19/12/2013

Genève, ils ont aimé, ils ont détesté. Ils ont écrit…

 

Il y a cinq continents, et puis il y a Genève.  

(Talleyrand)

 

Genève, cette caverne d'honnêtes gens.

(Stendhal)

 

Genève, cette ville où l'on sait trop bien l'anglais.

(Napoléon)

 

N'est-il pas glorieux, pour une petite ville de vingt-six mille habitants, de forcer les voyageurs à consacrer trois pages à la description de son caractère ?

(Stendhal)

 

A Genève... les fortunes les plus modestes, les patrimoines les plus considérables, ne se distinguaient pas à la manière d'accueillir et d'entretenir la bonne compagnie...

Des objets d'art d'un goût exquis et d'un grand prix, rapportés d'Italie, beaucoup de livres, et de bons livres, des tableaux et surtout des paysages de maîtres modernes, formaient une décoration noble, sans faste et utile, à ces appartements où personne ne cherchait à éblouir, où pour briller, même de la façon la plus modeste, on ne comptait que sur le savoir, l'usage et l'esprit.

(A. de Circout)

 

Considérez qu'il y a une grande différence entre nos artisans et ceux des autres pays. Un horloger de Genève est un homme à présenter partout; un horloger de Paris n'est bon qu'à parler de montres.

(Jean-Jacques Rousseau)

 

Il me semble que ce qui doit d'abord frapper tout étranger entrant dans Genève, c'est l'air de vie et d'activité qu'il y doit régner. Tout s'occupe, tout est en mouvement, tout s'empresse à son travail et à ses affaires. Je ne crois pas que nulle autre ville au monde offre un pareil spectacle. (Jean-Jacques Rousseau)

 

Il faut savoir entrer dans les villes. Lorsqu'un fleuve navigable les traverse, ou lorsqu'un lac baigne leurs murs, prenez la voie du lac ou du fleuve. La nativité de Genève n'est point du rocher mais des eaux... Arriver à Genève par le lac, c'est se trouver en face d'un tableau classique.

(Gonzague de Reynold

 

Il n'y a pas à Genève un horloger qui n'ait de l'esprit. (Voltaire)


On voit briller la cité genevoise, noble cité, riche fière et sournoise.On y calcule et jamais on n'y rit. L'art de Barrême est le seul qui fleurit. (Voltaire)

 

On voit sur le grand portail la figure du soleil qui était le dieu de Genève du temps du paganisme... la ville ayant pris, depuis plusieurs siècles, une devise dont le corps est le soleil, et la légende ces paroles « Post tenebras lux », c'est-à-dire « Après les ténèbres la lumière ».

(Abraham Ruchat)

 

Par la fenêtre ouverte, emplie d'un bleu qui devient peu à peu nocturne, je vois un lé de lac, qui reflète un pont, des quais, et jusque passé minuit les enseignes multicolores, les phares, les perles électriques délimitent le lac.

(Colette).

 

Les Genevois sont les premiers « hommes à argent » du continent; ils ont dans ce métier la première des vertus, celle de manger chaque jour moins qu'ils ne gagnent... Quand il est riche de bonne heure, le Genevois achète une maison de campagne, et il préfère non pas celle qui est mieux bâtie et où l'on peut donner des dîners, comme le ferait un Parisien, mais celle qui a de beaux arbres « qui font songer (Stendhal)

 

Vous voyez un Genevois se jeter par la fenêtre, jetez-vous après sans balancer : il y a dix pour cent à gagner.

(Duc de Choiseu)

 

Genève est, après Naples, une des villes les plus heureusement situées du monde : paresseusement couchée comme elle l'est, appuyant sa tête à la base du mont Salève, étendant jusqu'au lac ses pieds que chaque flot vient baiser, elle semble n'avoir autre chose à faire que de regarder avec amour les mille villas semées aux flancs des montagnes neigeuses qui s'étendent à sa droite, ou couronnent le sommet des collines vertes qui se prolongent à sa gauche... Et cependant cette odalisque nonchalante, cette sultane paresseuse en apparence, c'est la reine de l'industrie, c'est la commerçante Genève, qui compte quatre-vingt-cinq millionnaires parmi ses vingt mille enfants.

(Alexandre Dumas)

 

Parmi toutes les capitales de la Suisse, Genève représente l'aristocratie d'argent : c'est la ville du luxe, des chaînes d'or, des montres, des voitures et des chevaux. Ses trois mille ouvriers alimentent l'Europe entière de bijoux.

(Alexandre Dumas)

 

Genève est une ville admirablement située où il y a beaucoup de jolies femmes, quelques hautes intelligences et force marmots ravissants jouant sous les arbres au bord du lac. Avec cela on peut lui pardonner son petit gouvernement inepte, ridicule et tracassier, sa chétive et grotesque inquisition de passeports...

(Victor Hugo)

 

Rousseau est à pied comme il convient à un philosophe. Il suit des yeux le cours du Rhône, qui sort du lac, si beau, si clair, si rapide déjà, et si bleu, que l'empereur Alexandre y retrouvait un souvenir de la Neva, bleue aussi comme la mer !

(Gérard de Nerval)

 

On imagine toujours les villes d'après le produit qui les rend célèbres ; ainsi Bruxelles est un grand carré de choux... et Genève une montre avec quatre trous en rubis.

(Théophile Gautier)

 

A Genève, les coiffures sans y penser tournent au chapeau de quaker : on sent qu'il doit y avoir un grand nombre de bibles dans la ville, et peu de tableaux.

(Théophile Gautier)

 

Genève, qui ne se donne pas aux êtres, tolère à peine que les êtres se donnent à elle. Il faut l'aimer sans le lui dire, de peur qu'effarouchée, elle ne s'irrite et ne repousse.

Sa crainte extrême d'être enchaînée par l'amour qu'elle donnerait, lui donne la frayeur encore d'être captive de l'amour qu'on lui porte.

(Marie-Anne Cochet)

 

A Genève, on est tellement dominé par la raison qu'on en arrive à penser le plus sérieusement du monde que la passion se peut étayer sur elle.

(Marie-Anne Cochet)

 

C'est à Genève, toute petite et faible dans le monde sanglant et la Suisse silencieuse, d'indiquer aux nations égarées le chemin de la vie libre.

(Marie-Anne Cochet)

 

Le renom de Genève, la place qu'elle occupe dans l'histoire, sa fonction de grand carrefour européen, sa présence constante dans la vie internationale font qu'on lui prête inconsciemment une importance physique qu'elle ne possède pas.

(Pierre Gascar)

 

Calvin établit à Genève l'inquisition la plus terrible sous le nom de « consistoire ».

(Stendhal)

 

Ces maisons (de la rue des Granges) sont tout simplement les mieux situées d'Europe.

(Stendhal)

 

Il y a un rocher pelé exactement vis-à-vis (de la Treille) et à une lieue de distance que je voudrais faire sauter; ce vilain rocher s'appelle la montagne de Salève.

(Stendhal)

 

Rien n'est au dessus d'une belle Genevoise de dix-huit ans.

(Stendha)

 

Sans Rousseau Genève ne serait pas plus célèbre que Hambourg ou Amsterdam; ce serait une ville à argent, et voilà tout.

(Stendhal)

 

Les Genevois inondent toutes les provinces méridionales du royaume de leurs méchantes montres.

(Julien Le Roy)

 

Genève, une ville anglaise sur le continent... où l'on pense, où l'on sent en anglais; où l'on parle cependant, où l'on écrit en français. (Sismondi)

 

Ces maisons (qui donnent sur la promenade de la Treille) sont tout simplement les mieux situées de l'Europe. Je ne vois à les comparer que l'hôtel Rainville à Altona. D'un côté, elles sont dans une belle ville, et, de l'autre, elles ont immédiatement sous leurs fenêtres la promenade la plus brillante de cette ville : promenade qui est élevée de trente pieds sur la plaine, et dont les arbres en ont bien soixante.

(Stendhal)

 

Cette ville est une horreur ! Une vraie Cayenne ! Vents et ouragans des journées entières, et les jours ordinaires, trois ou quatre brusques changements de temps

(Dostoïevski)

11:05 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Genève, Histoire, Humour, Lettres, Spiritualités, Voyages | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

01/12/2013

Le sexe desFleurs

« Connu pour ses reportages photos dans la tourmente socio-politiques des années 80. Charly Schwarz revient avec une exposition tout en couleurs et humour sur le sexe des fleurs. Durant 2 ans, il a parcouru les jardins d’ici et d’ailleurs pour découvrir l’intimité cachée et souvent ignorée des fleurs qui nous entourent. Travail original pour le retour de ce photographe. »

Exposition du 5 au 31 décembre 2013, Krisal 25 rue du Pont-Neuf, 1227 Carouge.

1.jpg2.jpg3.jpg4.jpg5.jpg6.jpg7.jpg8.jpg9.jpg10.jpg11.jpg12.jpg13.jpg14.jpgExpo (48).jpg

08:20 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Humour, Nature | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

17/08/2013

Genève ; ils ont aimé, ils ont détesté. Ils ont écrit

 

Il y a cinq continents, et puis il y a Genève.  

(Talleyrand)

 

Genève, cette caverne d'honnêtes gens.

(Stendhal)

 

Genève, cette ville où l'on sait trop bien l'anglais.

(Napoléon)

 

N'est-il pas glorieux, pour une petite ville de vingt-six mille habitants, de forcer les voyageurs à consacrer trois pages à la description de son caractère ?

(Stendhal)

 

A Genève... les fortunes les plus modestes, les patrimoines les plus considérables, ne se distinguaient pas à la manière d'accueillir et d'entretenir la bonne compagnie...

Des objets d'art d'un goût exquis et d'un grand prix, rapportés d'Italie, beaucoup de livres, et de bons livres, des tableaux et surtout des paysages de maîtres modernes, formaient une décoration noble, sans faste et utile, à ces appartements où personne ne cherchait à éblouir, où pour briller, même de la façon la plus modeste, on ne comptait que sur le savoir, l'usage et l'esprit.

(A. de Circout)

 

Considérez qu'il y a une grande différence entre nos artisans et ceux des autres pays. Un horloger de Genève est un homme à présenter partout; un horloger de Paris n'est bon qu'à parler de montres.

(Jean-Jacques Rousseau)

 

Il me semble que ce qui doit d'abord frapper tout étranger entrant dans Genève, c'est l'air de vie et d'activité qu'il y doit régner. Tout s'occupe, tout est en mouvement, tout s'empresse à son travail et à ses affaires. Je ne crois pas que nulle autre ville au monde offre un pareil spectacle. (Jean-Jacques Rousseau)

 

Il faut savoir entrer dans les villes. Lorsqu'un fleuve navigable les traverse, ou lorsqu'un lac baigne leurs murs, prenez la voie du lac ou du fleuve. La nativité de Genève n'est point du rocher mais des eaux... Arriver à Genève par le lac, c'est se trouver en face d'un tableau classique.

(Gonzague de Reynold

Il n'y a pas à Genève un horloger qui n'ait de l'esprit. (Voltaire)

On voit briller la cité genevoise, noble cité, riche fière et sournoise.  On y calcule et jamais on n'y rit. L'art de Barrême est le seul qui fleurit. (Voltaire)

On voit sur le grand portail la figure du soleil qui était le dieu de Genève du temps du paganisme... la ville ayant pris, depuis plusieurs siècles, une devise dont le corps est le soleil, et la légende ces paroles « Post tenebras lux », c'est-à-dire « Après les ténèbres la lumière ».

(Abraham Ruchat)

 

Par la fenêtre ouverte, emplie d'un bleu qui devient peu à peu nocturne, je vois un lé de lac, qui reflète un pont, des quais, et jusque passé minuit les enseignes multicolores, les phares, les perles électriques délimitent le lac.

(Colette).

Les Genevois sont les premiers « hommes à argent » du continent; ils ont dans ce métier la première des vertus, celle de manger chaque jour moins qu'ils ne gagnent... Quand il est riche de bonne heure, le Genevois achète une maison de campagne, et il préfère non pas celle qui est mieux bâtie et où l'on peut donner des dîners, comme le ferait un Parisien, mais celle qui a de beaux arbres « qui font songer (Stendhal)

Vous voyez un Genevois se jeter par la fenêtre, jetez-vous après sans balancer : il y a dix pour cent à gagner.

(Duc d e Choiseu)

Genève est, après Naples, une des villes les plus heureusement situées du monde : paresseusement couchée comme elle l'est, appuyant sa tête à la base du mont Salève, étendant jusqu'au lac ses pieds que chaque flot vient baiser, elle semble n'avoir autre chose à faire que de regarder avec amour les mille villas semées aux flancs des montagnes neigeuses qui s'étendent à sa droite, ou couronnent le sommet des collines vertes qui se prolongent à sa gauche... Et cependant cette odalisque nonchalante, cette sultane paresseuse en apparence, c'est la reine de l'industrie, c'est la commerçante Genève, qui compte quatre-vingt-cinq millionnaires parmi ses vingt mille enfants.

(Alexandre Dumas)

Parmi toutes les capitales de la Suisse, Genève représente l'aristocratie d'argent : c'est la ville du luxe, des chaînes d'or, des montres, des voitures et des chevaux. Ses trois mille ouvriers alimentent l'Europe entière de bijoux.

(Alexandre Dumas)

 

Genève est une ville admirablement située où il y a beaucoup de jolies femmes, quelques hautes intelligences et force marmots ravissants jouant sous les arbres au bord du lac. Avec cela on peut lui pardonner son petit gouvernement inepte, ridicule et tracassier, sa chétive et grotesque inquisition de passeports...

(Victor Hugo)

 

Rousseau est à pied comme il convient à un philosophe. Il suit des yeux le cours du Rhône, qui sort du lac, si beau, si clair, si rapide déjà, et si bleu, que l'empereur Alexandre y retrouvait un souvenir de la Neva, bleue aussi comme la mer !

(Gérard de Nerval)

 

On imagine toujours les villes d'après le produit qui les rend célèbres ; ainsi

Bruxelles est un grand carré de choux... et Genève une montre avec quatre trous en rubis.

(Théophile Gautier)

 

A Genève, les coiffures sans y penser tournent au chapeau de quaker : on sent qu'il doit y avoir un grand nombre de bibles dans la ville, et peu de tableaux.

(Théophile Gautier)

 

Genève, qui ne se donne pas aux êtres, tolère à peine que les êtres se donnent à elle. Il faut l'aimer sans le lui dire, de peur qu'effarouchée, elle ne s'irrite et ne repousse.

Sa crainte extrême d'être enchaînée par l'amour qu'elle donnerait, lui donne la frayeur encore d'être captive de l'amour qu'on lui porte.

(Marie-Anne Cochet)

 

A Genève, on est tellement dominé par la raison qu'on en arrive à penser le plus sérieusement du monde que la passion se peut étayer sur elle.

(Marie-Anne Cochet)

 

C'est à Genève, toute petite et faible dans le monde sanglant et la Suisse silencieuse, d'indiquer aux nations égarées le chemin de la vie libre.

(Marie-Anne Cochet)

 

Le renom de Genève, la place qu'elle occupe dans l'histoire, sa fonction de grand carrefour européen, sa présence constante dans la vie internationale font qu'on lui prête inconsciemment une importance physique qu'elle ne possède pas.

(Pierre Gascar)


Calvin établit à Genève l'inquisition la plus terrible sous le nom de « consistoire ».

(Stendhal)

 

Ces maisons (de la rue des Granges) sont tout simplement les mieux situées d'Europe.

(Stendhal)

 

Il y a un rocher pelé exactement vis-à-vis (de la Treille) et à une lieue de distance que je voudrais faire sauter; ce vilain rocher s'appelle la montagne de Salève.

(Stendhal)

 

Rien n'est au dessus d'une belle Genevoise de dix-huit ans.

(Stendha)

 

Sans Rousseau Genève ne serait pas plus célèbre que Hambourg ou Amsterdam; ce serait une ville à argent, et voilà tout.

(Stendhal)

 

Les Genevois inondent toutes les provinces méridionales du royaume de leurs méchantes montres.

(Julien Le Roy)

 

Genève, une ville anglaise sur le continent... où l'on pense, où l'on sent en anglais; où l'on parle cependant, où l'on écrit en français. (Sismondi)

 

Ces maisons (qui donnent sur la promenade de la Treille) sont tout simplement les mieux situées de l'Europe. Je ne vois à les comparer que l'hôtel Rainville à Altona. D'un côté, elles sont dans une belle ville, et, de l'autre, elles ont immédiatement sous leurs fenêtres la promenade la plus brillante de cette ville : promenade qui est élevée de trente pieds sur la plaine, et dont les arbres en ont bien soixante.

(Stendhal)

 

Cette ville est une horreur ! Une vraie Cayenne ! Vents et ouragans des journées entières, et les jours ordinaires, trois ou quatre brusques changements de temps

(Dostoïevski)

10:00 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Histoire, Humour, Lettres, Spiritualités, Voyages | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

09/07/2013

Etre cycliste à Genève…une véritable gageure !

 

Depuis que j’ai abandonné l’usage du scooter au profit du vélo, je vis une véritable galère…

1) Les automobilistes changent de direction sans le signaler, pourtant il est simple de tendre le bras. Non ? De plus, ils s’arrêtent au feu, ce qui m’oblige à « mettre pied à terre », à respirer leurs gaz !

2) Les TPG installent partout des gouttières « anti-cyclistes » ; voyez dans les rues basses, les Acacias, sur la rue du Stand et celle de Carouge !

Et cerise sur le gâteau !

3) Les trottoirs sont encombrés de piétons, égoïstes, incapables de faire un peu de place. La nuit, ils y circulent sans brassard clignotant !

Vraiment, cycliste à Genève ce n’est pas une sinécure…

 

15:36 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Humour | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

08/06/2012

Moi Conseiller d’Etat…

 

Moi Conseiller d'Etat, je ferais de la Politique... avec un grand P.

Moi Conseiller d'Etat, je veillerais à ce que les lois, toutes les lois soient appliquées et respectées.

Moi Conseiller d'Etat, j'exigerais et m'assurerais que les serviteurs de l'Etat se préoccupent de l'intérêt collectif avant la défense d'intérêts corporatistes ou partisans.

Moi Conseiller d'Etat, j'assurerais à chaque habitant les conditions de pouvoir vivre en sécurité, c'est d'ailleurs l'un des premiers rôles de l'Etat.

Moi Conseiller d'Etat, je faciliterais la création, culturelle et entrepreneuriale.

Moi Conseiller d'Etat, je donnerais envie aux habitants et citoyens de s'engager (auprès des anciens, des jeunes, en politique, etc.)

 

09:30 Écrit par Charly Schwarz dans Fiction, Général, Genève, Humour, Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

26/02/2012

Juste pour le Plaisir...

La parole n'a pas été donnée à l'homme, il l'a prise. (Louis Aragon)

Démocratie, ça veut dire gouvernement par la discussion, mais ça n’est efficace que si vous pouvez couper la parole aux gens. (Clement Attlee)


La parole est plus tranchante qu'un sabre affûté. (Hakim Meysar)
On a besoin de ses mains pour dire les choses que la parole ne traduit pas. (Anne Hébert)
Je parle. Il le faut bien. L’action met les ardeurs en oeuvre. Mais c’est la parole qui les suscite. (Charles de Gaulle)
La parole dépasse en action l'acte lui-même.
Joyeux Dimanche...

09:01 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Humour, Lettres, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

15/01/2012

Après la perte de son triple A, la France a obtenu confirmation de son label AAAAA

Ne constituant ni un label de qualité officiel ni une indication géographique protégée au sens de la réglementation française ou européenne, le diplôme 5 A est l'une des distinctions dont on se targue,  il constitue un élément économique important.

Ce label est revendiqué par les artisans et les industriels qui l'ont obtenu et en font volontiers un argument commercial.
Le 5 A avait également salué, dans le passé, des initiatives valorisant régularité et originalité, mais elle ne décerne actuellement pas de diplôme.

16:29 Écrit par Charly Schwarz dans France, Général, Humour | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

02/11/2010

Problèmes causés par la déforestation...

clip_image001.jpg

07:37 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Humour, Nature | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

19/10/2010

Dis, papa...c’est quoi les « cleantech » !

clennetch.jpg

Les cleantech correspondent à un mode de gestion respectueux des ressources qui s’inscrit par là même dans la durée. Elles regroupent les technologies, les processus de fabrication et les services qui contribuent à protéger et à préserver les ressources et les systèmes naturels.

 

Tous les maillons de la chaîne de création de valeur sont concernés, du domaine recherche et développement aux exportations en passant par la production de biens d’investissement.

 

Les cleantech portent notamment sur les domaines suivants :

 

·        Energies renouvelables, efficacité énergétique, stockage de l’énergie.

·        Matériaux renouvelables, utilisation efficace des ressources et des matériaux (gestion des déchets et recyclage compris).

·        Gestion durable de l’eau.

·        Mobilité durable.

·        Gestion durable de l’agriculture et de l’exploitation forestière.

·        Biotechnologie blanche, verte et jaune.

La biotechnologie blanche englobe les applications dans les domaines de la pharmacie, des bioplastiques et des biocarburants ; la biotechnologie verte, les applications dans les domaines de l’agriculture et de la production de denrées alimentaires (processus de fermentation, culture et génétique) ; la biotechnologie jaune, les applications dans le domaine environnemental (décontamination des sols).

·        Technique environnementale au sens strict du terme (y compris technique de mesure, assainissement des sites contaminés, technique des filtres, etc.)

 

Les cleantech ne sont pas une branche au sens traditionnel, mais possèdent un caractère transversal.

11:10 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Genève, Humour, Médias, Monde, Nature, Politique, Science, Suisse, Techno | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

28/05/2010

Mon projet pour la nouvelle Constitution genevoise…(536 caractères)

Art. 1 La République et Canton de Genève est membre de la Confédération Suisse.

Art. 2 Le français est la langue officielle de la République et Canton de Genève.

Art.3 La République et Canton de Genève adopte la Constitution fédérale de la Confédération Suisse (http://www.admin.ch/ch/f/as/1999/2556.pdf)

Art.4  En complément à Art.3 la République et Canton de Genève adopte la Déclaration universelle des droits de l’Homme (http://www.un.org/fr/documents/udhr/).

Art. 5 Les modifications de la Constitution genevoise sont adoptées par la peuple de Genève.

Art. 6 La présente Constitution est soumise au vote du peuple de Genève.

 

 

16:10 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Humour, Monde, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook

10/04/2010

Cycliste à Genève…une véritable galère !

Depuis que j’ai abandonné l’usage du scooter au profit du vélo, je vis une véritable galère…

 

vélo à genève.jpg

 

Lire la suite

11:46 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Fiction, Général, Genève, Humour, Résistance | Lien permanent | Commentaires (18) | |  Facebook

01/04/2010

« Impeachment » de la co-co-co-co Présidence de la Constituante. Est-ce le poisson d’avril du 7-8 de Pascal Décaillet ?

poisson d'avril.jpg Forme de responsabilité pénale des autorités politiques, l'impeachment est né en Grande-Bretagne au 17ème siècle ; c'est ainsi qu'en 1689, deux proches conseillers du roi sont exécutés à l'issue de la procédure d'impeachment amorcée par la mise en accusation devant le Parlement, la chambre des Communes et celle des Lords.

Durant tout le 18ème siècle, la seule responsabilité qu'encourent les ministres est une responsabilité pénale mise en œuvre suivant cette procédure. C'est là le seul moyen dont disposent les Chambres, moyen très limité dans la mesure où une responsabilité pénale étant forcément individuelle, toute responsabilité solidaire et collective du Cabinet est exclue.

Progressivement supplantée par la responsabilité politique en Grande-Bretagne, l'institution de l'impeachment a été exportée aux États-Unis, régime présidentiel sans responsabilité politique du pouvoir exécutif devant le Congrès, où elle conserve, dans une faible mesure, sa signification première.

Extrait de l’Encyclopédie Universalis

Genève un monde pour vous.jpg

08:23 Écrit par Charly Schwarz dans Genève, Humour, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

06/02/2010

L’humour, véritable ligne de partage entre la gauche et la droite !

tout droit.jpg

Merci les blogs, grâce à une lecture attentive et suivie, je me rends compte que la ligne de fracture idéologique entre la gauche et la droite est de plus en plus mouvante.

Mais qu’il existe une véritable différence…c’est la capacité de rire de soi-même, d’avoir cette capacité de dérision exprimée par l’envie de faire les choses sérieusement sans se prendre trop au sérieux.

Et là, quelle est ma surprise de constater que l’humour et l’ironie est une véritable « marque de fabrique » de la droite genevoise.

Comparez l’humour de Charles Beer avec celui de Pierre-François Unger, ou celui d’Isabel Rochat avec celui de Michèle Kunzler.

Y a pas photo !

 

09:19 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Humour, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

06/11/2009

Ah ! Si j’étais Conseiller d’Etat

fantôme.jpg

Je ferais de la Politique… avec un grand P.

Je veillerais à ce que les lois, toutes les lois soient appliquées et respectées.

J’exigerais et m’assurerais que les serviteurs de l’Etat se préoccupent de l’intérêt collectif avant la défense d’intérêts corporatistes ou partisans.

J’assurerais à chaque habitant les conditions de pouvoir vivre en sécurité (physique, sanitaire, alimentaire), c’est d’ailleurs l’un des premiers rôles de l’Etat.

Je faciliterais la création, culturelle et entrepreneuriale.

Je donnerais envie aux habitants et citoyens de s’engager (dans leurs communautés, auprès des anciens, des jeunes, en politique, etc.)

 

Comment ?

En concertation avec les membres du « Shadow Gouvernement », afin de créer les conditions d’appartenance à une communauté, celle de Genève.

08:51 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Humour, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

26/08/2009

Genève ; la « guerre » des bancs publics

bancs publics.jpg

HALLUCINANT !!!

Les bancs verts sont à Manuel Tornare, tandis que les bancs bruns sont à Rémy Pagani.

Et je ne vous parle pas de la « guerre » entre le canton et la ville au sujet des déchets !

 

11:25 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Humour, Images, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : élection, candidat, élections, grand conseil, genève | |  Facebook

11/03/2009

S’amuser sans consommer

Bon sang, mais c’est possible ! On peut aussi jouer avec rien

Les publicités ont failli nous le faire oublier.

Faire des tours de magie, construire des cabanes ; jouer aux pirates, à la marelle…

Ou s’Inventer des défis, jouer avec les mots, faire des collages avec des vieux journaux … Tout ça est 100 % gratuit.

Et la nature est un super parc d’attractions aux possibilités illimitées,  sans aucun contrôleur à l’entrée pour réclamer un ticket.

A découvrir sur « le site le plus consulté dans les terriers » www.lahulotte.fr

Il parle de la nature avec rigueur et humour  

12:50 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Développement durable, Economie, Général, Genève, Humour, Loisirs, Nature, Région | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

19/02/2009

De quoi je me mêle… (4)

Spoky vote et fait voter... Manuel

Spoky.jpg

10:12 Écrit par Charly Schwarz dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

16/01/2009

Règlement de la Constituante… Quelques perles

Article 13 La Présidence

La présidence surveille le secrétariat général

Ne faudrait-il pas consacrer les forces de la Présidence à autre chose qu’un travail de police ?

Le mot supervise ne serait-il pas plus approprié ?

Lire la suite

18:26 Écrit par Charly Schwarz dans Genève, Humour, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

30/09/2008

Connaissez-vous le point d'ironie ?

J'ai découvert ce signe d'interrogation ce week-end et il m'amuse beaucoup. Je ne savais pas qu'il existait des ponctuations inconnues de ce genre !

Le point d'ironie est un signe de ponctuation qui se place à la fin d'une phrase pour indiquer que celle-ci doit être prise au second degré.

 Ce signe a été proposé par le poète français Alcanter de Brahm (alias Marcel Bernhardt) à la fin du XIXe siècle.

Il fut par la suite repris par Hervé Bazin dans son livre Plumons l'oiseau (1966), où l'auteur propose aussi d'autres nouveaux signes de ponctuation.

Ce signe n'a jamais vraiment été utilisé, sauf de manière occasionnelle par Le Canard enchaîné et dans des publications artistiques ou littéraires, et sans doute plus en raison de son originalité que pour sa réelle valeur de symbole typographique.

 

Il a été remis à l'honneur par Agnès b. en 1997 dans son périodique d'art Point d'ironie.

 

A découvrir sur:

 http://www.pointdironie.com/

 

19:53 Écrit par Charly Schwarz dans Humour | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

24/09/2008

Gauche / Droite : l’humour véritable ligne de fracture

Merci les blogs (et pas seulement ceux de la Tribune de Genève), grâce à une lecture attentive et suivie, je me rends compte que la ligne de partage idéologique est de plus en plus mouvante.

 

 

Mais s’il existe une véritable ligne de fracture, une tête de lecture singulière…c’est la capacité de rire de soi-même, d’avoir cette capacité de dérision exprimée par l’envie de faire les choses sérieusement sans se prendre trop au sérieux.

 

 

Et là, quelle est ma surprise de découvrir que l’humour est une véritable « marque de fabrique » de la droite.

 

 

07:19 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Humour, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook