03/03/2009

Le chômage c’est d’abord un problème de flux

Ce n’est pas le nombre qui importe, mais le temps. Rester au chômage pendant trois ou six mois entre deux jobs, ce n’est pas la même expérience qu’une année sans emploi.

Le chômage-tampon est un phénomène presque inéducable. Mais le chômage de longue durée est une calamité. Le travail se désapprend. Après un an ; on décroche, on s’enfonce, on est largué, on ne connait plus les nouveaux outils, on oublie la sociabilité des pauses cigarettes ou cafés, on se délite à petit feu.

On peut cependant considérablement limiter le chômage de longue durée. Pas uniquement en recourant au traitement social, par de contrats sous payés et tardifs (il faut être chômeur de longue durée pour bénéficier des emplois aidés).

En revanche, il excite une mesure préventive jamais testée, pas chère, efficace et simple : le « job rotation ».

C‘est une invention du Danemark. Le «job rotation» consiste à remplacer par un chômeur un salarié qui prend un congé d’un an. L’idée, c’est que le congé doit servir à entamer une formation qualifiante. Dans le meilleur des cas, le salarié revient en prenant du galon et le chômeur, recruté pour le remplacer, conserve le job.

Dans ce système, tout le monde est gagnant ; le salarié en formation, le chômeur, l’entreprise qui n’a pas de rupture de charges, et l’état qui, au lieu d’indemniser un chômeur, finance la formation.

Les Danois ont inventé ce modèle en 1996.

En ce début de récession avouée, je suis frappé par l’absence complète d’imagination des plans. On nous ressort toujours le même traitement social du chômage.

Expérimenter le « job rotation » serait un vrai progrès social.

12:29 Écrit par Charly Schwarz dans Economie, Formation, Genève, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

24/02/2009

L’éthique des bénéfices

La vocation d’une entreprise est de réaliser des bénéfices pour pouvoir investir, développer son activité et embaucher des collaborateurs.

A toutes ces contraintes vient s’ajouter la préoccupation éthique de ses bénéfices. L’entreprise ne doit plus se contenter de réaliser des profits ; ceux-ci doivent procéder d’un comportement éthique.

On peut s’interroger sur la pertinence de cette exigence, mais l’actualité économique révèle des faits et des pratiques qui ne peuvent laisser indifférents les plus ardents défenseurs de la liberté d’entreprendre.

Cette question est à l’évidence suffisamment troublante pour exiger l’intervention du législateur afin de réglementer la pratique des «golden parachutes » et donner une place de choix au commerce équitable.

19:34 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Développement durable, Economie, Général, Genève, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook

18/02/2009

PIB, IHD, ISS, ISP, IPV... Quel indicateur pour notre bien-être ?

Pendant combien de temps encore utiliserons-nous le PIB comme indicateur de notre bien-être ?

Aujourd’hui, la croissance économique ne peut pas être le seul objectif poursuivi par notre société.
Le PIB  et le bien-être économique ne se recoupent pas, d’ailleurs le PIB n’est qu’un indicateur parmi d’autres.

Lire la suite

07:26 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Economie, Genève, Monde, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

29/01/2009

Éthique et vie professionnelle

« Nous ne pouvons pas nous soustraire à nos responsabilités,  nous devons maintenant reconstruire le monde, en y intégrant l’éthique » déclare Klaus Schwab, Président du WEF lors de la conférence d’ouverture du World Economic Forum de Davos.

Lire la suite

09:33 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Economie, Général, Genève, Monde, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

13/01/2009

Libre-échange et démocratie

On doit admettre que tout le monde est plus ou moins protectionniste et plus ou moins libre-échangiste et que les positions peuvent varier en fonction des besoins et des priorités économiques et politiques du moment.  

Mais, ne confondons pas un processus de développement (la mondialisation), une philosophie (le libéralisme) et des politiques économiques (libre-échangisme, protectionnisme).

Lire la suite

17:18 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique, Solidarité, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

12/01/2009

Le droit de se dédire

Aucun traité n’est signé pour l’éternité, et un des principes de base en démocratie est qu’une génération ne peut asservir celles qui la suivent. Il est donc toujours possible de revoter sur un texte.

C’est d’ailleurs tout aussi vrai quand le vote initial a été positif, ce que certains ignorent.

Mais imposer le principe d’un nouveau vote à quelques mois de distance uniquement parce que le résultat du premier scrutin était défavorable revient à nier la « citoyenneté » de ceux qui se sont exprimés.

09:22 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

07/01/2009

La démocratie doit rester l’avenir

Les liens qui semblent associer la démocratie politique à l’économie de marché seront-ils profondément inséparables ?

Le cadre dans lequel fonctionnent les institutions, l’état, demeurera-t-il intact face aux défis de l’internationalisation du monde ?

L’intensification des échanges culturels et des brassages démographique, la nécessaire cohabitation des valeurs et des croyances n’alimenteront-ils pas les crispations identitaires ainsi qu’une érosion des repères ?

La démocratie doit rester l’avenir de la « société de demain », et seule une véritable démocratie participative sera apte à relever ces défis.

09:05 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

04/01/2009

Népotisme et démocratie

Quel parent n’a-t-il pas rêvé de confier la continuation de son entreprise/son œuvre à son enfant ?

Ce qui est évident pour un boulanger, un menuisier ou une avocate est un abus de pouvoir au sein d’une entreprise publique ou assimilée.

Cet abus d'influence et d'autorité, le népotisme, génère des injustices en écartant "ceux qui ne sont pas de la famille" peut s'apparenter à des pratiques mafieuses.

Historiquement, le népotisme est une forme de favoritisme qui régnait au Vatican, (Urbain VIII éleva trois de ses neveux au rang de cardinal), consistant pour le pape à attribuer des titres à ses neveux, d'où l'origine du mot.

Aujourd’hui, le népotisme désigne une pratique qui, pour un responsable, consiste à distribuer un emploi à un membre de sa famille, plutôt qu'a une personne plus compétente.

Si au niveau mondial les exemples ne manquent pas (fils Bush, épouse Ceauşescu, fils El-Assad, frère Castro, compagne Wolfowitz, fils Sarkozy ou fille Kennedy) qu’en est-il chez nous ?

08:47 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Monde, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

17/12/2008

Les medias pratiquent-ils le développement durable?

Il ne se passe pas un jour sans que les medias traitent des enjeux liés au réchauffement climatique, et évoquent les responsabilités sociales et environnementales des entreprises.

 

Mais qu’en est-il des entreprises de presse elles-mêmes ?

Lire la suite

22:13 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Général, Genève, Médias, Suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

14/12/2008

La concordance abandonnée… aucun effet pour la Suisse !

Au parlement, les différentes forces en présence ne travaillent plus ensemble. Les institutions politiques, qui dépendent de la concordance ont perdu toute leur valeur.

La concordance n’empreint plus notre culture politique : les conflits sont gérés avec de plus de plus d’agressivités et l’adversaire n’est plus considéré comme un représentant légitime. La concordance ne mise plus sur des processus de négociation qui exige la connaissance de toutes les positions La concordance ne fait plus partie de l’image que la Suisse s’est construite.

La concordance est une compétence que le peuple suisse a acquise et, peu à peu, abandonnée au profit des « politiques ».

La concordance n’est plus l’un des plus importants atouts de la Suisse dans la compétition mondiale.

La culture de la concordance disparaît sous les actions des médias qui personnalisent la politique et par des politiciens qui adaptent leur message et leur style à ces nouvelles formes de communications.

Si la concordance disparaît, la Suisse n’en paiera pas le prix fort. Dans une démocratie d'alternance, le débat s’enrichira et deviendra véritablement politique.

13:27 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

12/12/2008

Encore beaucoup trop de familles pauvres en Suisse !

 

En 2006, plus de 275'000 personnes, soit plus de 100'000 familles, vivaient sous le seuil de pauvreté.

 

 

Le seuil de pauvreté découle des directives de la Conférence suisse des institutions d’action sociale (CSIAS).

 

Pour un ménage d’une personne, le seuil de pauvreté s’établit à 2’200.– et pour un couple avec deux enfants, à 4’300.–.

 

Un ménage est pauvre si, après déduction des cotisations sociales et des impôts, son revenu est inférieur au seuil de pauvreté.

 

 

La pauvreté en Suisse est devenue un phénomène qui frappe avant tout les familles et les enfants.

 

Selon la taille du ménage, de 20 à 30% des enfants vivant dans une famille monoparentale bénéficient d’une aide sociale.

 

Et c’est surtout parmi les familles monoparentales que la part des bénéficiaires de l’aide sociale est élevée (18%).

 

 

 

 

Rapport sur les familles 2004 http://www.bsv.admin.ch/shop/00005/00012/index.html?lang=fr

 

10:25 Écrit par Charly Schwarz dans Economie, Général, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

11/12/2008

Statistiques OFS : Le degré de satisfaction de la population suisse est élevé... pas sur !

Cette constatation ne s'applique toutefois pas uniformément à tous les groupes de la population. Les personnes peu satisfaites se rencontrent surtout dans les groupes qui cumulent des désavantages matériels et d'autres facteurs ayant des effets négatifs sur les conditions de vie (chômeurs, familles monoparentales, personnes vivant seules, population étrangère).

Le degré de satisfaction dans la vie est nettement supérieur à la moyenne chez les couples de retraités, mais il n’est que légèrement au-dessus de la moyenne chez les retraités vivant seuls.


© 2008 Office fédéral de la statistique, Neuchâtel 

09:45 Écrit par Charly Schwarz dans Economie, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

28/10/2008

plafonnement ET transparence

Il est intéressant de voir comment les partis de gauche stigmatisent les partis bourgeois sur leurs modes de financement.

 

Mais les dirigeants de la gauche parlementaires oublient, un peu vite, que les banques et les entreprises, vivant de mandats publics, financent aussi le parti socialiste et les autres groupes présents aux Chambres nationales.

 

Et que dire des ex-parlementaires de gauche qui siègent dans divers conseils d’administrations !

 

A lire mon billet du 23 octobre (parlement de milice ou professionnel) http://geneve.blog.tdg.ch/archive/2008/10/23/de-milice-ou...

 

 

Toutefois limiter les dépenses serait une solution démocratique, mais il faut définir les montants.

 

Dans mon billet du 17 septembre, je propose une limite pour l’élection au Grand Conseil genevois.

 

http://geneve.blog.tdg.ch/archive/2008/09/17/depenses-ele...

 

 

Au niveau national, je propose, sur la même base, de définir un montant annuel par élu afin de définir les budgets de fonctionnement des groupes politiques.

 

07:30 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

24/10/2008

L’affaire Projet 26 (P-26)

En 1990, une cascade de scandales fait éclater l'affaire de la P-26 (Projet 26) qui marquera durablement les esprits.

Dans la suite de l'affaire des fiches révélée par la commission d'enquête parlementaire sur le Département fédéral de Justice et Police (DFJP), une enquête est également lancée sur le fonctionnement du Département militaire fédéral(DMF), sous la pression de certains journalistes et d'une partie de l'opinion publique.

La presse révèle en février 1990 l'existence de la P-26, une «armée secrète» dont seuls quelques membres de l'administration fédérale connaissaient l'existence.

 

Les membres de cette P-26 se recrutent aussi bien dans l'industrie, la finance, l'enseignement que dans l'armée.

Certains d'entre-eux sont entraînés au maniement des armes et aux techniques de subversions. Les conditions d'activation de la P-26 sont un des sujets qui choque particulièrement.

 

En effet, on peut lire dans un rapport de 1982 du chef de l'Etat-major général de l'armée à usage confidentiel ce passage :

«Un bouleversement politique intérieur par chantage, subversion et/ou autres activités comparables, constitue apparemment une possibilité d'engagement. Dans ce cas également, l'objectif est une occupation de toute la Suisse.»

 

Pour en savoir plus :

http://mediaplayer.archives.tsr.ch/politique-p26/0.ask

06:53 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Histoire, Médias, Politique, Résistance, Suisse | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

11/08/2008

PIB, IHD, ISS, ISP, IPV...Quel indicateur pour notre bien-être ?

Pendant combien de temps encore utiliserons-nous le PIB comme indicateur de notre bien-être ?

Aujourd’hui, la croissance économique ne peut pas être le seul objectif poursuivi par notre société.


Le PIB  et le bien-être ne se recoupent pas, d’ailleurs le PIB n’est qu’un indicateur parmi d’autres.

 

Depuis 1990, nous possédons plusieurs indicateurs :

 

IDH (indice de développement humain), il s’agit de la moyenne de 3 indices qui mesurent l’espérance de vie à la naissance, le niveau d’instruction et le PIB par habitant.

 

ISS (indicateur de santé sociale), 16 variables affectées à des classes d’âge constituent le corps de cet indice. Parmi ces variables figurent notamment la mortalité infantile, la chômage, la pauvreté des plus de 65 ans, les accidents de la route…

 

ISP (indice de sécurité personnelle), il prend en considération trois types de sécurité ; économique, santé et physique. Il cerne une série de variables objectives (taux de chômage, accidents du travail, violence physique) qui sont pondérées par des données subjectives.

 

IPV (indicateur de progrès véritable), part de la consommation marchande des ménages, à laquelle on ajoute la valorisation des certaines activités (travail domestique, loisirs…) et des dépenses publiques non défensives et de laquelle on ôte la valorisation des dépenses défensives et des dommages écologiques.

 

Le projet de société consistant à produire, consommer, travailler mieux et tous, et à reconnaitre l’importance du temps consacré aux proches et au débat démocratique, n’est-il pas le meilleur indicateur de bien-être ?

10:50 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Economie, Genève, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

17/07/2008

Où est-on le plus heureux dans le monde ?

Pas forcément dans les pays les plus riches...

De nombreux chercheurs se sont penchés sur la question, et leurs conclusions sont... inattendues.

 

Adrian White, universitaire anglais, qui a établit une carte mondiale du bonheur d'après cinq critères : santé, richesse, éducation, identité nationale et beauté des paysages.

Le classement:

 

1 Danemark, 2 Suisse, 3 Autriche, 4 Islande, 5 Bahamas, 6 Finlande, 7 Suède, 8 Bhoutan, 9 Brunei, 10 Canada.

 

Et une étude menée par Ronald Inglehart, chercheur à l'Université du Michigan, analyse des sondages effectués dans sur 82 pays.

Il en a tiré un indice mélangeant le bonheur (personnes se déclarant heureuses) et la satisfaction (personnes se déclarant satisfaites de la vie qu'elles ont).

 

L'argent fait-il le bonheur ? Pas forcément… ci-dessous le classement :

 

1 Porto-Rico, 2 Mexique, 3 Danemark, 4 Irlande, 5 Islande, 6 Suisse, 7 Colombie, 8 Pays-Bas, 9 Canada, 10  Autriche.

 

D’une étude à l’autre, nous perdons 4 rangs !

 

Pour en savoir plus:

http://www.worldvaluessurvey.org/

 

18:35 Écrit par Charly Schwarz dans Economie, Général, Genève, Monde, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook