21/10/2009

La solitude, ce désespoir froid qui use l'âme

C’est la solitude qui étouffe une majorité de personnes âgées.

La solitude, c’est ce désespoir froid qui use l'âme, la santé et le cœur. Il est clair que cet isolement n'a pas été choisi, mais imposé par une société qui refuse de vieillir et, par conséquent, nie la vieillesse.

Souvent les personnes âgées ne sont pas considérées comme des citoyens à part entière et qu'on les laisse sciemment en marge de la société.

On ne parle jamais des personnes âgées, sinon pour dire qu'elles sont maltraitées ou qu'elles coûtent horriblement cher au système de santé.

On ne parle jamais du fait que ces gens rendent des services, qu'ils font tourner l'économie.

Le problème, c'est que cet apport est rarement reconnu par la société, et on les présente toujours comme des victimes ou comme un fardeau pour la société.

03:29 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

04/10/2009

Une pauvreté silencieuse

femmes agées.jpg

On ne parle jamais des personnes âgées, sinon pour dire qu'elles sont maltraitées ou qu'elles coûtent horriblement cher au système de santé.

On ne parle jamais du fait que ces gens rendent des services, qu'ils font tourner l'économie.

Mais la réalité des aînés est souvent niée, particulièrement celle de la femme âgée, seule et désespérément pauvre. C'est parmi les femmes âgées, qu'il y a là une pauvreté silencieuse qui isole et qui n'est pas assez dénoncée.

Ces femmes, qui sont nos mères, nos grands-mères, nos tantes, nos sœurs, comment se fait-il qu'on ne les entende pas?

10:03 Écrit par Charly Schwarz dans Femmes, Général, Genève, Politique, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : élection, candidat, élections, grand conseil, genève | |  Facebook

28/09/2009

Entreprendre autrement… les motivations les référentiels !

ESS.jpg

Aujourd’hui « Entreprendre autrement » n’est plus cantonné à des niches dues à quelques défaillances du marché ou du secteur public, mais bien l’expression d’une alternative :

 

 

une alternative à la dépersonnalisation de l’échange marchand qui tend à générer l’envahissement de la sphère économique par le capitalisme financier, au dépérissement des formes d’économie artisanale pour lesquelles l’échange marchand était aussi support de lien social,

 

une alternative contre l’anonymat bureaucratique du secteur public : oubli du sujet, approche verticalisée et segmentée des besoins, obstacles à une prise en compte transversale et pluridisciplinaire des situations.

 

 

Aujourd’hui, à Genève, les acteurs de l’Economie Sociale et Solidaire sont regroupés au sein d’une chambre économique….

 

L’économie sociale et solidaire n’a pas de terrain ou d’objet qui lui soit propre.

 

Elle intervint aussi bien dans un cadre réglementaire de délégation de service public, que s’inscrire dans une logique de marché, ou s’en distinguer radicalement.

 

Elle peut partir de micro initiatives ou s’inscrire dans des logiques de développement social.

 

Elle peut aussi prendre la forme de mutualisation de risques ou de moyens, elle a aussi des liens avec les logiques d’insertion des publics en difficultés.

 

Trois dimensions majeures permettent de construire les référentiels :

-         le rapport aux usagers (soucis de participation, de consultation dans la prise de décision)

-         le rapport au marché (lucrativité limitée, services aux personnes)

-         le rapport au politique (nouvelles politiques publiques, innovations sociales).

 

 

Qu’elle se pense comme alternative ou complémentaire, l’économie sociale et solidaire se pense bien comme une économie.

 

21/09/2009

Il est temps de reconnaitre la compétence des habitants…

habitants.jpg

Aujourd’hui, il faut reconnaitre la capacité de chaque habitant à délibérer, avec d’autres, sur le bien commun et sur son aptitude à mettre ses compétences individuelles au service d’un projet commun.

Les habitants de Genève sont capables de se prononcer, en mobilisant pour y parvenir des considérations de justice.

En démocratie l’aptitude à juger des affaires politiques doit être considérée comme universelle.

Il n’existe pas de question complexe qui doit être, à priori, réservée à des spécialistes dès qu’il s’agit d’en juger politiquement.

17/09/2009

Il y a des choses que l’Homme ne peut pas faire…

Il y a des choses que l’Homme ne peut pas faire : par exemple être spontanément raisonnable.

Il existe dans le corps et l’imaginaire des hommes, des lois naturelles qui produisent de façon nécessaire des passions et les illusions qui les accompagnent (colère, jalousie, haine, amour, espoir ou crainte).

Cependant les hommes ont aussi la capacité à vivre ensemble, parce ce que ces affects peuvent être orientés et encadrés par les mœurs, les usages et les lois.

18:37 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Politique, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : élection, candidat, élections, grand conseil, genève | |  Facebook

15/09/2009

Pourquoi sortir d’une culture de l’assistanat ?

assistanat.jpg

Aujourd’hui, la bonne volonté des individus qui recourent à la solidarité collective est souvent remise en cause. La société considère majoritairement les assistés comme des profiteurs.

Or, on explique de plus en plus souvent les comportements des acteurs sociaux par la théorie du « choix rationnel » ; en conséquence on stigmatise les populations dépendantes de l’action publique qui ne respecteraient pas le « pacte social » et choisiraient le loisir ou détriment du travail.

Est-ce le développement d’une culture de l’assistanat qui nous aurait fait oublier les devoirs qui sont la contrepartie des droits que la société accorde à tout individu ?

 

14:38 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : élection, candidat, élections, grand conseil, genève | |  Facebook

Une politique budgétaire responsable exige des mesures !

politique budgétaire.jpg

La politique budgétaire est considérée comme durable si, à la fin de la période considérée (2003 - 2050), le taux d'endettement n'a pas augmenté.

Malheureusement, les calculs de l'administration fédérale des finances montrent que le vieillissement de la société conduit à un surcroît considérable des charges pour les finances publiques, qui entraînera à son tour une augmentation massive de la dette publique.

Par rapport à la capacité économique de la Suisse, c'est-à-dire à la création de valeur de l'ensemble de l'économie (PIB), l'endettement aura passé de quelque 50 % en 2005 à environ 130 % en 2050. (Pour la zone Euro, nous avons les chiffres suivants : 70% à 120%).

Plus le pouvoir politique repousse les réformes, plus grandes devront être les corrections par la suite : en 2020, le défaut de financement atteindra entre 2 et 2,9 % du PIB par année.

L’endettement croissant de la société ne pourra être maîtrisé que si les réformes destinées à préserver l'Etat social sont décidées et mises en œuvre à temps.

Plus les réformes interviendront tard, plus les corrections qui s'imposeront seront importantes.

Ces prochaines décennies, il faudra aussi tenir compte de risques tels que les conséquences des changements climatiques, les épidémies ou une raréfaction et donc un renchérissement des ressources naturelles.

C'est pourquoi il convient d'insister sur le fait que les finances publiques sont exposées à d'autres risques qu'il n'est pas aisé de quantifier et qui soulignent encore la nécessité d'agir au niveau politique.

12/09/2009

Le respect, signe de dignité

Comment dans un monde d’inégalités croissantes, faire en sorte que le respect de soi oblige aussi le respect des autres ?

Je pense qu’il faut renoncer à la politique de la compassion et à son double, la mentalité d’assisté, pour construire des véritables liens, qui ne soient pas d’assistance, ni de dépendance, mais de réciprocité.

Aujourd'hui, le respect est la principale exigence adressée à l’Autre !

04:42 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Monde, Politique, Solidarité, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : élection, candidat, élections, grand conseil, genève | |  Facebook

10/09/2009

Rues portant le nom d’une femme…

Griselidis.jpg

A Genève seulement 9 rues (dont 2 impasses) exaltent le nom d’une femme :

Doctoresse Champendal, à Florissant,

Michée Chauderon, à Aïre

Emilia Cuchet-Albaret, à Cologny,

Emilie Gourd, dans la Vieille-Ville,

Madame de Staël, aux Délices,

Isabelle Eberhardt, à Chêne-Bourg,

Comtesse Eldegarde, à Satygny,

Emma Kammacher, à Meyrin.

 

C’est pour rendre attentif nos autorités à cette déficience, que je vous invite, le samedi 12 septembre à 16 :00, sur la Place des Volontaires (BFM) pour participer au baptême d’une nouvelle rue…

Elle portera le nom de Griselidis REAL .

 

05:36 Écrit par Charly Schwarz dans Amis - Amies, Général, Genève, Histoire, Lettres, Médias, Solidarité, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : élection, candidat, élections, grand conseil, genève | |  Facebook

30/08/2009

Aînés et campagne électorale

femmes agées.jpg

En périodes électorales on voit naitre une pléthore de « solutions » pour améliorer les conditions de vie des aînés.

Mais la réalité des aînés est souvent niée, particulièrement celle de la femme âgée, seule et désespérément pauvre. Une réalité qui isole et qui n'est pas assez dénoncée.

Tous ces beaux projets « électoraux » devront toutefois se faire avec la collaboration des aînés, qui devront avoir leur mot à dire.

Pour que cette participation active se concrétise, il faut que la société ménage des conditions pour accueillir les personnes âgées afin qu'elles prennent leur place, pas toute la place, mais au moins celle qui leur revient.

Pour cela, il faudra toutefois augmenter la contribution de l'État, soutenir les associations et favoriser le développement des entreprises d'économie sociale et solidaire.

 

28/08/2009

Faire de notre troisième âge un véritable âge d'or ?

vieux.jpg

Pour l'instant, on en est loin. Il y a trop de souffrance, trop d'angoisse, trop de solitude…

Lorsqu'on prend sa retraite, à 65 ans, il reste encore une vingtaine d'années à vivre.

Il faut que ce soit une vie remplie, une vie utile. C'est une autre étape de la vie et il faut la meubler, la préparer et je pense qu'il faut que la société accepte la contribution de ces gens-là, qu'elle soit bénévole ou même rémunérée.

Malheureusement, le sort de nos aînés se joue dans la plus grande indifférence…

Je désire partage avec vous une seule phrase, mais lourde de sens:

«Monsieur, vous savez, quand je parle, personne ne m'écoute, quand je passe, personne ne me regarde. Je suis invisible. C'est ça, vieillir à Genève.»

 

07:16 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique, Solidarité, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : élection, candidat, élections, grand conseil, genève | |  Facebook

25/08/2009

Comment laisser une place à l’autre-différent

handicap.jpg

Reconnaître les personnes en situation de handicap comme des citoyens dont la dignité doit respectée, nous en sommes tous convaincus,  mais comment passer, les uns et les autres de la parole aux actes ?

La problématique, aujourd’hui, peut être posée dans les termes suivants :

Comment laisser une place à l’autre-différent  pour que sa dignité retrouve une position :

- hors de l’assistance généralisée et de la surprotection paternaliste ;

- hors d’une volonté d’intégration à tout prix qui dénie les différences ;

- hors d’une exclusion pure et simple d’un monde où la compétition est reine ?

Répondre à cette question incombe d’abord, j’en ai la conviction, aux  personnes en situation de handicap elles-mêmes que ces différentes logiques d’assistance, d’intégration, d’exclusion privent d’une prise de parole, en raison des représentations projetées sur elles.

Mais la mise en œuvre d’une réponse est complexe, je vous l’accorde.

 

07:04 Écrit par Charly Schwarz dans Economie, Formation, Général, Genève, Politique, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : élection, candidat, élections, grand conseil, genève | |  Facebook

22/08/2009

Merci, Monsieur Merz !

merz.jpg

Nous n’avions pas besoin de demander pardon, mais il est nécessaire de savoir dire merci.

Merci pour nos deux ressortissants et leurs familles, merci pour avoir mis fin à une pantalonnade, merci d'avoir réussi où d'autres ont échoués.

Dire merci, c’est une marque de grandeur, c’est reconnaître les autres.

Si nos ministres sont, parfois, découragés et démotivés, peut-être est-ce parce que nous ne leur avons jamais exprimé notre gratitude pour ce qu’ils font ?

Le courage de dire merci transforme non seulement la personne qui profite de ce jugement, mais aussi le milieu, le monde, et ceux et celles qui nous entourent.

La gratitude est créative. Ceux et celles qui sont liés par la gratitude trouvent constamment en eux de nouvelles forces.

Plus quelqu’un est reconnaissant et plus il s’enrichit. Les gens reconnaissants rassemblent dans leurs souvenirs toutes les belles expériences du passé, comme le dit le proverbe :

« le cœur retient ce que la mémoire oublie ».

07:55 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Monde, Politique, Solidarité, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

19/08/2009

Les enjeux de notre sécurité

personnes agées.jpg

La sécurité à laquelle nous aspirons est influencée par de nombreux facteurs d’une société en pleine évolution.

Le profil démographique connait deux profonds changements ; la croissance de la population et le vieillissement général.

Cette progression du nombre de personnes âgées dont la vulnérabilité, les inquiétudes et les attentes spécifiques en termes de proximité et de réactivités doivent être satisfaites.

Il faut savoir que plus des ¾ de la population vivront, à terme, dans des zones urbaines, les forces de sécurité devraient en tenir compte.

D’une autre part, une partie de la population est confrontée à de véritables difficultés : chômage, pauvreté.

Plus globalement, l’individualisme et le recul des valeurs structurantes contribuent à une altération du respect.

Les individus, en mal de repères, ont du mal à différenciés le licite de l’interdit.

La libre circulation des personnes et des biens, mais surtout la gestion des flux migratoires nécessite une solidarité et une entente entre les états.

Finalement, l’évolution du contexte géostratégique a fait émerger de nouvelles menaces dont l’intensité peut miner la crédibilité des états.

 

08:26 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Monde, Politique, Science, Solidarité, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : élection, candidat, élections, grand conseil, genève | |  Facebook

09/08/2009

L'esprit de la loi sur l’Assurance Invalidité (AI) bafoué dans la pratique

AI.jpg

En vigueur depuis 1960, la loi sur l'assurance-invalidité (AI) poursuit 3 objectifs, clairs et précis, ils préconisent d'abord de prévenir, réduire ou éliminer l'invalidité grâce à des mesures de réadaptation appropriées.

Ensuite, de compenser les effets économiques permanents de l'invalidité en couvrant les besoins vitaux.

Enfin, d'aider les assurés à mener une vie autonome.

On le voit, le principe «la réinsertion prime la rente» figure depuis le début dans la loi originelle.

Et les récentes révisions 4ème et 5ème ainsi que la 6ème en préparation insistent très fortement sur cet aspect.

Mais, j’exprime quelques doutes…

A la lecture des deniers chiffres disponibles, les rentes représentent près de 60% des dépenses, plus 6% pour les frais administratifs, il reste moins de 35% pour aider les assurés à mener une vie autonome.

Difficile dans ces conditions de mettre en place des mesures de réadaptation appropriées et d’assurer l’adaptation des places de travail, la mobilité nécessaire, afin de favoriser le maintien ou le retour en emploi personnes assurées.

De plus des maladies considérées comme invalidantes ne le sont plus et des nouvelles sont apparues.

Qui aujourd’hui en a une vision globale de cette assurance sociale ?

 

13:41 Écrit par Charly Schwarz dans Economie, Général, Genève, Politique, Solidarité, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : élection, élections, grand conseil, genève | |  Facebook

01/08/2009

Participation vs Intégration

participation vs intégration.jpg

Il est difficile de comprendre les raisons de l’inefficacité des moyens engagés par l’Etat dans la lutte contre l’exclusion.

Aujourd’hui, un individu se sent d’autant plus justifié à demander réparation que sa difficulté provient d’une cause sociale clairement distincte de sa bonne ou mauvaise volonté individuelle, et qu’un nombre plus grand d’individus se trouve concerné par cette cause, même si les institutions ne le reconnaissent souvent pas.

Sommés de s’engager à être autonomes, ces derniers perdent progressivement leur confiance dans l’Etat et ses représentants.


Je propose le remplacement de bureau de l’intégration par celui de la participation.

09:23 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Monde, Politique, Solidarité, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

31/07/2009

Une culture de l’assistanat

assistance publique.jpg

Aujourd’hui, la bonne volonté des individus qui recourent à la solidarité collective est souvent remise en cause. La société considère majoritairement les assistés comme des profiteurs.

Or, on explique de plus en plus souvent les comportements des acteurs sociaux par la théorie du « choix rationnel » ; en conséquence on stigmatise les populations dépendantes de l’action publique qui ne respecteraient pas le « pacte social » et choisiraient le loisir au détriment du travail.

Est-ce le développement d’une culture de l’assistanat qui nous aurait fait oublier les devoirs qui sont la contrepartie des droits que la société accorde à tout individu ?

 

07:35 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (16) | |  Facebook

29/07/2009

Maintenant, un autre monde est possible

autre monde.jpg

Pour passer d’une époque de changement à un changement d’époque, il est indispensable que se produise une réaction de la société.

Nous ne pouvons plus rester impassibles, spectateurs et simple témoins de ce qu’il se passe…

Nous devons participer, activement, pour que les gouvernements soient authentiquement démocratiques, qu’ils activent la volonté de la majorité des citoyens, écoutent et respectent toutes les opinions.

La crise et le leadership d’Obama sont une opportunité pour changer de paradigme, pour concevoir que les valeurs de liberté, d’égalité et de solidarité supplantent celles du « culte du marché ».

« Nous avons la capacité de réaliser le monde dont nous rêvons, si nous avons la volonté de prendre un nouveau départ ».

Barack H. Obama. Le Caire, 4 juin 2009.

 

17/06/2009

Création de richesse = travail + capital !

microcrédits.jpg

La pratique habituelle (prêter en fonction des garanties réelles et donc de la richesse acquise au lieu de miser sur la richesse future) a pour effet de renforcer la concentration des biens plutôt que d’améliorer l’allocation des ressources dans l’économie.

Elle freine le développement local, ancré dans la réalité et fondé sur les capacités entrepreneuriales des habitants.

L’originalité du concept du microcrédit est de marier les dimensions, sociale et financière, considérées comme antagonistes.

Cela n’est possible qu’en se projetant dans l’avenir. Contrairement à toute autre forme de crédit, le microcrédit se fonde sur la confiance et les capacités des emprunteurs de créer de la richesse.

Mais il est difficile lorsqu’on a pris l’habitude de lier les décisions de prêt aux résultats comptables et aux garanties réelles.

Le microcrédit est populaire mais reste méconnu.

Souvent réservé à des populations précarisées, le microcrédit attire aujourd’hui de nouveaux publics ; des jeunes frappés par la crise, des cadres démotivés par un métier qui ne les satisfait plus ou encore des quadras aux velléités créatrices enfouies qui décident de s’écouter enfin et qui aspirent avant tout à l’autonomie professionnelle et financière.

Le microcrédit a une vraie modernité parce qu’il n’a pas qu’une fin utilitaire, il est un instrument pour réaliser une passion, valoriser ses compétences, et concrétiser des idées novatrices et originales.

La crise (précarisation du travail, chômage) démontre que d’autres voies sont nécessaires pour échapper à la solidarité publique.

Nous allons vers des petites unités économiques de service, mais le manque d’accès au crédit pénalise les petites entreprises et plus particulièrement les entreprises en démarrage.

Le microcrédit est un outil indispensable pour développer une activité professionnelle en l’absence de moyens… A condition d’être épaulé.

L’accompagnement est l’enjeu principal du microcrédit !

 

(extrait de ma conférence donnée mercredi 17 juin dans le cadre du Festival de la Terre à Lausanne)

11:50 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Développement durable, Economie, Formation, Général, Genève, Politique, Solidarité, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

13/06/2009

La finance islamique, un chemin vers la sortie de crise ?

Banque islamique.jpg

Alors que des offres d’investissement socialement responsable (ISR) émergent… Je suis convaincu que des liens sont à développer entre l’ISR et la finance islamique.

L'ISR et la finance islamique présentent plusieurs points communs. Prenant leur source dans les religions, ils font appel à des paramètres extra-financiers et sont considérés par les places financières comme des axes de développement attractifs.

Si ces "finances" se rejoignent par une finalité globale favorable au bien-être social et à un respect par l'homme de son environnement, la finance islamique est un système plus normé qui fournit à la fois des directives financières et extra-financier, lesquelles convergent plutôt avec la finance éthique et de partage.

Il serait opportun de favoriser leur rapprochement, cela permettrait de développer conjointement ces approches qui visent à encourager des pratiques plus éthiques, responsables et transparentes.

Et ainsi retrouver le chemin de la confiance...

07:21 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Economie, Général, Genève, Monde, Politique, Solidarité, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook