19/08/2011

Pour en finir avec l’hypocrisie de la répression de l’usage de cannabis.

raport roques.JPG

Le « Rapport Roques »* établit une classification de la dangerosité des drogues, licites ou illicites, évaluée à partir de cinq critères : la dépendance physique, la dépendance psychique, la neurotoxicité, la toxicité générale, l’agressivité.

Ses conclusions distinguent trois groupes. Le premier comprend les produits les plus dangereux : l’héroïne, la cocaïne et l’alcool. Ces produits peuvent provoquer dépendance, toxicité et agressivité. Le second groupe comprend les psychostimulants, les hallucinogènes, les benzodiazépines et le tabac, ils provoquent dépendance et toxicité générale.

Le troisième groupe ne comprend que le cannabis qui ne provoque pas de dépendance, qui n’est pas toxique pour le cerveau, qui ne rend pas agressif et qui n’est toxique pour l’organisme que parce qu’il est fumé avec du tabac et parce qu’il est souvent mélangé par les dealers avec des produits de toute sorte.

Même s’il existe des « usages durs » de cette drogue douce, le cannabis est  en soi moins dangereux que le tabac et l’alcool.

Il serait temps de discuter sérieusement de la façon la plus responsable de réglementer l’usage de drogues douces.

 

*B. Roques, La dangerosité des drogues, Odile Jacob, Paris

 

15:46 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Médias, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (29) | |  Facebook

17/08/2011

«Genève est moins sûre que Chicago»

vilance.jpg

Genève se trouve à la croisée des chemins. Ses chefs successifs au Département de Justice te Police (Socialistes et PLR) peuvent certes continuer à développer les moyens et les recettes habituels destinés à contenir et gérer les problèmes d’insécurité. Cette paresse coûte des dizaines de millions de francs et elle est désastreuse. Mais elle est politiquement profitable à court terme.

 

Il suffit de tenir un discours dont la philosophie n’est autre que le maintien de l’ordre, c’est le petit jeu que le PLR et les Socialistes jouent depuis plusieurs années. Mais, en fait de philosophie, c’est une politique de l’autruche consistant à ne rien faire pour diminuer les problèmes d’insécurité, tout faisant le jeu de divers partis ou mouvements populistes.

 

De même que la politique culturelle ne doit pas être confiée aux fonctionnaires de la culture, de même que la politique de l’éducation ne doit pas être confiée aux enseignants et à leurs syndicats, la politique de sécurité ne doit pas être confiée aux policiers et à leurs syndicats.

 

Si l’insécurité a pris une telle importance dans le débat public, c’est aussi parce que nos journaux, nos radios et nos télévisions y consacrent une place démesurée.

En allumant mon poste de radio ou de télévision ou en ouvrant mon journal, je suis exposé aux questions d’insécurité trois fois plus souvent qu’aux problèmes de l’emploi.

Au-delà de leurs tendances politiques plus ou moins prononcées, les medias se sont laissés d’autant plus facilement emporter dans cette surenchère qu’elle est d’une part bien adaptée à leur mode de présentation événementiel de la réalité, d’autre part économiquement rentable.

 

La sécurité est l’affaire de tous. Elle doit être déterminée au nom des intérêts de tous.

 

 

08:20 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Médias, Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

15/08/2011

Vers la fin des « guerres »

guerre.jpg

Des guerres sont livrées parce que les pays rivalisent entre eux pour sécuriser leur approvisionnement en énergie fossile.

L’avènement des énergies renouvelables va contribuer à apaiser les tensions autour de l’accès aux sources des énergies fossile toujours moins abondantes, et ainsi faire passer le monde de la «géopolitique» du 20ème siècle à celui de la «politique de la Terre».

 

L’accès à l’électricité doit être un droit inaliénable. Au 21ème siècle, l’accès individuel à l’énergie doit aussi devenir un droit social et humain.

Tout humain doit avoir le droit et la possibilité de produire sa propre énergie, localement et de la partager avec d’autres sur des réseaux tant régionaux, que nationaux ou continentaux.

09:32 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Développement durable, Economie, Général, Genève, Histoire, Monde, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

13/08/2011

Des milliers de nouveaux emplois en Suisse

emplois verts.jpg

L’abandon des énergies fossiles exigera une reconfiguration totale de l’infrastructure économique ce qui va créer des milliers d’emplois et d’innombrables biens et de nouveaux services.

La refonte des infrastructures et le rééquipement des secteurs d’activité vont nécessiter un recyclage massif des salariés.

Ces nouveaux employés de pointe devront être qualifiés dans les technologies des énergies renouvelables, la construction verte, l’informatique embarquée, les nanotechnologies, la chimie durable, la gestion des réseaux électriques numériques, les transports électriques hybrides, sans oublier le développement des piles à combustible, ainsi que des centaines d’autres domaines techniques.

Il faudra aussi former les entrepreneurs et les managers pour qu’ils puissent tirer profit des modèles d’entreprise les plus avancés, comme par exemples : le commerce en source ouverte et en réseau, le contrat de performance, les stratégies de recherche-développement coopérative, la chaîne d’approvisionnement et la logistique à faible intensité de carbone, etc.

Ces nouveaux niveaux de qualification et styles de gestion des collaborateurs seront qualitativement différents de ceux que nous connaissons.

07:56 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Développement durable, Economie, Formation, Genève, Monde, Politique, Science, Suisse, Techno | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

11/08/2011

Sur le chemin du capitalisme distribué

wikipwdia.jpg

C’est l’application des nouvelles technologies (TIC) qui engendrent le « capitalisme distribué» et qui rendent obsolètes de nombreux postulats centraux du capitalisme de marché, comme cette solide conviction d’Adam Smith : « la nature humaine prédispose tout individu à rechercher sur le marché son propre intérêt contre ceux des autres » toutefois  tempérée par une autre idée: « même si l’individu ne pense qu’à son intérêt personnel, en le servant il contribue d’une certaine façon au bien commun. »

Le « capitalisme distribué » part d’un postulat opposé sur la nature humaine : quand on lui en donne l’occasion, l’être humain est naturellement disposé à collaborer avec les autres, souvent gratuitement, simplement pour  contribuer à l’intérêt général.

De plus, lorsqu’on apporte sa contribution au bien-être du groupe, on est plus à même d’optimiser son intérêt personnel.

Autrement dit, les « capitalistes distribués » célèbrent ce qu’ils appellent la « communauté numérique» au lieu de se lamenter sur la« tragédie des biens communs». Pas de plus beaux exemples que Wikipédia, Linux ou autres Facebook

De même, le vieil adage « c’est à l’acheteur de faire attention » est remplacé par l’idée de transparence et d’ouverture.

13:28 Écrit par Charly Schwarz dans Associations, Développement durable, Economie, Général, Genève, Monde, Politique, Suisse, Techno | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

09/08/2011

Energies renouvelables / stockage

hydrogène.jpg

Pour maximiser l’énergie renouvelable et amoindrir les coûts, il faudra nécessairement développer des méthodes de stockage facilitant la conversion de l’offre intermittente de ces sources d’énergie en courant électrique fiable.

Les batteries, le pompage différencié de l’eau et d’autres moyens peuvent procurer des capacités de stockage limitées.

Mais il existe à cette fin un support largement disponible et relativement efficace. Ce support universel qui « stocke» toutes les formes d’énergie renouvelable afin d’assurer la stabilité et la fiabilité de l’alimentation pour la production d’électricité et, point tout aussi important, pour le transport, c’est l’hydrogène.

L’hydrogène est l’élément le plus léger et le plus abondant dans l’univers, et, quand on l’utilise comme source d’énergie, les seuls sous-produits sont l’eau pure et la chaleur.

Avec l’hydrogène que l’on peut stocker pour le reconvertir plus tard en électricité, la société disposera d’une alimentation permanente en énergie.

C’est pourquoi il faut financer un programme de recherche offensif sur l’hydrogène et la technologie des piles à combustible.

Pour en savoir plus http://ec.europa.eu/environment/etap/inaction/policynews/229_fr.html

10:07 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Economie, Formation, Général, Genève, Monde, Nature, Politique, Science, Suisse, Techno | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

07/08/2011

Le « pic de la mondialisation »

mondidlisation.jpg

Nous sommes aujourd’hui confrontés à un phénomène nouveau. On l’appelle le « pic de la mondialisation».

L’importance du «pic de la mondialisation» ne saurait être surestimée. Le postulat implicite de la mondialisation est connu : grâce au pétrole abondant et bon marché, les entreprises peuvent transférer leurs capitaux sur des marchés où la main-d’œuvre est peu coûteuse, y produire à moindres frais et avec une forte rentabilité des denrées alimentaires et des biens manufacturés, puis les expédier jusqu’aux marchés. Mais ce postulat central ce désintègre.

Car sur fond de déclin du pétrole potentiellement disponible pour chaque être humain, les efforts d’intégration des BRIC, qui représentent 40% de la population mondiale,  à la révolution industrielle fondée sur le pétrole se heurtent à la limitation de l’offre

La pression qu’exerce sur des réserves de pétrole finies la demande d’une population humaine en expansion fera inévitablement monter les cours, et, quand le prix du baril dépassera les 150 dollars, l’inflation deviendra si forte qu’elle freinera la croissance économique et que l’économie mondiale entrera en récession.

Quelle que soit la marge de profit supplémentaire que gagnaient jusqu’ici les entreprises en transférant la production sur des marchés où la main-d’œuvre est peu coûteuse, sera annulée par les cous croissants de l’énergie sur l’ensemble de la chaine d’approvisionnement.

Le vrai tournant est là, et il se produira bien avant le pic de la production pétrolière mondiale.

 

12:19 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Economie, Général, Monde, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

26/07/2011

Multiculturel ou interculturel

masque.jpg

Il n’existe pas à proprement parler de définition exhaustive: la plupart des dictionnaires se contentent pour ce qui concerne le multiculturel d’un « qui relève de plusieurs cultures » et d’un « qui concerne les rapports entre les cultures » pour l'interculturel.

 

Les notions de multiculturel et d’interculturel sont bien souvent abordées sans vraiment questionner leur véritable sens.

Dans le langage courant, ils sont couramment employés dans un sens équivalent qui recouvre en fait aussi des enjeux politiques et des conceptions différentes de la société.

 

Engagés dans de nombreuses batailles idéologiques, ils sont devenus porteurs de préférences idéologiques ou politiques et se sont ainsi chargés de jugements de valeur.

De mon point de vue, une société interculturelle invite au partage des savoirs, à la connaissance des coutumes de l’autre, à une imbrication et à une interpénétration mutuelles. Tandis qu'une société multiculturelle génère une juxtaposition des communautés d’où résultent rapidement une ghettoïsation des comportements et une séparation des idéaux.

09:10 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Histoire, Médias, Monde, Politique, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook

22/07/2011

BCGE : justice politique ?

Les juges ont considéré les faits reprochés à René Curti et Marc Fues,  « très peu grave », selon l'article 251 du Code pénal suisse (Dans les cas de très peu de gravité, le juge pourra prononcer une peine privative de liberté de trois ans au plus ou une peine pécuniaire.)

Mais tous resteront coupables d'avoir voulu cacher la poussière sous la moquette de la République et l'avoir clouée au sol avec les « punaises » du service public, d'avoir favorisés leurs réseaux qu'ils soient politiques, maçonniques ou sectaires, d'avoir privilégies leurs conforts sociaux .

18:48 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

20/07/2011

Une crise à crédit

vie à crédit.jpg

Cette crise financière que nous vivons est le résultat de vingt ans de vie à crédit.

Les États-Unis sont désormais une économie en faillite. La dette qui représentait 21 % du PIB en 1980, a augmenté régulièrement au cours des trente dernières années jusqu’à atteindre 98% du PIB. Je ne parle pas de la dette brute du secteur financier qui dépasse les 120%.

Et la dette cumulée de consommation des ménages est pire encore : elle dépasse aujourd’hui 14’000 milliards de dollars.

Comme l’ensemble des communautés bancaires et financières sont intimement mêlées, la crise du crédit a débordé d’Amérique et englouti l’ensemble de l’économie mondiale.

Fondamentalement, ce qui s’est passé pendant les deux dernières décennies, c’est que l’économie mondiale a poursuivi son expansion en épuisant l’épargne accumulée par les Américains depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et arrivée en bout de course à la fin des années 1980.

Pour aggraver encore les choses, la crise mondiale du crédit continue son escalade... La hausse des prix de l’énergie alimente l’inflation, pèse sur le pouvoir d’achat, ralenti la production et aggrave le chômage, donc sème un chaos encore plus grand dans une économie qui croule déjà sous les dettes.

13:45 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Economie, Général, Genève, Histoire, Monde, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

15/07/2011

Qu’est-ce le « Green business » ?

grenn.jpg

Comment l’expliquer…L'exercice n'est pas simple. Comment expliquer ce concept, qui peut paraître obscur au premier abord.

Pour les entreprises qui pâtissent parfois d'une image négative, la démarche est pourtant nécessaire, surtout sur fond de crise économique et environnementale.

Utiliser les bons mots, aborder les bons sujets… C'est effectivement un travail de pédagogie, il faut trouver les bons mots pour expliquer aux consommateurs en quoi ils sont concernés par les activités de l'entreprise.

Expliquer qu'il n'y a pas de contradiction entre développement économique et protection de l'environnement. Au contraire, le « Green business » combine les deux.

L'environnement a pris une place importante dans nos modes de gestion. On ne peut plus gérer une société suivant des critères uniquement économiques.

Aujourd’hui, le chef d’entreprise ne peut pas se désintéresser de l'écologie et du social.

Le  « Green business », c'est le développement durable appliqué à l'entreprise. C'est agir au sein de l'entreprise dans le respect de l'homme et de l'environnement, promouvoir l'employabilité locale, l'insertion par le travail, ou encore, participer financièrement à des projets d'utilité publique.

18:06 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Economie, Général, Genève, Médias, Monde, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

14/07/2011

BCGE : coupables ?

Les dirigeant de la BCGE seront-ils condamnés selon le Code pénal suisse pour faux dans les titres (art. 251), escroquerie (art. 146) et gestion déloyale (art. 158 al.1) ?

Peut-être…

Mais ils sont coupables d’avoir voulu cacher la poussière sous la moquette de la République et l’avoir clouée au sol avec les « punaises » du service public, d’avoir favorisés leurs réseaux qu’ils soient politiques, maçonniques ou sectaires, d’avoir privilégies leurs conforts sociaux

Est-ce punissable ?

10:31 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

12/07/2011

L’attitude des jeunes face à la drogue (enquête)

drohues.jpg

La Commission européenne a publié cette semaine les résultats d'une enquête menée auprès de jeunes âgés de 15 à 24 ans.

Elle analyse leurs comportements et leurs attitudes envers les drogues, y compris les soi-disant «euphorisants légaux», c'est-à-dire, les nouvelles substances qui imitent les effets des drogues illicites et sont souvent vendues sous forme de poudres, herbes ou pilules.

Il s'agit d'un aperçu concernant l'usage, la disponibilité, les opinions sur les réponses de la politique antidrogue et sur les mesures qui pourraient être mieux prises pour s'attaquer à des problèmes de toxicomanie dans la société.

De cette enquête ressort également la perception du risque à l'égard de diverses substances, tel que les risques auxquels l'on s'expose par l'utilisation de certaines « drogues », allant de l'héroïne au cannabis, ainsi que l'alcool.

« Youth attitudes on drugs », l’enquête


12:04 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Médias, Monde, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

11/07/2011

BCGE : procédure viciée ?

images.jpg

Les particuliers lésés par les actes des agents de la BCGE ne sont pas admis au procès, ne sont pas entendus au cours du procès et n’ont par ailleurs aucune possibilité de se faire représenter.

Suite aux agissements des agents de la banque, beaucoup de clients et de petits actionnaires ont subi un dommage important se sont retrouvés en faillite et sans moyens.

Il faut savoir qu’un grand nombre de plaintes et de requêtes déposées contre la BCGE ont été écartées, mais encore les preuves à la disposition des personnes concernées, qui ont subi des dommages importants, n’ont pas été examinées au cours des procès.

Et pourtant, en vertu de l’art. 105 du Code de Procédure Pénale suisse participent également à la procédure: les lésés; les personnes qui dénoncent les infractions; les témoins.

Dans le cadre de ce procès, les personnes directement lésées par la BCGE sont précisément les clients débiteurs et épargnants de la Banque, ainsi que les petits actionnaires.

Pourquoi ces personnes qui ont subi des dommages concrets n’ont jamais été admises au procès ? Pourquoi seul le Canton de Genève est admis ?

Ne serait-il pas temps de déposer une plainte pénale avec constitution de partie civile ?

15:21 Écrit par Charly Schwarz dans Economie, Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

08/07/2011

Les HUG se « foutent » de nous !

HUG.jpg

« Les HUG doivent faire face à des pics de patients », une réponse pusillanime pour justifier une attente de 8 jours pour opérer une fracture du col du fémur !

En vérité cette réponse cache un malaise bien plus profond…

Guerre de succession à la tête des départements, erreurs de diagnostique fréquents, manque de considération des patients -chef de service incapables de prendre en considération l’état psychologique des patients-, mobbing (juste un exemple : un jeune médecin interne qui craque devant le patient qui doit le réconforter. Heureusement, il a trouvé asile dans un autre hôpital universitaire), personnel constamment sous stress et encore bien d’autres problèmes de fonctionnement.

Et malgré les conclusions d’une étude présentées en 2003 lors d’une journée Qualité des HUG :

Provoquer une prise de conscience du personnel concernant la survenue des erreurs médicales

Renforcer les liens de confiance avec les patients en parlant des erreurs qui surviennent au cours de l’hospitalisation

Rien n’a changé…

LA solution : vous devez subir une opération programmée, choisissez le CHUV !

Et si vous doutez encore de l’incompétence des HUG un lien vers l’article de la Tribune de Genève du 8 juillet :

http://www.tdg.ch/geneve/actu/jours-attente-operee-2011-0...

10:16 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique, Science, Université, Vaud | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook

05/07/2011

Le rétablissement de notre sécurité passe par la fusion des polices, n’en déplaise aux Conseillers administratifs !

polices.jpg

Les instances politiques limitent trop souvent le débat à un nombre restreint de problèmes, parce que ce sont des problèmes qu’elles « pensent pouvoir contrôler », plutôt que de s’attaquer aux problèmes fondamentaux et qui nécessiteraient une refonte importante des politiques actuelles.

Notre sécurité, ou le rétablissement de notre sécurité, est un enjeu de démocratie bien vécue.

Deux moyens d’action sont à disposition pour rétablir notre sécurité:

Prendre des mesures à court terme, qui doivent se traduire par des résultats rapides et visible, par exemple appliquer la loi et créer une seule force de sécurité, n’en déplaise aux Conseillers administratifs.

Agir sur le long terme, avec un objectif avoué de s’attaquer à la source des problèmes.

Le besoin de sécurité compte parmi les attentes le plus pressante de la population.

Il appelle l’action de professionnels aptes à maitriser la diversité des espaces de vie et à agir de manière appropriée.

 

06:56 Écrit par Charly Schwarz dans Genève, Médias, Politique | Lien permanent | Commentaires (21) | |  Facebook

01/07/2011

Nouveaux rêves personnels.

qualité de vie.jpg

Longtemps, le rêve américain, qui met l’accent sur la promotion individuelle et le succès matériel, a été l’« étalon or » guidant une grande partie des habitants de la planète, a perdu de son hégémonie.

 

Les jeunes ont d’autres préoccupations : lutter contre le changement climatique, rétablir la santé de la biosphère, protéger les autres espèces, maintenir la sécurité de leurs communautés locales, garantir l’accès universel à la santé, assurer une éducation universelle de grande qualité à un prix abordable, avoir un mode de vie moins matérialiste, créer des communautés d’une riche diversité culturelle.

 

Aujourd’hui, le rêve de la qualité de la vie séduit la nouvelle génération.

10:32 Écrit par Charly Schwarz dans Amis - Amies, Culture, Développement durable, Général, Genève, Médias, Monde, Nature, Politique, Solidarité, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

24/06/2011

La Constituante va droit dans le mur, et en plus elle klaxonne

Klaxon.jpg

Avez-vous lu l’avant projet constitutionnel ? Non !

Je sais nous ne sommes pas tous des juristes, alors permettez moi de vous indiquer quelques raisons relatives à cette perte de contrôle de la part de nos Constituants.

Et ne faîtes pas dire que nous aurions dû leurs retirer le permis de nuire en raison de leurs âges !

Comme une liste à la Prévert, voici les principaux dérapages qui conduiront la nouvelle Constitution dans le mur, sans prendre en compte les articles qui n’auront pas la garantie de la Confédération :

Réintroduction de la chasse, pas de préambule, suppression de l’article contre l’énergie nucléaire, plus de droit au logement, pas de principe de non-discrimination de toute personne notamment en raison de son orientation sexuelle et de son identité de genre, pas d’encouragement au commerce équitable et une cohérence de la promotion économique avec le développement durable, les droits sociaux ne sont pas intégrés comme des droits dans la liste des droits fondamentaux, l’Etat n’assure pas aux jeunes une préparation à la citoyenneté et ne favorise pas leur formation civique et il ne soutient pas les démarches de développement communautaire qui favoriserait la participation à la vie collective, etc..

L’Esprit du 25 mai hante toujours les traverses...

 

16:14 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

23/06/2011

Les Verts, chantres de la discrimination !

disci.jpg

Quelle surprise en découvrant en page 20 de la Tribune de Genève du 23 juin que les Verts présentent, pour les élections nationales du 23 octobre, une liste des « Suisses de l’étranger ».

Je rêve !

Partout, les Verts se définissent comme les champions de l’intégration !

Et quand politiquement, ils peuvent mettre leur idéologie en pratique, ils excluent les Suisse de l’étranger de la liste mère.

Cette attitude me rappelle les heures les plus sombres du Pacte de Varsovie, où les Soviétiques utilisaient les Frères satellites comme de la chair à canon, et quand le travail fut accompli ils n’hésitaient à les décrédibiliser.

10:43 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Histoire, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

22/06/2011

Le péril de notre propre survie

ewau.jpg

Le manque d’eau douce accessible a souvent été considéré comme un problème régional qui, dans telle ou telle partie du monde, a conduit à la contraction, voire à l’effondrement d’écosystèmes locaux.

 

Malgré cela, nous avons toujours supposé qu’il y aurait suffisamment d’eau pour maintenir en vie notre espèce dans son ensemble.

 

Or nous voici confrontés à la possibilité tout à fait concrète d’immenses changements planétaires dans le cycle hydrologique de la Terre qui risquent de mettre en péril notre propre survie en tant qu’espèce.

 

08:47 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Genève, Monde, Nature, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook