13/04/2010

La seconde tragédie de Katyn rapprochera-t-elle Varsovie et Moscou

Katyn.jpg La forêt de Katyn est un lieu sacré pour la Pologne. C’est là que 4'000 soldats polonais furent assassinés, un à un, par une balle dans la tête et enterrés dans des fosses communes, en 1940.

Il est temps que Moscou demande pardon pour cette tragédie.

L’accident qui a vu la disparition du Président, ainsi que de nombreuses personnalités politiques et militaires, polonais a ouvert la porte vers un rapprochement entre les vieux ennemis, la Pologne et la Russie. Il faut rappeler que les relations entre les deux pays ont été toujours très tendues.

C’est la gestion de l’accident par Moscou, avec une implication personnelle de Vladimir Poutine, a surpris et causé une réelle admiration de Varsovie, et peut-être ouvert la voie vers le pardon.

20:15 Écrit par Charly Schwarz dans Histoire, Monde, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

L’autodétermination informationnelle, un concept clé !

autodetermination 2.jpg C’est le « pouvoir de l’individu de décider lui-même, sur base du concept d’autodétermination, quand et dans quelle mesure toute information relevant de sa vie privée peut être communiquée à autrui ».

Lire la suite

11:21 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Médias, Monde, Politique, Résistance, Suisse, Techno, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

12/04/2010

Economie et écologie en chemin vers la pollinisation

abeille.jpg L’image de la pollinisation illustre bien la nouvelle conception de l’économie que devra faire émerger l’écologie de demain. Les abeilles génèrent avec le miel un produit « marchandisable » dont vit l’apiculteur, mais chacun sait que le travail le plus socialement et écologiquement utile des abeilles est la pollinisation des plantes sauvages ou cultivées.

La pollinisation peut servir de paradigme pour penser la richesse économique réelle d’une société vivante, du système complexe de l’écosystème et de la biosphère. Une telle société humaine appelle une nouvelle économie politique adéquate à sa réalité.

Cela implique de revisiter l’ensemble du programme de la vieille économie politique reposant sur la rareté et de repenser l’allocation des ressources dans un système complexe vivant à partir du principe de minimisation des externalités négatives et de production d’externalités positives.

On voit qu’ainsi l’économie politique et l’écologie ne se tournent plus le dos.

Mais comment peuvent s’articuler leurs relations ? Par « L’écologie de l’esprit » !

L’écologie de l’esprit désigne la méthode pour décrire le système constitué du sujet et de son environnement : s’il y a de l’esprit, il ne se situe ni à l’intérieur ni à l’extérieur, mais dans la circulation et le fonctionnement du système entier.

 

 

09:50 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Développement durable, Economie, Genève, Monde, Politique, Science, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

08/04/2010

Il faut déplacer la charge fiscale du travail vers l'utilisation des ressources naturelles !

co2.jpg Au niveau suisse, l'importance des impôts liés à l'environnement a augmenté depuis 1990. Le produit des impôts liés à l’environnement a atteint 9.1 milliards, ce qui représente seulement 2.03% du PIB.

Lire la suite

20:45 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Développement durable, Economie, Genève, Monde, Politique, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La classe moyenne, véritable enjeu politique

ikea.jpg La classe moyenne gagne trop pour profiter d'une aide de l'état, et ne gagne pas assez pour être à l'abri de soucis financiers…et supporte la charge fiscale maximum.

Lire la suite

09:33 Écrit par Charly Schwarz dans Economie, Général, Genève, Monde, Politique, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

04/04/2010

L’eau ; pétrole du 21ème siècle !

Quelques chiffres pour comprendre…

 

economie des affects.jpg

 

Lire la suite

09:29 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Economie, Général, Genève, Monde, Nature, Science, Solidarité, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

31/03/2010

L’anonymat, un droit !

anonymat.jpg Le droit à l’anonymat est inhérent à la Constitution fédérale. Il faut donc le renforcer, tout comme le droit de chaque individu de connaître ses données personnelles.

La protection des données et la protection de la sphère privée sont intrinsèquement liés à la dignité et aux libertés de l’homme.

Le droit fondamental à la protection de la sphère privée, donc de l’anonymat, et la protection des données personnelles sont ancrés dans l’Article 13 de la Constitution fédérale.

L'ensemble des méthodes, des services et des systèmes que l’Etat utilise pour observer et surveiller ses citoyens doivent être réévalués en permanence et contrôlés en détail par des personnes élues.

La surveillance et la collecte de données sans soupçons représente une violation inacceptable de la sphère privée.

Il faut renforcer le droit de chacun à pouvoir connaître le contenu et l’utilisation de ses données personnelles. Vis-à-vis de chaque opérateur de banque de donnée centralisée, chaque citoyen doit pouvoir faire valoir son droit à se renseigner sur ses données, et le cas échéant, il doit pouvoir faire corriger, bloquer ou effacer ses données.


La question d’importance reste la liberté d’expression et de communication.

 

Genève un monde pour vous.jpg

 

07:20 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Médias, Monde, Politique, Résistance, Suisse, Techno, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

29/03/2010

Du lever au coucher, nous sommes tous soumis à un traçage informatique !

llibre.jpg D’abord un traçage dans l’espace à travers le développement des systèmes de biométrie, de vidéosurveillance ou de géo-localisation (téléphones mobiles).

Ensuite un traçage dans le temps que permettent les moteurs de recherche ou les réseaux sociaux sur internet.

Le premier met en cause la liberté d’aller et venir

Le second met en cause la liberté de pensée et d’expression…par exemple des déclarations exhumées dans des moteurs de recherche qui vous obligent de justifier à 40 ans ce que vous avez dit/fait à 20ans.

Il faudrait aussi mieux réglementer la vidéosurveillance et que son régime juridique soit clarifié au plus vite.

Le préambule de notre nouvelle Constitution devrait garantir la protection des données personnelles à un moment où se généralisent les systèmes de traçage informatique des individus.

Il faut y inscrire un nouveau droit constitutionnel :

le droit à l'autodétermination informationnelle

C’est-à-dire inscrire le droit pour chaque individu de décider lui-même de la communication et de l'emploi des informations le concernant.

Genève un monde pour vous.jpg

08:13 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Monde, Politique, Suisse, Techno, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

24/03/2010

Les économistes n’aiment pas la démocratie (5 et fin).

globalisation financière.jpg L’économie dominante issue du syncrétisme néolibéral propose une vision de l’organisation sociale irréaliste et profondément antidémocratique. Elle est incapable de comprendre la centralité du problème de la coordination dans toute intelligence des activités économiques.

C’est pourtant ce problème qui permet de penser l’enchâssement de l’économie dans la politique et le droit. Le fait que les économistes du courant dominant soient obligés de tenir, parfois à leur insu et souvent à leur corps défendant, un discours sur l’organisation politique des sociétés et sur le droit est bien l’ultime démonstration que cet enchâssement est une réalité qui existe quand bien même on serait dans l’incapacité conceptuelle de se la représenter.

Politiquement, la globalisation financière rend impossible le contrôle démocratique, dont elle contourne en permanence les espaces et les temporalités. Elle porte aussi en elle une criminalisation progressive de l’économie mondiale.

07:46 Écrit par Charly Schwarz dans Economie, Général, Genève, Monde, Politique, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

23/03/2010

Les économistes n’aiment pas la démocratie (4)

globe.jpg Les discours de la globalisation expriment la dépolitisation des choix économiques. Les institutions démocratiques sont dépossédées de leur capacité à légiférer, réglementer ou normer, au nom d’un principe de compétence réputé supérieur à la démocratie.

Cette dépossession repose sur les représentations d’une impuissance des institutions démocratiques face aux forces du marché.

Ce dernier, alors entièrement fétichisé, perd son statut d’institution humaine pour s’affirmer comme une forme quasi divine aux arrêts sans appel. Ce faisant, les économistes nous proposent aussi une vision du droit.

On assiste à la fétichisation des manifestations de l’économie. Elle va de concert avec une réification des acteurs. L’espace de la discussion publique ne peut plus, dès lors, que s’organiser autour de deux pôles. Le premier, technique, est dévolu aux experts ; c’est celui de l’exégèse des lois naturelles de l’économie.

Le second est éthique ; c’est celui de la compassion que l’on éprouve face aux conséquences de ces lois.

Cette double polarité signe la fin de la politique.

Je ne reproche pas aux économistes de tenir un discours politique, mais de le faire sans en avoir conscience et sans en assumer les conséquences.

07:05 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Culture, Economie, Général, Genève, Monde, Politique, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

18/03/2010

Les économistes n’aiment pas la démocratie (2)

requins.jpgL'homme politique emprunte chaque jour un peu plus les métaphores de l'économiste.

Il cherche donc des solutions  efficientes, il maximise, il optimise.

Ce faisant, il tourne le dos à la politique.

Le paradoxe est étonnant. On le doit aux économistes du courant dominant. Ils ont construit un véritable discours de l'antipolitique, qui réduit l'action à un simple protocole compassionnel.

Ce discours cependant ne fait que refléter ce qu'il y a de plus dogmatique dans la pensée économique. Il en révèle progressivement le non-dit en matière d'ordre social et politique.

Voici donc le cœur du problème...

07:42 Écrit par Charly Schwarz dans Economie, Général, Genève, Monde, Politique, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

16/03/2010

Les économistes n’aiment pas la démocratie.

enfer.jpg Les économistes, pour affirmer leur emprise et éteindre tout débat, ont cru possible de se détacher entièrement de la politique et du droit.

Ils ont prétendu pouvoir construire une physique sociale, hors de tout lien avec le réel

Ils n'ont fait que transformer l'économie en une religion moderne, avec son Paradis et son Enfer, ses prêtres et son Inquisition.

Mais le réel a fini par les rattraper.

Ils ont, alors, bricolé un mélange entre certaines hypothèses réalistes et des éléments de leur monde imaginaire et sont revenus vers la politique et le droit, qu'ils ont voulu réinvestir de leurs croyances.

C'est ici qu'ils se sont transformés en chantres de tout ce qui peut limiter l'exercice de la démocratie, priver la souveraineté populaire de sens et de contenu.

Pour autant, leur discours n'a pas gagné en efficacité.

La politique économique menée par ceux que l'on nomme les économistes continue, année après  année, à engendrer crises, faillites et autres désastres.

16:49 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Economie, Général, Genève, Monde, Politique, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

10/03/2010

Genève, un monde pour vous

Genève un monde pour vous.jpg

Télécharger ici

08/03/2010

Une alternative à l’image de Genève

Pour répondre à la déception perçue par les divers acteurs de la vie genevoise, à la découverte de la nouvelle image de Genève proposée par l’office du tourisme, L’Esprit de Genève à lancé un concours…

Parmi les travaux reçus, L’Esprit de Genève a retenu la proposition réalisée par Nicholas Palffy – Paradigme Communication, un logo et un slogan qui correspondent mieux à la perception qu’a Genève tant à l’étranger qu’auprès des citoyens genevois.

A la tristesse du gris, L’Esprit de Genève préfère la couleur.

Au slogan « un monde en soi », L’esprit de Genève propose « un monde pour vous ».

Et nous sommes heureux de vous présenter le logo/slogan alternatif à celui proposé par l’office du tourisme :

 

Genève un monde pour vous.jpg

 

Le slogan sera disponible en téléchargement dès mardi 9 mars 2010 sur le site www.espritdegeneve.ch

19:44 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Culture, Economie, Général, Genève, Images, Médias, Monde, Région, Suisse, Voyages | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

03/03/2010

Genève, victime d’un attentat «terroriste»

LOGO_GENEVE UN MONDE EN SOI.jpg Ces gens qui ont commandité ce logo ne connaissent pas Genève... Peut-être pire, ils n'aiment pas Genève.

Ces gens qui ont autorisé la diffusion du slogan «Genève, un monde en soi » peuvent-ils être poursuivis pour « atteinte à l'honneur » ?

Détruire l'image de Genève de cette manière est un « attentat terroriste »

Attentat contre une ville ouverte, accueillante, joyeuse... Où les couleurs de tous les continents se retrouvent pour inventer le monde de demain.

Genève n'est pas en monde en soi, Genève est un monde pour vous.

20:29 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Culture, Economie, Formation, Général, Genève, Histoire, Images, Médias, Monde, Société - People, Suisse, Voyages | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook

D’une société du savoir vers une société de la connaissance…

connaissance.jpg

Droit à l'autodétermination informationnelle, l'accès libre à la connaissance, à la culture, préservation de la sphère privée doivent être les fondements de la société de la connaissance qui nous attend.

Fondements sur lesquelles doit se développer une société démocratique socialement juste et libre.

Au sein de la révolution numérique actuelle, qui influe sur tous les domaines de notre vie, de nombreuses atteintes sont portées à la dignité et aux libertés des personnes et les problématiques liées évoluent à une telle vitesse qui nous dépasse... tous !

A l'heure actuelle, les cris qui les dénoncent ne sont guère que des chuchotements.

L'universalisation de la connaissance et de la culture à travers leur numérisation et leur mise en réseau met à l'épreuve l'ensemble nos constructions juridiques, économiques et sociales.

Malheureusement, face à ces défis, les réponses apportées par nos autorités favorisent l'émergence de sociétés totalitaires, basées sur une surveillance accrues des citoyens.

 

28/02/2010

La citoyenneté ? Bien plus qu’un simple statut juridique

solidarité.jpg

Il est certain que la citoyenneté est en premier lieu un statut juridique. Tel a été la conquête des démocrates à travers le temps.

Ce statut comprend avant tout le droit de vote et le droit d'éligibilité, mais aussi un ensemble de droits et libertés dont les citoyens doivent pouvoir jouir sans d'autres entraves que celles fondées sur l'intérêt général.

Il n'en reste pas moins qu'aujourd'hui, il ne paraît pas suffisant que les citoyens disposent de droits, il semble nécessaire qu'ils les exercent.

C'est là toute la question de la participation active des citoyens. Or, à l'heure actuelle, nos sociétés semblent atteintes d'une certaine apathie citoyenne. L'abstention de plus en plus massive lors des élections est un signe inquiétant du retrait des citoyens de la vie publique.

Par ailleurs, se pose également la question d'une attitude citoyenne dans la vie quotidienne.

La multiplication d'actes d'incivilités, qui semblent en décalage avec une société où existe un respect réciproque entre citoyens, met à rude épreuve l'idée de citoyenneté.

Les dégradations de biens publics, la recrudescence de petits incidents révélateurs (tels qu'insultes ou manque de politesse) éloignent les individus d'une société de citoyens, liés entre eux par un projet et partageant l'espace public.

Cependant, les citoyens n'ont aucun rôle obligatoire à jouer. En ce sens, le statut juridique de citoyen est un statut de liberté. Un citoyen peut choisir de participer ou non à la vie publique.

En dehors des élections, les citoyens peuvent également, de façon quotidienne, jouer un rôle important dans la société. Par exemple, ils peuvent adhérer à une association, un parti politique t, ainsi, tenter de faire évoluer la société dans laquelle ils vivent, de venir en aide aux autres ou d'influencer la politique.

De même, l'attitude individuelle des citoyens est importante.

Civilité, Civisme, Solidarité: les 3 valeurs citoyennes

Outre un statut juridique et des rôles sociaux, la citoyenneté se définit aussi par des valeurs. On peut en évoquer au moins trois, traditionnellement attachées à la citoyenneté :

La civilité il s'agit d'une attitude de respect, à la fois à l'égard des autres citoyens (politesse), mais aussi à l'égard des bâtiments et lieux de l'espace public (transports publics). C'est une reconnaissance mutuelle et tolérante des individus entre eux, au nom du respect de la dignité de la personne humaine, qui permet une plus grande harmonie dans la société.

Le civisme: il consiste, à titre individuel, à respecter et à faire respecter les lois et les règles en vigueur, mais aussi à avoir conscience de ses devoirs envers la société. De façon plus générale, le civisme est lié à un comportement actif du citoyen dans la vie quotidienne et publique. C'est agir pour que l'intérêt général l'emporte sur les intérêts particuliers.

La solidarité: elle est importante, en effet, dès lors que les citoyens, dans une conception classique, ne sont pas de simples individus juxtaposés, mais un ensemble d'hommes et de femmes attachés à un projet commun. Elle correspond à une attitude d'ouverture aux autres qui illustre le principe républicain de fraternité. Dans ces conditions, la solidarité, qui consiste à venir en aide aux plus démunis, directement ou par le biais des politiques publiques est très directement liée à la notion de citoyenneté.

Ces trois valeurs donnent à la citoyenneté tout son sens en ne la limitant pas à l'exercice du droit de vote.

 

 

14:41 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Monde, Politique, Solidarité, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Facebook

26/02/2010

Emplois; 9 secteurs stratégiques

emploi srtatégique.jpg

9 secteurs devront être les vedettes pour l'avenir et le développement de l'emploi en Suisse.
D'un côté, trois secteurs à suivre qui restent les moteurs importants pour l'économie suisse, mais qui ont besoin d'une profonde évolution vers une plus grande durabilité: la construction, le tourisme et les transports.

Ces trois branches doivent modifier leurs objectifs et leurs modèles d'affaires, et aller progressivement vers de nouvelles activités.

A leurs côtés, il ya six nouveaux secteurs avec un fort potentiel d'innovation qui peuvent créer de nombreux emplois:

les énergies renouvelables, les éco-industries, les technologies Information et communication, la biotechnologie, les industries culturelles et les services sociaux.

Ces 9 secteurs pourrait représenter plus de 50% des créations d'emplois en 2025.

Chacun de ces 9 secteurs doit recevoir des impulsions spécifiques, accompagnant des réformes transversales :

Ø reconnaître un nouveau droit aux citoyens pour la production et la distribution d'électricité provenant des ménages;

Ø promouvoir l'installation d'au moins 700.000 toits solaires entre 2010 et 2025;

Ø atteindre l'objectif de 500'000 voitures électriques en 2025,

Ø développer un système de crédit qui non seulement intégrer le critère du «pollueur /payeur », mais d'introduire des incitations adaptée pour "les gens qui épargnent ».

Pour les plus optimistes, la rénovation de notre modèle de production dans ces 9 secteurs et la mise en œuvre des quatre réformes mentionnées pourrait faire croître notre PIB à des taux supérieurs à 2% au cours des 15 prochaines années.

En termes d'emploi, l'impact serait important.

Cette stratégie axée sur une économie responsable peut générer des effets positifs sur moyen et long terme. Mais son intensité dépend de la profondeur et la réussite des réformes à engager avec tous les acteurs.

L'ensemble des actions, des réformes, des investissements et des politiques qui constituent un nouveau modèle de production exigent un leadership du gouvernement, mais les vrais héros devraient être les acteurs économiques et sociaux, soit la société helvétique dans son ensemble.

La tâche n'est pas simple, mais l'avenir mérite notre effort collectif.

 

25/02/2010

Inflation, situation économique et chômage restent en tête des principales préoccupations personnelles des Européens*

inflation.jpg

Hausse des prix, situation économique et chômage. En plaçant ces trois items en tête de leurs préoccupations, les Européens révèlent leurs vives inquiétudes à l’égard des questions économiques.

 

La crise économique pèse sans aucun doute sur l’évolution des opinions des Européens.

 

La hausse des prix, la situation économique et le chômage figurent toujours, comme au printemps 2009, au premier rang des préoccupations des citoyens.

 

Même si l’inflation reste la principale préoccupation (38%), elle a perdu beaucoup de terrain entre l’automne 2008 et l’automne 2009 (-12 points), alors que le nombre d’Européens qui s’inquiètent personnellement de la situation économique et du chômage s’est quelque peu accru dans le même temps (respectivement +3 points et +6 points).

 

Même si les économies européennes montrent des signes de reprise, l’inquiétude pour la situation économique (26 %) et le chômage (20 %) est toujours aussi répandue qu’au printemps 2009.


*L’étude complète "L’OPINION PUBLIQUE DANS L’UNION EUROPEENNE" (télécharger ici)

 

 

 

08:31 Écrit par Charly Schwarz dans Economie, Général, Médias, Monde, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

22/02/2010

Si l'Etat est fort, il nous écrase. S'il est faible, nous périssons.*

état solide.jpg

L'Etat est un acteur essentiel du bon fonctionnement de l'économie: sans Etat, pas de sécurité des biens et des personnes, pas de marchés organisés, pas de production de ces fameux biens publics, sans lesquels aucune économie ne peut se développer durablement, à commencer par une éducation gratuite et obligatoire ou un système de soins de qualité.

L'Etat est donc au cœur du développement du capitalisme, même s'il a entretenu, au fil des siècles des rapports complexes et changeants avec le monde économique.

Aujourd'hui, le débat est autre. C'est celui d'une société où une part toujours accrue de l'organisation du social serait déléguée au marché, au nom de la nécessaire adaptation à un monde désormais ouvert.

Une société qui, loin d'être une société sans Etat, serait au contraire une société où l'Etat s'affirme, concentrant son action sur la lutte contre l'insécurité civile aussi bien intérieure qu'extérieure, dans un contexte de montée des inégalités et des tensions sociales. C'est pourquoi il nous faut au contraire défendre un Etat qui met en haut de ses priorités la lutte contre l'insécurité sociale et la défense d'une société, composée sinon d'égaux, tout au moins de semblables, c'est-à-dire une société dans laquelle chaque humain peut se reconnaître dans les autres humains qui l'entourent.

*Citation attribuée à Paul Valéry

19:55 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Economie, Général, Genève, Histoire, Monde, Politique, Solidarité, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook