10/11/2010

La Suisse évolue-t-elle vers une société durable?

Les réponses aux quatre questions ci-dessous permettent d’estimer si nous sommes sur la bonne voie:

 

·        quelle est notre qualité de vie aujourd’hui?

·        comment les ressources sont-elles réparties?

·        que laisserons-nous à nos enfants?

·        notre utilisation des ressources est-elle rationnelle?

 

Une brochure (à télécharger ici) montre où se situe la Suisse sur la voie du développement durable.

Elle apporte des éléments de réponse sous une forme condensée et aisément compréhensible à travers 17 indicateurs-clés pour mesurer les progrès.

17:43 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Développement durable, Economie, Général, Genève, Nature, Politique, Science, Solidarité, Suisse, Techno, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

09/11/2010

Quel est le prix de la biodiversité?

untitled.JPG

Contrairement au carbone, il est impossible d’en donner une unité de mesure, selon un rapport sur «l’approche économique  de la biodiversité et des services liés aux écosystèmes».

Cependant, ce même rapport estime que la perte des services écologiques pourraient représenter chaque année jusqu’à 7% du PIB mondial en 2050, soit environ 19’000 milliards de francs…

L’exemple de la seule forêt de Masoala, à Madagascar, est édifiant. Sa perte se chiffrerait à 1,5 milliard de francs pour l’industrie pharmaceutique, 5 milliards pour le tourisme et 4 milliards de francs pour les ménages.

12:03 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Economie, Général, Monde, Nature, Politique, Science | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

02/11/2010

Problèmes causés par la déforestation...

clip_image001.jpg

07:37 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Humour, Nature | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

01/11/2010

Osons, une alternative à la peur !

La question du désir est centrale, si nous voulons réorienter nos modes de production, de consommation et de vie. Il ne faut pas seulement proposer une transition vers des sociétés plus sobres : il faut aussi que cette plus grande simplicité soit désirable, qu’elle s’accompagne d’une meilleure qualité de vie.

Il nous faut changer en profondeur nos systèmes de rétribution fondés sur la course à l’avoir et la possession. Ces systèmes s’appuient sur le paradigme de la rareté : gagner de l’argent, prendre le pouvoir, acquérir la gloire, cumuler les conquêtes …

C’est toujours le couple » rareté/possession » qui est au cœur du processus. Et le plaisir est lié à cette possession.

Organiser la rareté est un élément constitutif du paradigme de la possession. Lequel a aussi une conséquence : la peur. Peur de perdre ce pouvoir, cet argent, cette gloire si difficilement acquis.

Chacun peut trouver sa place sans opprimer l’autre. Chacun trouve un sens à sa vie, sans que ce sens en exclue d’autres, possibles, pour d’autres êtres humains.

Osons, une alternative à la peur ! Pourquoi ne serait-elle pas « politique » ?

10:32 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Général, Genève, Médias, Monde, Nature, Politique, Solidarité, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

22/10/2010

1,5 milliard de touristes en 2020 : la nécessité de passer au durable !

tpousirme vert.jpg

Le tourisme international représente 880 milliards de dollars, soit 12% du PIB mondial.

Mais ce poids lourd de l'économie est aussi l'un des moins bons élève en termes d'émission de gaz à effets de serre : transports aériens, hébergement, activités touristiques. Le secteur figure parmi les plus friands en énergie, face à la montée en flèche du nombre de touristes, le recours aux alternatives responsables est plus que jamais une nécessité. Car d’après l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), la planète comptera 1,5 milliard de touristes en 2020, soit presque trois fois plus qu’il y a 20 ans.

 

De quoi inciter l’industrie touristique à passer au durable. «Ecotourisme», «tourisme solidaire», «responsable» ou «durable», ce vocabulaire s’entend donc désormais chez beaucoup d’agences de voyages. La difficulté étant de s’y retrouver, tant cette offre est diverse. Car à l’heure de la compensation carbone, l’industrie du tourisme se doit de montrer l’exemple.

 

Le rapport «Changement climatique et tourisme: faire face aux défis mondiaux» stipule que l’industrie touristique est responsable de 4,9 % des émissions mondiales pour l’année 2005.

 

Bonnes vacances !

12:21 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Développement durable, Economie, Général, Genève, Loisirs, Médias, Monde, Nature, Politique, Suisse, Vaud, Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

19/10/2010

Dis, papa...c’est quoi les « cleantech » !

clennetch.jpg

Les cleantech correspondent à un mode de gestion respectueux des ressources qui s’inscrit par là même dans la durée. Elles regroupent les technologies, les processus de fabrication et les services qui contribuent à protéger et à préserver les ressources et les systèmes naturels.

 

Tous les maillons de la chaîne de création de valeur sont concernés, du domaine recherche et développement aux exportations en passant par la production de biens d’investissement.

 

Les cleantech portent notamment sur les domaines suivants :

 

·        Energies renouvelables, efficacité énergétique, stockage de l’énergie.

·        Matériaux renouvelables, utilisation efficace des ressources et des matériaux (gestion des déchets et recyclage compris).

·        Gestion durable de l’eau.

·        Mobilité durable.

·        Gestion durable de l’agriculture et de l’exploitation forestière.

·        Biotechnologie blanche, verte et jaune.

La biotechnologie blanche englobe les applications dans les domaines de la pharmacie, des bioplastiques et des biocarburants ; la biotechnologie verte, les applications dans les domaines de l’agriculture et de la production de denrées alimentaires (processus de fermentation, culture et génétique) ; la biotechnologie jaune, les applications dans le domaine environnemental (décontamination des sols).

·        Technique environnementale au sens strict du terme (y compris technique de mesure, assainissement des sites contaminés, technique des filtres, etc.)

 

Les cleantech ne sont pas une branche au sens traditionnel, mais possèdent un caractère transversal.

11:10 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Genève, Humour, Médias, Monde, Nature, Politique, Science, Suisse, Techno | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Encore du PCB dans les eaux en Suisse !

pcb.jpg

Des dépassements importants des concentrations maximales fixées, pour les PCB, dans la législation sur les denrées alimentaires ont été mis en évidence dans des poissons prélevés dans la Birse, la Sarine et le Haut-Rhin. Les causes de ces contaminations élevées ne sont jusqu’à présent que partiellement connue.

 

Des analyses effectuées sur des poissons capturés en 2007 dans la Sarine ont révélé des teneurs élevées en PCB dues à des apports provenant d’une décharge.

 

Ces valeurs dépassent très largement les teneurs maximales admises dans l’UE pour les dioxines et les PCB dans les poissons.

 

Un rapport (à télécharger ici) présente une vue d’ensemble de la contamination des poissons des eaux suisses par les polychlorobiphényles (PCB) et les dioxines obtenue à partir d’une compilation de plus de 1300 ensembles de données recueillis ces 20 dernières années.

 

 

 

10:18 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Médias, Nature, Politique, Science, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

03/10/2010

Il n'existe aucun droit au calme dans notre société !

bruit nuage.jpg

Un bruit trop présent peut nous rendre malades. Or nous ne pouvons pas échapper aux nuisances sonores, ni le jour ni la nuit, car nous n'avons pas la possibilité de fermer nos oreilles.

De plus, nous ne pouvons pas nous habituer au bruit, nous endurcir à cette gêne ni nous immuniser contre celle-ci.

Le bruit est une forme de pollution environnementale sous-estimée et négligée. Pourtant, le bruit rend malade et génère des coûts de santé élevés.

Les conséquences du bruit quotidien sur la santé sont plus graves que l'on ne le pense généralement. Troubles du sommeil et de la digestion, hypertension, infarctus du myocarde, dépression, agressivité et difficultés de communication sont les problèmes les plus fréquents. 

Chacun perçoit le bruit de manière très subjective et en fonction de nombreux facteurs: la personnalité, l'âge, le bien-être psychique et physique, le vécu sonore, le moment de la journée et les facteurs acoustiques qui définissent le bruit. 

bruit échelle.jpg

10:31 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Général, Genève, Médias, Nature, Politique, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

30/09/2010

L’Etat est extérieur à la société. C’est une « Gesellschaft », une organisation à but singulier

Malheureusement, nous avons été conditionnés à considérer la prolifération des services étatiques comme le signe du progrès social et économique.

Plus l’Etat en procure aux citoyens, plus ils s’imaginent jouir d’un niveau de vie élevé. Cette perception est conforme au dogme selon lequel tous les bienfaits sont produits par l’homme, et attribuables au progrès économique.

Elle cadre aussi avec la croyance contemporaine dans la compétence et le savoir scientifiques et techniques, qui attribuent aux services de l’Etat une supériorité sur ceux de la famille et de la communauté.

Plus il délègue de prérogatives aux experts, moins l’individu agit en citoyen, plus il se comporte en client.

Il en va ainsi à peu près dans tous les secteurs d’activité et ce phénomène affecte tous les aspects de la politique sociale.

Simultanément, le citoyen ordinaire se voit empêché de remplir les fonctions les plus essentielles auxquelles son éducation l’a préparé, et qu’il doit assumer pour sauvegarder l’intégrité et la stabilité des familles, des communautés, des sociétés et des écosystèmes.

L’Etat est extérieur à la société. C’est une « Gesellschaft », une organisation à but singulier, presque exclusivement préoccupée par la défense de ses intérêts à court terme, et qui ignore invariablement les besoins réels de ceux qu’elle est censée gouverner.

06:41 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Développement durable, Economie, Général, Genève, Monde, Nature, Politique, Résistance, Solidarité, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

28/09/2010

Maison container…

Maison-container-16.jpg

La réalisation d'une maison sur base de containers maritimes présente de nombreux avantages parmi lesquels on peut citer:

- Un chantier propre: le recyclage des containers permet d'éviter l'utilisation de matériaux dont la fabrication est génératrice de pollution. 

- Un chantier rapide : trois mois suffisent à la réalisation complète d'une maison de 240m2.

- Un coût au mètre carré nettement inférieur à celui de la construction dite traditionnelle, ce qui permet, à budget équivalent d'offrir des espaces supérieurs en taille et/ou de hautes performances environnementales.

- Une modularité incomparable et de nombreux types de finitions possibles qui autorisent une vaste gamme d'options architecturales.

Container-House-18.jpg

La première maison container entièrement réalisée dans les ateliers Progeco.

Container-House-16.jpg

18:44 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Economie, Général, Genève, Médias, Nature, Politique, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

24/09/2010

La ferme urbaine, une solution de proximité durable

ferme urbaine.jpg

La nature réinvestit la cité. De nombreux projets fleurissent dans le monde pour le développement d’environnements bénéfiques aux citoyens des villes.

Par l’utilisation des techniques de culture hors sol et aéroponique ces monades vertes seront en mesure de fournir la nourriture aux villes.

La ferme urbaine dite « verticale » a inspiré de nombreux urbanistes et architectes. Sujet « bobo » des années 1990, ce projet pourrait devenir au XXIème siècle une solution de proximité durable.

En réduisant les dépenses en eau, en fournissant son énergie grâce au solaire et au vent, en diminuant de manière drastique le transport des marchandises, ces fermes urbaines joueraient le rôle de producteur et distributeur à la fois, elles permettront de réduire les coûts, rendant enfin les fruits et légumes accessibles au plus grand nombre.

08:09 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Développement durable, Economie, Général, Genève, Monde, Nature, Politique, Science, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

06/09/2010

Biodiversité ; encore un petit effort, SVP !

Les efforts de la Suisse pour conserver sa biodiversité montrent des signes de succès, l’objectif fixé par la communauté internationale pour 2010 n’est cependant pas atteint.

C’est le constat que fait la Suisse dans son quatrième rapport envoyé le 6 septembre 2010 à la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique.

S'appuyant sur les données et observations existantes sur l'état de la biodiversité et l'évolution probable pour les prochaines années, la Suisse reconnaît que les pertes subies par la biodiversité n'ont pas pu être suffisamment ralenties jusqu'en 2010.

La biodiversité et les services rendus par les écosystèmes doivent mieux être pris en compte dans les politiques telles que l'agriculture, l'aménagement du territoire et le tourisme. Le secteur privé doit aussi être impliqué.

Il est également essentiel d'augmenter la prise de conscience de la population et de la société en général du rôle essentiel que joue la biodiversité pour notre existence.

13:01 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Général, Médias, Monde, Nature, Politique, Science, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

22/08/2010

Affronter une maladie chronique en pouvant faire du sport à l’hôpital serait un bienfait

L’hôpital a un rôle à jouer dans la promotion de la santé des enfants malades. Il doit aussi penser à la perception de la qualité des soins, à la satisfaction des usagers, qui est, on le sait, sous l’influence de facteurs presque inattendus.

On sait que le sport est générateur de bien-être. Il a des effets physiques, mais aussi des effets psychologiques, l’enfant se sent comme un enfant en bonne santé.

Une étude qui a débuté en 2008 permet de démontrer les bienfaits d’une activité physique sur mesure chez les enfants et les adolescents hospitalisés.

L’étude évalue :

Ø la qualité de vie liée à la santé, évaluée par le Child Health Questionnaire (CHQ) le premier et le dernier jour d’hospitalisation (destiné aux parents et enfants, adapté en fonction de l’âge) ;

Ø la satisfaction des soins évaluée par le Patients Judgment of Hospital Quality questionnaire, adressé à la famille 11 à 15 jours après l’hospitalisation.

L’hypothèse fut confirmée : un enfant ou un adolescent qui a pratiqué un sport durant son hospitalisation pouvait mieux surmonter sa maladie. Celui qui s’était occupé (et dont on s’était occupé) se sentait mieux, et il gardait un meilleur souvenir de son hospitalisation.

Cependant l’étude n’est pas close. Il reste encore à déceler si de telles activités physiques adaptées pourraient aussi améliorer le cours de la maladie elle-même.

On parle du sport en prévention des maladies chroniques, pourrait-on un jour l’envisager comme thérapeutique, dans le cas précis de ces enfants hospitalisés ? 

Sources :

Effect of adapted physical activity on health-related quality of life among hospitalized children and adolescents (2010).

10:03 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Formation, Général, Genève, Nature, Politique, Science, Sports, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

10/07/2010

Ecologie urbaine ; la biodiversité en ville

Biodiversité en ville.jpg

Alors que le monde s’urbanise, le citadin prend de plus en plus conscience qu'il ne peut vivre sans nature.

Longtemps considérée comme une rupture avec la nature, la ville commence ainsi à être appréhendée comme un écosystème, où l'homme cohabite avec quantité d'autres espèces, végétales et animales, introduites ou sauvages.

Aussi, parties intégrantes du tissu vivant, les villes, autrefois négligées par la communauté scientifique, sont devenues champs d'études.

Analyser les aptitudes de colonisation et les capacités d'adaptation des espèces, décrypter les stratégies de dispersion des graines, ou encore repérer les structures qui favorisent ou bloquent la propagation des espèces dont certaines envahissantes: l'écologie urbaine devrait contribuer à mieux concevoir la ville pour y optimiser la qualité de vie.

Au cœur des problématiques de développement durable, la ville a bel et bien un rôle à jouer dans la conservation de la biodiversité. Territoire d'expérimentation mais aussi de sensibilisation privilégiée, puisque l'homme y vit, elle pourrait être un excellent laboratoire pour réconcilier l'homme avec la nature.

« La Suisse entière est comme une grande ville, on y trouve partout des maisons» Jean-Jacques Rousseau, 1793

08:05 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Général, Genève, Nature, Politique, Science, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

06/07/2010

Et s'il n'y avait plus rien à faire pour sauver l'humanité ? S'il était déjà trop tard ?

démographie.jpgA l'origine de ces déséquilibres planétaires qui menacent la survie même de l'Humanité, Frank Fenner, professeur de microbiologie à l'Université nationale australienne, incrimine dans une interview accordée au quotidien The Australian,  l'explosion démographique et la "consommation effrénée".

"L'homo sapien devrait disparaître, peut-être dans 100 ans", dit-il. "Un grand nombre d'autres animaux également. C'est une situation irréversible. Je pense qu'il est trop tard. J'essaie de ne pas trop le dire car il y a des gens qui essaient de faire changer les choses. Les efforts de réduction ralentissent un peu les choses, mais il y a déjà trop de monde sur Terre " ajoute –t-il.

L'explosion démographique et ses corollaires : la boulimie énergétique, productiviste et consumériste mènent l'humanité à sa perte. Ce constat, tabou, est pourtant de plus en plus partagé par certains scientifiques et de plus en plus évoqué, mais étouffé par les sceptiques sur le changement climatique et une partie des personnes croyantes pour qui la reproduction est une recommandation divine, souligne Frank Fenner.

En conclusion de son interview, Frank Fenner, qui a pourtant eu l'honneur d'annoncer l'éradication mondiale de la variole à l'ONU en 1980, contemple avec dépit le chaos de l'espèce humaine au bord de l'extinction de masse : "Les petits enfants des générations actuelles vont être confrontés à un monde beaucoup plus difficile..."

 

Source : Frank Fenner sees no hope for humans -The Australian

14:22 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Général, Genève, Médias, Monde, Nature, Politique, Résistance, Suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

01/07/2010

Liberté du choix du moyen de transport ; c’est l’anarchie !

Si chacun a le choix de son mode de déplacement, d’ailleurs garanti par la Constitution, son application relève de l’anarchie…

> Les automobilistes se garent, sans vergognes, sur les trottoirs ou dans les cases réservées aux personnes en situation de handicap.

> Les motards abusent des voies réservées aux bus, sans oublier celles dévolues aux cyclistes.

> Les cyclistes utilisent abondamment l’espace réservé aux pétions.

> Les pétions traversent la chaussée sans regarder si d’autres usagers y sont déjà engagés.

> Les enfants sont incapables de céder leur place aux ainés dans les transports publics.

> etc.

15:02 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Nature, Résistance, Solidarité, Suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

15/05/2010

Notre planète ne peut pas être qu’une « Gesellschat » !

libre-éc.jpg

Dans une dictature, l’argent sert à acheter les armes et à payer la police et l’armée qui permettent de se maintenir au pouvoir.

En démocratie, l’argent permet de se faire réélire, en procurant des avantages matériels aux secteurs de la société dont le soutien électoral est indispensable.

Mais en règle générale, les gouvernements ne prennent aucune mesure qui irait à l’encontre des intérêts d’un secteur industriel puisant, aussi destructrices que puissent en être les activités, à moins d’y être contraints par la pression de l’opinion publique. .

Malheureusement, les grandes entreprises détiennent le quasi-monopole de l’argent. D’où l’alliance inévitable entre le gouvernement et l’industrie.

Le résultat inéluctable est que pratiquement aucun choix politique important n’est effectué aujourd’hui parce qu’il est humainement, socialement ou écologiquement souhaitable, mais plutôt parce qu’il sert les objectifs des «associations à but particulier».

Ce sont ces "politiques" qui sont en train de rendre la planète inhabitable.

 

08:16 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Culture, Développement durable, Economie, Formation, Général, Genève, Monde, Nature, Politique, Science, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

05/05/2010

Enjeux électoraux de demain

enjeux.jpg Actuellement, la droite économique (PLR) et conservatrice (UDC), obsédée par le moins d’état, concentre son énergie sur les finances et l’économie en mettant son poids sur des dossiers où finalement son action est limitée par la mondialisation.

Cette droite néglige les politiques où les champs d’action sont encore nationaux, et donc dotés de véritables pouvoirs (culture, environnement, santé, social). Elle préfère le « doux ronronnement » des conseils d’administration.

Les enjeux politiques de demain sont liés à la démographie, à l’environnement, aux migrations, à l’éthique…

Pourtant entre une droite néolibérale et une gauche passéiste, il existe un espace pour des solutions à la fois économiques, environnementales et sociales.

Un espace politique qui croit en la capacité de l’individu à faire ses choix de vie. Pour une politique capable de répondre aux questions relatives aux besoins accrus en matière de culture, de formation, de santé, de faire face aux changements climatiques et d’intégrer les commutés étrangères.

13:08 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Développement durable, Economie, Formation, Général, Genève, Monde, Nature, Politique, Solidarité, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

03/05/2010

Ma journée d’écocitoyen…

ecocitoyens.jpg6:00 à mon réveil solaire…

J’allume la lampe de chevet, dont l’ampoule basse consommation s’éclaire en douceur.

6 :15. Direction la salle de bains. L’eau est devenue précieuse, j’en suis conscient dans mes moindres gestes.

6 :30. Dans l’armoire, j’attrape ma chemise blanc écru, celle qui concilie esthétique et étique car j’ai appris à décrypter les étiquettes…

6 :45. Pour le petit déjeuner, j’aime prendre mon temps. La cuisine est la pièce qui consomme le maximum d’énergie électrique.

7 :20. Pour les trajets maison-bureau, j’ai opté pour le vélo. Mais en quand il pleut, je prends les transports en commun.

8 :00. Du recyclage du papier à celui des cartouches d’encre, je suis attentif à toutes les améliorations possibles au bureau. Et je sensibilise mes collègues.

12 :30. Pour le déjeuner, j’alterne restauration rapide et restaurant où je privilégie le « menu du marché ».

18 :00. En fin de journée, sur le chemin du retour, j’en profite pour faire des courses. J’ai préparé une liste de produits de saison et pensé aux cabas réutilisables.

18 :30. En rentrant chez moi, je prend la courrier ; j’ai apposé un « Pub, non merci » sur ma boîte aux lettres. Autant de prospectus en moins à trier.

19 :30. Au dîner, on déguste une soupe préparée avec des légumes bio que je suis allé chercher directement chez l’agriculteur.

22.30. Avant d’aller me coucher, je fais un brin de toilette. Sur la tablette, les flacons ont cédé la place aux éco-recharges.

Ménage : les produits pour le ménage sont très polluants. En choisissant des produits bios et en diminuant les doses, je nettoie ma maison tout aussi effacement.

Bricolage : pour mes travaux de bricolage, j’essaie de manipuler des produits qui créent le moins d’émanations toxiques possibles.

Jardinage : dès les premiers beaux jours, je me mets au jardinage. J’évite tout pesticide et pour les engrais naturels, j’ai l’embarras du choix.

En week-end ou en vacances, gardons tous nos bonnes habitudes ! Partout où je vais, je contribue à la préservation de l’environnement.

08:32 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Développement durable, Général, Genève, Médias, Monde, Nature, Politique, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

02/05/2010

Que faut-il considérer comme notre véritable richesse ?

terre et mains.jpg Parmi les économistes, même ceux qui voient toute l’absurdité de notre système comptable persistent à nier que la destruction de l’environnement soit problématique, car ils ont appris à penser que le marché, en conjonction avec la science, la technique et l’industrie, est capable de pallier à toute pénurie de ressources.

Cette attitude aberrante est encore davantage justifiée par la science orthodoxe, qui s’attache à dénigrer tous processus naturels.

Ils ignorent que l’un principe de base, de la vision écologique du monde, est que les bienfaits véritables, et donc la richesse réelle, proviennent du bon fonctionnement du monde naturel.

Un climat favorable et stable, des forêts, des savanes et des terres agricoles fertiles, des rivières et ruisseaux, des sources et réserves d’eau souterraines, des marais et récifs coralliens, des mers et océans et les myriades d’espèces vivantes qui les peuplent.

Voilà ce qu’il faut considérer comme notre véritable richesse.

06:32 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Développement durable, Economie, Général, Genève, Monde, Nature, Politique, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook