06/06/2009

Le Soleil se lève à l’ouest… (3)

images.jpg

Le défi du développement durable peut se résumer ainsi : comment rendre compatible le progrès économique et social avec le maintien des grands équilibres de la planète ?

L’imposante dimension des problèmes à résoudre de même que leur caractère le plus souvent transfrontalier exige une coopération à tous les niveaux.

Indubitablement, la maîtrise de ces grands enjeux mondiaux ne peut être possible sans l’acquisition de savoirs nouveaux.

Les recherches menées dans les différentes disciplines des sciences de la vie, de l’économie, de l’homme et de la société, et de l’ingénierie ont une contribution à apporter à la mise en œuvre d’un développement durable et responsable.

Mais le succès ne sera au rendez-vous que si les chercheurs travaillent dans la pluridisciplinarité et associent, dès la conception, les acteurs de la société civile qui auront à utiliser les résultats.

La Suisse consacre moins de 3% de son PIB à la recherche, tandis que la Suède 3,9%, la Finlande 3,5% et le Japon  3,3%.

Une solution passe par une action politique forte pour favoriser une plus grande participation des budgets R&D au PIB national.

08:29 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Economie, Formation, Général, Genève, Politique, Région, Suisse, Université, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

04/06/2009

Le soleil se lève à l’ouest… (2)

images.jpg

Si les abus du capitalisme furent corrigés, à l’époque de la révolution industrielle, par l’action des syndicats, les abus du libéralisme en période de mondialisation ne peuvent être corrigés que par une meilleure organisation de ceux qui en sont exclus.

L’accès au capital est l’une des voies pour y arriver.

Ouvrir l’accès au crédit à tous les acteurs économiques favorise la réussite personnelle, mais aussi l'égalité des chances et la préservation du capital social.

Dans cette humanisation du libéralisme, le développement du micro crédit peut jouer un rôle important.

17:51 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Culture, Développement durable, Economie, Général, Genève, Monde, Politique, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

27/05/2009

L’abandon de la concordance… aucun effet pour la Suisse !

images.jpg

La culture de la concordance disparaît sous les actions des médias qui personnalisent la politique et par des politiciens qui adaptent leurs messages et leur style à ces nouvelles formes de communications.

Si la concordance disparaît, la Suisse n’en paiera pas le prix fort. Dans une démocratie d'alternance, le débat s’enrichira et deviendra véritablement politique.

Au parlement, les différentes forces en présence ne travaillent plus ensemble. Les institutions politiques, qui dépendent de la concordance ont perdu toute leurs valeurs.

La concordance n’empreint plus notre culture politique : les conflits sont gérés avec de plus de plus d’agressivités et l’adversaire n’est plus considéré comme un représentant légitime. La concordance ne mise plus sur des processus de négociation qui exige la connaissance de toutes les positions.

La concordance ne fait plus partie de l’image que la Suisse s’est construite. La concordance est une compétence que le peuple suisse a acquise et, peu à peu, abandonnée au profit des « politiques ».

La concordance n’est plus l’un des atouts de la Suisse dans la compétition mondiale.

11:33 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

25/05/2009

Salaires de nos parlementaires…

images.jpg

La session  d’été débute…

En cette période de remise en question des rétributions de nos dirigeant et face à la demande présentent de parlementaires pour les diligenter, il reste difficile de connaitre celles de nos parlementaires…

Ce qui n’est pas le cas des principaux pays européens :

 

 CHF

France

Allemagne

Espagne

Gr-Bretagne

Salaire de base :

8'065

11'168

4'757

8'996

Frais :

8’882

5'755

2'773

3'462

Secrétariat :

13’695

22'387

*

13'061

Total :

30’642

39'310

7'530

25'519

*Pris en charge directement par le parlement

A quand une transparence des revenus de nos parlementaires ?

13:06 Écrit par Charly Schwarz dans Economie, Général, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

23/05/2009

Bénévoles, la pénurie menacerait-elle ?

images.jpg 

La particularité de la vie associative est de faire appel à des bénévoles, que ce soit pour organiser et mettre en œuvre ses activités mais aussi pour l'administrer.

La Suisse compterait près d’un million de bénévoles, accomplissant en moyenne 14 heures par mois, un chiffre en stagnation alors que le nombre d'associations ne fait lui que croître.

La pénurie menacerait-elle ?

Beaucoup de structures peinent à trouver chaussures à leur pied. Dénicher un président, un trésorier, relève de l'exploit. Le manque est en effet particulièrement criant lorsque l'on recherche des bénévoles disponibles au moins quatre heures chaque semaine...

Reste que la désaffection relative pour l'engagement associatif, qui s’inscrirait dans un contexte de mobilisation "zapping", n'est pas seulement le fait des bénévoles.

Les associations se font aussi plus exigeantes. Elles cherchent des compétences. Mais ces exigences en hausses sont-elles accompagnées de mesures concrètes pour satisfaire le besoin d'engagement des bénévoles ?

L'investissement désintéressé est aussi une ressource qui se manage.

Mais rendre le bénévolat attractif c'est surtout associer étroitement les bénévoles au projet de l'association et cela reste, encore plus que le recrutement, la première difficulté des responsables associatifs.

 

06:55 Écrit par Charly Schwarz dans Associations, Général, Genève, Politique, Solidarité, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

20/05/2009

Drôle de canton ! Drôle de système…

images.jpg 

Quel autre canton, quel autre système favorise autant l’implémentation de prédateurs criminels sur son territoire que Genève ?

En utilisant le terme de prédateur, je me repose sur une définition ; un organisme vivant qui capture des proies vivantes pour s'en nourrir ou pour alimenter sa progéniture. Il n’existe pas de meilleures définitions pour définir les criminels qui arpentent nos rues et plus particulièrement celles des Pâquis et des Eaux-Vives.

Toutefois il faut relever qu’on ne peut pas leurs reprocher de chercher pitances dans un environnement aussi laxiste que celui imposé, en son temps, par un chimiste zurichois.

Comment imposer « des jours amandes » à des prédateurs sans existences légales ? Impossible ! Cette mesure a fait aussi son temps.

Nous ne devons plus favoriser ce tourisme criminel sur notre territoire, et imposer à ces prédateurs des mesures de rétentions, pour le moins aussi contraignantes que pour tout autre citoyen ayant commis un délit.

Pourquoi emprisonner un citoyen pour un excès de vitesse et laisser agir impunément ces prédateurs ?

Un centre rétentions destiné à ces criminels est un besoin…

Urgent !

 

11:46 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook

12/05/2009

Plus de participation contre l’échec de la politique d’intégration

images.jpg

On peut mesurer la réussite ou l'échec d'une politique d'intégration à la valeur économique et au degré de sécurité qu'elle génère.

Une politique d'intégration axée sur la gestion des emplois ne permettra pas de répondre aux défis du futur. Les problèmes linguistiques à l'école, l'isolement des parents et la formation déficiente des jeunes le démontrent clairement.

Une intégration active doit  être considérée comme un investissement permettant de valoriser le potentiel de la population migrante.

Hors,depuis l’entrée en vigueur de la LEtr au 1er janvier 2008 (basée sur un processus de réciprocité auquel les étrangers doivent participer) nous devons malheureusement constater que l’esprit de cette loi est un échec.

Les migrants réclament une politique de participation sociale… Ils manifestent la volonté de participer à la vie économique , d'acquérir une formation, de respecter l'ordre juridique et d’apprendre notre une langue.

A nous de leurs donner les moyens et la motivation de contribuer au développement de notre pays.

Aujourd’hui, nous devons veiller à une meilleure participation des migrants dans tous les rouages de notre société.

13:15 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Economie, Formation, Genève, Monde, Politique, Solidarité, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

05/05/2009

Le silence tue…

images.jpg

Le silence est souvent associé à différentes qualités, la modestie, le respect des autres, la prudence, le savoir-vivre.

Et en raison de règles de bienséance profondément enracinées, les gens se taisent pour éviter les ennuis, les conflits et d’autres dangers perçus. Les vertus sociales du silence sont renforcées par nos instincts de survie …

Mais le silence est extrêmement coûteux, avec des conséquences qui peuvent aller de malentendus jusqu’aux troubles neurologiques.

Le silence reste le principal frein aux changements…

Rompre cette spirale du silence est la promesse d’une nouvelle démocratie sociale !

22:05 Écrit par Charly Schwarz dans Economie, Général, Genève, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

29/04/2009

Décidément, nous sommes dans une République oxymore

images.jpg

Forgés artificiellement pour paralyser les oppositions potentielles, les oxymorons font fusionner deux réalités contradictoires et ceux qui nous gouvernent pratiquent cette politique à florès.

Les oxymorons déstabilisent les réflexes d’incrédulité ou de scepticisme et produisent un effet de surprise, ils favorisent la destruction des esprits, deviennent des facteurs de pathologie et des outils de mensonge.

Plus l’on produit d’oxymorons et plus les gens sont désorientés et inaptes à penser.

Utilisés à doses massives, ils rendent fou.

Nos concitoyens alémaniques appellent cela ; une Genferei !

16:50 Écrit par Charly Schwarz dans Genève, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

27/04/2009

Quatre Genevois sur dix souffrent du bruit. Contre le bruit, chacun a un rôle à jouer !

images.jpg

Le 29 avril 2009 aura lieu la cinquième édition de la journée internationale contre le bruit.

Cette manifestation, organisée en Suisse sous l'égide de l'Office fédéral de l'environnement, est l'occasion de prendre conscience des méfaits des nuisances sonores qui touchent une grande partie de la population, notamment dans les zones urbaines.

 En effet, un sondage réalisé à Genève révèle que 4 habitants sur 10 ont souffert du bruit en 2008.

Pourtant, chacun peut agir pour réduire ces atteintes en appliquant des gestes du quotidien ou simplement en prenant conscience de ses propres impacts.

Lire la suite

11:06 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Loisirs, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Pour une éthique économique réaliste

images.jpg

Une éthique économique réaliste se concentre sur la recherche de conditions normatives et objectives qui soient moins injustes que les conditions existantes.

Deux prémisses sont liées au caractère réaliste de l’éthique économique tel que je l’envisage :

1) Le plein respect des contraintes économiques objectives. Il est Indispensable de retenir que ce qui n’est pas conforme au réel ne saurait rendre justice à l’humain.

2) La distinction nette entre les contraintes économiques qui découlent de nécessités objectives et celles qui se fondent sur des structures établies par l’homme ; ces derrières sont par conséquent susceptibles d’être modifiées.

Les contraintes de ce type exigent de l’éthique économique l’affirmation claire que ce qui ne rend pas justice à l’humain n’est jamais réellement conforme au réel.

08:51 Écrit par Charly Schwarz dans Economie, Général, Genève, Monde, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

20/04/2009

Libre-échange et démocratie sont-ils incompatibles ?

images.jpgOn doit admettre que tout le monde est plus ou moins protectionniste et plus ou moins libre-échangiste et que les positions peuvent varier en fonction des besoins et des priorités économiques et politiques du moment.

Mais, ne confondons pas un processus de développement (la mondialisation), une philosophie (le libéralisme) et des politiques économiques (libre-échangisme, protectionnisme).

Loin d’abolir le rôle des états, la mondialisation leur redonne au contraire tout leur sens : seule la puissance publique peut réguler la mondialisation en fixant des normes, en redistribuant les richesses, en aménageant le territoire.

Tentations du protectionnisme, fermeture des frontières, mise en œuvre de législations contraignantes, la mondialisation s’accompagne paradoxalement du grand retour des états. Le libre-échange est contesté dès lors qu’il compromet certaines questions jugées essentielles, comme l’emploi, la sécurité, la santé ou l’accès à l’énergie.

 

Loin d’abolir l’espace, la mondialisation redonne au contraire toute leur force aux singularités locales.

L’incertitude face aux mutations du monde, la rapidité des changements suscitent en réaction une réaffirmation des identités locales, une réactivation des communautés d’appartenance : recherche de socles identitaires, montée des communautarismes, la mondialisation fragmente paradoxalement le monde.

Le libre-échange intégral et la démocratie sont incompatibles, tout simplement parce que la majorité des gens ne veut pas du libre-échange.

Le seul pays à avoir inscrit dans sa Constitution le libre-échange a été les États américains sudistes, esclavagistes.

Le Nord, industriel et démocratique, derrière Lincoln, était protectionniste. Normal, puisque le protectionnisme définit une communauté solidaire et relativement égalitaire, alors que le libre-échange suppose des ploutocrates et une plèbe.

16:35 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Economie, Général, Monde, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

19/04/2009

de la performance publique…

ges.jpgLe premier devoir de performance publique est celui d’équité.

Les impératifs d’efficience économique des organisations publiques tendent à faire oublier ce point important.

Depuis prêt de 20 ans, la prédilection donnée au management et aux managers a contribué à laisser de côté la gestion de l’équité. Elle devient alors uniquement un produit de consensus tacite, administrée par application de la règle, du droit, et la standardisation.

On demande aujourd’hui à la sphère publique d’être performante, de savoir gérer les hommes et les finances, de comprendre les lois du marché, etc.

Mais qu’en est-il de sa mission sociale première ?

20:37 Écrit par Charly Schwarz dans Economie, Général, Genève, Politique, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

18/04/2009

Les insatisfaits de la démocratie

images.jpgPar le passé nos démocraties ont été confrontées aux déferlements de passions et menacées par l’intensité des luttes entre défenseurs d’un certain ordre et des mouvements révolutionnaires.

Ces événements pèsent encore lourdement sur notre vie politique.

Ainsi l’on pourrait penser que la décrue des passions politiques a pour effet de consolider notre démocratie…

Mais cette évolution à aussi son revers; l’affaiblissement de la croyance dans les vertus du régime démocratique. La traduction de cette tendance au désenchantement est la croissance régulière de la non-participation.

Et cet état est susceptible d’affaiblir les bases même de notre système politique.

Pour preuve, les eurobaromètres qui démontrent que le nombre d’insatisfait de la démocratie dépasse régulièrement les 50 %, depuis plus de 15 ans. L’abstentionnisme n’est pas seulement en rapport avec le sentiment d’incompétence politique, mais l’absentéisme tend à croitre avec l’élévation du niveau général d’éducation.

Les systèmes de valeur ont évolué vers l’autonomie de l’individu, il en résulte un déclin des grandes organisations hiérarchiques comme les partis et les syndicats, sans oublier les églises.

08:48 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Monde, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

14/04/2009

Du lever au coucher, nous sommes tous soumis à un traçage

images.jpgD’abord un traçage dans l’espace à travers le développement des systèmes de biométrie, de vidéosurveillance ou de géo-localisation (téléphones mobiles). Ensuite un traçage dans le temps que permettent les moteurs de recherche ou les réseaux sociaux sur internet.

Le premier met en cause la liberté d’aller et venir

Le second met en cause la liberté de pensée et d’expression…par exemple des déclarations exhumées dans des moteurs de recherche qui vous obligent de justifier à 40 ans ce que vous avez dit à 20.

Il faudrait aussi mieux réglementer la vidéosurveillance et que son régime juridique soit clarifié au plus vite.

Le préambule de notre nouvelle Constitution devrait garantir la protection des données personnelles à un moment où se généralisent les systèmes de traçage informatique des individus.

Y inscrire un nouveau droit constitutionnel : le droit à " l'autodétermination informationnelle ", c'est-à-dire le droit pour chaque individu de décider lui-même de la communication et de l'emploi des informations le concernant.

18:03 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique, Suisse, Techno | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

12/04/2009

de l’éthique sur l’étiquette ; la consom'action

etique.jpgDe plus en plus de consommateurs demandent de "l’éthique sur l’étiquette". En réponse à cette pression, distributeurs et marques se disent préoccupés par la qualité sociale, environnementale et étique des produits qu’ils commercialisent.

Mais qu’en est-il réellement ?

Lire la suite

11:57 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Culture, Développement durable, Economie, Formation, Général, Genève, Politique, Solidarité, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

11/04/2009

Une société suisse espionnait Greenpeace

espionnage.jpgLe Canard Enchaîné avait mentionné l'existence d'un contrat visant à faire espionner en 2006 le porte-parole de l'association « Sortir du nucléaire », Stéphane Lhomme, via une société basée à Lausanne, Securewyse.

EDF a annoncé, vendredi 10 avril, qu'elle avait relevé de leurs fonctions deux hauts responsables de la sécurité du groupe, Pascal Durieux (ancien membre des forces spéciales, puis de la DGSE de 1989 à 1999) et Pierre François (numéro deux de la sécurité d'EDF), à titre "provisoire" et par "mesure de précaution" dans le cadre de l'enquête judiciaire pour espionnage présumé de l'association écologiste Greenpeace.

Après Protectas et Nestlé… Une nouvelle affaire d'espionnage qui met en causse la Suisse...

 

10:28 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Economie, France, Général, Monde, Politique, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

30/03/2009

Alliance CFF/SNCF pour une 3ème voie moins dépensière

Pourquoi ne pas revaloriser la voie de chemin de fer du pied du Jura ?

 

Il existe au pied du Jura entre Bellegarde et Divonne presque toutes les installations pour réaliser, dans le cadre d’un projet d’agglomération, une ligne ferroviaire afin de décharger le « trafic passager » en transit par la gare de Cornavin.

 

Cette revalorisation mise en relation avec le CEVA et l’extension de la ligne de tram entre le CERN et St-Genis permettrait de faciliter l’accès à cette grande de zone de développement comprise entre Balexert et les contreforts du Jura.

 

Cette réalisation facilitera l’accès à l’ouest de Genève aux personnes en provenance de l’Ain et de « Terre Sainte » sans transiter par le centre de Genève ou à défaut d’utiliser leurs véhicules privés.

 

Il suffit d’électrifier la ligne et de réaliser le petit tronçon de rail entre Divonne et Nyon,

 

Et si un éclair illumine nos autorités…

09:23 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Economie, France, Genève, Politique, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

04/03/2009

Trouvez plus qu'un travail

 

Avec plus de 25’000 salariés, soit environ10% des emplois à Genève, l'économie sociale et solidaire représente un poids important dans le tissu économique et social.

Malgré l'hétérogénéité des questions relatives aux ressources humaines de ce secteur, on peut relever un certain nombre de points communs: accentuation de la professionnalisation, nécessité d'attirer les meilleurs profils (savoir être et savoir faire), mais surtout la nécessité de répondre aux besoins de recrutement de ces prochaines années (croissance de certains secteurs ou remplacements liés à la pyramide des âges).

Face à cette situation, l'économie sociale et solidaire bénéficie d'un atout majeur. En alliant professionnalisme et fondements éthiques, elle répond à l'aspiration d'un grand nombre de salariés :

 

concilier activité professionnelle et sens.

 

Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si un nombre important des jeunes diplômés envisagent d'intégrer une entreprise de l'économie sociale. Phénomène assez bien illustré par l'ensemble des grandes écoles qui proposent aujourd'hui des formations spécialisées.

Le paradoxe actuel se situe dans le manque de visibilité du secteur, la prudence des structures de l'économie sociale et solidaire pour aller à la rencontre de ces candidats, et le manque de connaissance des candidats des attentes des entreprises.

Aujourd’hui, il est impératif de combler une partie de ce déficit d'image, de valoriser les métiers et faciliter les recrutements en attirant les compétences au sein des organisations de l’économie sociale et solidaire.

 

14:05 Écrit par Charly Schwarz dans Associations, Développement durable, Economie, Formation, Genève, Politique, Suisse, Université | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

03/03/2009

Le chômage c’est d’abord un problème de flux

Ce n’est pas le nombre qui importe, mais le temps. Rester au chômage pendant trois ou six mois entre deux jobs, ce n’est pas la même expérience qu’une année sans emploi.

Le chômage-tampon est un phénomène presque inéducable. Mais le chômage de longue durée est une calamité. Le travail se désapprend. Après un an ; on décroche, on s’enfonce, on est largué, on ne connait plus les nouveaux outils, on oublie la sociabilité des pauses cigarettes ou cafés, on se délite à petit feu.

On peut cependant considérablement limiter le chômage de longue durée. Pas uniquement en recourant au traitement social, par de contrats sous payés et tardifs (il faut être chômeur de longue durée pour bénéficier des emplois aidés).

En revanche, il excite une mesure préventive jamais testée, pas chère, efficace et simple : le « job rotation ».

C‘est une invention du Danemark. Le «job rotation» consiste à remplacer par un chômeur un salarié qui prend un congé d’un an. L’idée, c’est que le congé doit servir à entamer une formation qualifiante. Dans le meilleur des cas, le salarié revient en prenant du galon et le chômeur, recruté pour le remplacer, conserve le job.

Dans ce système, tout le monde est gagnant ; le salarié en formation, le chômeur, l’entreprise qui n’a pas de rupture de charges, et l’état qui, au lieu d’indemniser un chômeur, finance la formation.

Les Danois ont inventé ce modèle en 1996.

En ce début de récession avouée, je suis frappé par l’absence complète d’imagination des plans. On nous ressort toujours le même traitement social du chômage.

Expérimenter le « job rotation » serait un vrai progrès social.

12:29 Écrit par Charly Schwarz dans Economie, Formation, Genève, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook