBook, il faut payer pour mettre en avant son statut.

 

Une nouvelle option permet de mettre en avant ses posts. En effet, au moment de choisir le niveau de mise en avant à accorder à une publication, une option s'offre désormais...celle de " souligner ce post comme une publication importante "

En promouvant votre statut, il apparaîtra sur le fil d'actualité coute que coute. Il en va de même pour le fil d'actualité des amis des personnes qui vous ont liké

Pendant 3 jours, votre statut sera plus visible qu'à l'accoutumé. A savoir que ce qui s'affiche sur votre fil d'actualité n'est pas tout ce qui se passe sur Facebook, mais seulement les plus « côtés » ou les actus des personnes avec qui vous communiquez le plus.

De plus, dans le détail de visibilité du post, vous pourrez voir le nombre de personnes qui ont vu votre statut sans la promotion, et ceux qui l'ont vu grâce à elle. Cela permettra de réellement voir l'intérêt de l'option et si elle est parvenue à l'objectif.

Et bien sur Facebook réclame une toute petite somme...

Un des candidats au Conseil d'Etat en a profité...voir ci dessous

statut-maudet.jpg

 

11:06 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Genève, Médias, Monde, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

11/06/2012

Comment sortir Franziska, Olivier ou encore Julio du chômage?

 

Les chiffres officiels publiés chaque mois par l'Office Cantonal de l'Emploi (OCE) restent flous...

On y découvre que des pourcentages et aucun chiffre absolu, notamment pour les jeunes diplômés demandeurs d'emploi.

J'estime que chaque année, c'est plus de 250 étudiants qui frappent à la porte du chômage, sans y trouver de solutions à leurs mesures.

Et des solutions existent...

Juste un exemple :

Actuellement à Genève, un certain nombre d'entreprises cherchent des repreneurs, mais ces entrepreneurs ont de la difficulté à trouver des personnes qualifiées.

Il serait donc opportun de créer, sur la base d'un modèle d'incubateur, une structure qui, pendant 2 ans contre un salaire, claqué sur celui des avocats-stagiaires, formerait de futurs chefs d'entreprise intéressés.

Cette structure serait financée dans le cadre d'un partenariat « public/privé ».

Et il en existe d'autres, mais existe-t-il encore une volonté politique ?

 

17:53 Écrit par Charly Schwarz dans Economie, Formation, Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

08/06/2012

Moi Conseiller d’Etat…

 

Moi Conseiller d'Etat, je ferais de la Politique... avec un grand P.

Moi Conseiller d'Etat, je veillerais à ce que les lois, toutes les lois soient appliquées et respectées.

Moi Conseiller d'Etat, j'exigerais et m'assurerais que les serviteurs de l'Etat se préoccupent de l'intérêt collectif avant la défense d'intérêts corporatistes ou partisans.

Moi Conseiller d'Etat, j'assurerais à chaque habitant les conditions de pouvoir vivre en sécurité, c'est d'ailleurs l'un des premiers rôles de l'Etat.

Moi Conseiller d'Etat, je faciliterais la création, culturelle et entrepreneuriale.

Moi Conseiller d'Etat, je donnerais envie aux habitants et citoyens de s'engager (auprès des anciens, des jeunes, en politique, etc.)

 

09:30 Écrit par Charly Schwarz dans Fiction, Général, Genève, Humour, Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

06/06/2012

L’Etat a de la peine à lutter contre l’insécurité

 

Lorsqu'un Etat désire lutter contre l'insécurité, il a généralement deux moyens d'action différents, mais complémentaires :

il peut prendre des mesures à court terme, qui devront se traduire par des résultats rapides et détectables, ou à plus long terme, avec pour dynamique assumée de s'attaquer à la source du problème.

 

A mon avis, la lutte contre l'insécurité nécessite un travail de prévention sur le long terme en développant une véritable politique sociale qui devra notamment veiller à réguler le marché de l'emploi et du logement, à conserver un système de formation performant, à optimiser le processus d'intégration, sans oublier de combattre la criminalité.

 

Autant de thèmes récurrents que l'Etat, plus particulièrement notre Conseil d'Etat, a bien de la peine à traiter efficacement.

 

15:08 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

29/05/2012

Le « doux ronronnement » des conseils d’administration

 

Les enjeux politiques de demain sont liés à la démographie, à l'environnement, aux migrations, à l'éthique...

Mais actuellement, la droite gouvernementale (PLR /PDC) obsédée par le moins d'état, concentre son énergie sur les finances et l'économie en mettant son poids sur des dossiers où finalement son action est limitée par la mondialisation.

Elle néglige les politiques où les champs d'action sont encore nationaux, et donc dotés de véritables pouvoirs (culture, environnement, santé, social).

Elle préfère le « doux ronronnement » des conseils d'administration.

Pourtant, il existe un espace politique pour des solutions à la fois économiques, environnementales et sociales.

Un espace politique qui croit en la capacité de l'individu à faire ses choix de vie, qui croit à une politique capable de répondre aux besoins accrus en matière de culture, de formation, de santé, capable de faire face aux dérèglements climatiques et d'intégrer les commutés étrangères.

 

18:09 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Développement durable, Economie, Général, Genève, Politique, Résistance, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

26/05/2012

"L’art de gouverner n’a produit que des monstres."

La maxime de Saint-Just semble avoir été écrite au XXIème siècle tant elle est d’actualité.

Monstres de suffisance, de mépris, de mensonge et de ridicule, ils sont venus, ils sont tous là.
Et leur adage à eux, c’est naturellement « gouverner, c’est faire peur« .Peur de l’autre, peur de la crise.

Stigmatiser la peur de l’autre, du voisin, c’est le racisme ordinaire façon...
Stigmatiser celle de la crise, c’est se dédouaner de toutes responsabilités sociales derrière un épouvantail, façon...

17:55 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Histoire, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

24/05/2012

Il faut reformuler notre « vivre ensemble »

 

Nous devons travailler à une reformulation de l'offre politique au plus près des besoins de la population en la mettant en mouvement pour lui permettre de mesurer le chemin à parcourir.

Nous devons régénérer notre démocratie en mettant à plat les désirs, les visions individuelles et ensuite à essayer de les intégrer dans une construction collective qui débouche sur un projet commun.

Ceux qui détiennent un mandat représentatif doivent créer les conditions d'une réflexion et d'une participation réelle des électeurs. Cela devrait être le corolaire naturel de toute véritable démocratie.

Les élus doivent apprendre à écouter, dialoguer, agir de concert pour réussir à faire partager leurs valeurs, leurs histoires et leurs projets. Ils ont même la possibilité des les enrichir et de les faire évoluer.

Notre « vivre ensemble » sert à régénérer l'ascension sociale individuelle et collective, la solidarité et le partage des pouvoirs culturels, économiques et politiques.

 

12:32 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

22/05/2012

Logement : indicateur… juste un indicateur !

 

Aucune prétention scientifique dans cet indicateur « offre de place de travail / offre de logement ».

Comme tout indicateur, sa seule pertinence résulte de la base consultée (supplément immobilier de la Tribune de Genève du mardi) et de sa continuité dans le temps afin de permettre un point de comparaison.

Le ratio retenu pour les surfaces commerciales est de 15m2 pour un poste de travail et pour le logement d'un taux d'occupation de 0.68 par pièce (hors cuisine).

Un indice acceptable devrait être de 500 (3 personnes à loger pour 1 place de travail)

Indice pour le mardi 22 mai est 22'503 soit 480 places de travail (7'201 m2) pour une offre de logement pour 32 personnes (48 pièces) en location

Si on inclut les logements offerts la vente (179 personnes pour 264 pièces) l'indice est de 3'412.

 

14:07 Écrit par Charly Schwarz dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

16/05/2012

L’écologie de l’esprit...

 

L'image de la pollinisation illustre bien la nouvelle conception de l'économie que devra faire émerger l'écologie de demain. Les abeilles génèrent avec le miel un produit « marchandisable » dont vit l'apiculteur, mais chacun sait que le travail le plus socialement et écologiquement utile des abeilles est la pollinisation des plantes sauvages ou cultivées.

La pollinisation peut servir de paradigme pour penser la richesse économique réelle d'une société vivante, du système complexe de l'écosystème et de la biosphère. Une telle société humaine appelle une nouvelle économie politique adéquate à sa réalité.

Cela implique de revisiter l'ensemble du programme de la vieille économie politique reposant sur la rareté et de repenser l'allocation des ressources dans un système complexe vivant à partir du principe de minimisation des externalités négatives et de production d'externalités positives.

On voit qu'ainsi l'économie politique et l'écologie ne se tournent plus le dos.

Mais comment peuvent s'articuler leurs relations ? Par « L'écologie de l'esprit » !

L'écologie de l'esprit désigne la méthode pour décrire le système constitué du sujet et de son environnement : s'il y a de l'esprit, il ne se situe ni à l'intérieur ni à l'extérieur, mais dans la circulation et le fonctionnement du système entier.

 

17:57 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Monde, Politique, Science | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

29/04/2012

Essayer de faire de la Politique autrement, n’est pas un risque mais une chance.

 

On parle de changer la manière de faire de la politique ou d'engager une nouvelle forme de relation avec l'électeur.

 

Malgré l'existence d'opportunités réelles beaucoup préfèrent se recroqueviller et adopter une stratégie conservatrice et défensive au nom du "on connait notre électeur, évitons le risque de devoir affronter les nouvelles préoccupations de nos concitoyens".

 

Et me revient en mémoire les propos d'un entraineur sportif ; "il faut arrêter de dire qu'une équipe qui attaque et va vers l'avant prend des risques...elle essaie de créer des opportunités". Il est vrai qu'on classe toujours les « compétiteurs » dans deux catégories : ceux qui avancent et dont ont dit qu'ils ont un jeu "à risque" et ceux qui se recroquevillent, défendent avec acharnement, et espèrent que l'orage passera.

 

L'analogie avec la politique est pertinente. Faire le pari de la défense signifie s'estimer prêt à encaisser les coups, à subir le jeu de l'autre, à perdre l'initiative en pensant que cela passera.

 

Et parfois cela passe et d'autre fois la digue craque et l'équipe se fait balayer. Dans le contexte sportif ce n'est qu'un match de perdu.

 

Dans le monde de la politique si on se fait balayer une fois il se peut que cela soit pour longtemps et qu'on ait à assumer des conséquences autrement plus importantes qu'un match perdu.

 

J'en tire l'enseignement que dans un monde où on laisse l'initiative aux autres, où l'on subi ou refuse le combat ne paie pas. Pire encore, plus on refuse le risque plus la moindre défaillance sera rédhibitoire.

 

Les stratégies trop défensives adoptées par certains partis gouvernementaux ont fini par montrer leurs limites et pour certains la catastrophe a été frôlée.

 

Reste à voir s'ils peuvent en tirer profit pour se remettent en question et changer leurs approches de la Politique. En profiterons-ils pour se désinhiber et adopter une stratégie non pas risquée mais créatrice d'opportunités ?

 

Essayer de faire de la Politique autrement, n'est pas un risque mais une chance.

 

09:59 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique, Résistance, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

17/04/2012

Il existe un ici, un là-bas et un ailleurs. C'est dans cette faille spatio-temporelle que ce sont perdus nos Constituants...

 

Je sais nous ne sommes pas tous des juristes, alors permettez moi de penser que la Constituante va droit dans le mur, et en plus elle klaxonne !

Et ne faîtes pas dire que nous aurions dû leurs retirer le permis de nuire...

 

08:42 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Histoire, Résistance, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

15/04/2012

"Personne" pas de définition dans le projet de Constitution...Bizarre !

D'après le dictionnaire d'éthique et de philosophie morale, la personne serait un centre unifié de choix et d'action, ayant pour résultante la notion de liberté et de responsabilité.

Le mot de personae émane de deux sources principales: le théâtre (les masques sont des personae) et la loi. Au point qu'on peut confondre la personne avec le moi.
.
Nous pouvons aussi trouver une définition de la personne dans les différents rôles qu'elle peut prendre (citoyen, immigré, réfugié, touriste, voir même criminel, terroriste, etc.)


Toutefois, il ne reste pas moins vrai qu'une définition de la personne ne saurait ignorer le rapport qu'elle entretient avec l'autre.
.

Pour avoir une bonne vue de la notion de personne, voir l'article de Jerphagon (Revue de Théologie et de Philosophie No 110) qui met bien en lumière toute l'histoire du concept de personne.

09:23 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Lettres, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

12/04/2012

Projet de Constitutionnel: aucune définition du régime politique choisi

 

A quelques jours de la 3ème lecture du projet de nouvelle Constitution,

il me semble que c'est une forme du gouvernement dit «démocratie représentative» qui est érigé en système politique.

 

Mais les limites de la démocratie représentative sont nombreuses :
Insuffisance de représentativité, les représentants élus ayant tendance à ne pas être représentatifs du corps électoral (niveau des revenus, d'instruction, classes sociales différents).

 

La composition socioprofessionnelle des députés en est une assez bonne illustration. Dès lors, les intérêts des élus ne coïncident pas nécessairement avec ceux de leurs électeurs.


Il est bien souvent difficile à un candidat de remporter des élections sans se présenter au nom d'un parti politique et il risque de devoir agir à l'encontre de ses convictions pour être en conformité avec les lignes directrices, même si bien souvent il s'agit de compromis secondaires.

Aujourd'hui, libérés des contraintes organisationnelles, grâce aux nouvelles technologies, nous pouvons imaginer bien d'autres moyens de recueillir l'opinion des gens et d'en faire bon usage...

 

Ainsi l'initiative citoyenne prendrait tout son sens et la volonté populaire toute sa dimension.

 

12:59 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook