23/01/2013

Sports de neige et respect

 

De plus en plus d'adeptes de sports de neige s'aventurent en dehors des pistes, Cette évolution est toutefois souvent synonyme de menace pour la faune sauvage.

La campagne «Respecter, c’est protéger», vise à sensibiliser les adeptes de sports de neige à adopter un comportement respectueux de la nature.

Elle a pour objectif de sensibiliser les personnes qui exercent des activités sportives hors piste aux besoins des animaux sauvages.

Les quatre règles de «Respecter, c'est protéger»

1.    Respectez les zones de tranquillité et les sites de protection:
les animaux sauvages s'y retirent.

2.    En forêt, restez sur les itinéraires et les sentiers balisés:
ainsi, les animaux sauvages peuvent s'accommoder de votre présence.

3.    Evitez les lisières et les surfaces non enneigées:
les animaux sauvages apprécient tout particulièrement ces endroits.

4.    Tenez votre chien en laisse, en particulier en forêt:
les animaux sauvages fuient en présence de chiens en liberté.

09:43 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Développement durable, France, Genève, Loisirs, Médias, Région, Sports, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

10/06/2011

Qui utilise GeTag ?

getag.jpg

« GeTag est une application permettant de gérer des tags virtuels. Un tag virtuel est une sorte de Post-It numérique consultable et éditable depuis un dispositif mobile. Ces tags peuvent être consultés sur une carte, mais aussi en réalité augmentée, où ils apparaîtront en superposition à la vue de l'utilisateur »

C’est ce qu’indique  Michel Deriaz sur le site du projet.

Mais à ce jour seulement 30 tags ont été posté, et la saison touristique démarre...

Combien de fois le programme a été chargé ?

Combien de visiteurs par jour ?

Sur la page Facebook, le dernier message date du 15 septembre…

 Et dire que ce projet a été financé par de l’argent public, Ville de Genève et Office du Tourisme !!!

 

21:01 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Culture, Général, Genève, Loisirs, Médias, Musique, Sports, Techno, Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

22/08/2010

Affronter une maladie chronique en pouvant faire du sport à l’hôpital serait un bienfait

L’hôpital a un rôle à jouer dans la promotion de la santé des enfants malades. Il doit aussi penser à la perception de la qualité des soins, à la satisfaction des usagers, qui est, on le sait, sous l’influence de facteurs presque inattendus.

On sait que le sport est générateur de bien-être. Il a des effets physiques, mais aussi des effets psychologiques, l’enfant se sent comme un enfant en bonne santé.

Une étude qui a débuté en 2008 permet de démontrer les bienfaits d’une activité physique sur mesure chez les enfants et les adolescents hospitalisés.

L’étude évalue :

Ø la qualité de vie liée à la santé, évaluée par le Child Health Questionnaire (CHQ) le premier et le dernier jour d’hospitalisation (destiné aux parents et enfants, adapté en fonction de l’âge) ;

Ø la satisfaction des soins évaluée par le Patients Judgment of Hospital Quality questionnaire, adressé à la famille 11 à 15 jours après l’hospitalisation.

L’hypothèse fut confirmée : un enfant ou un adolescent qui a pratiqué un sport durant son hospitalisation pouvait mieux surmonter sa maladie. Celui qui s’était occupé (et dont on s’était occupé) se sentait mieux, et il gardait un meilleur souvenir de son hospitalisation.

Cependant l’étude n’est pas close. Il reste encore à déceler si de telles activités physiques adaptées pourraient aussi améliorer le cours de la maladie elle-même.

On parle du sport en prévention des maladies chroniques, pourrait-on un jour l’envisager comme thérapeutique, dans le cas précis de ces enfants hospitalisés ? 

Sources :

Effect of adapted physical activity on health-related quality of life among hospitalized children and adolescents (2010).

10:03 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Formation, Général, Genève, Nature, Politique, Science, Sports, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

16/08/2010

Le sport peut-il être considéré comme une drogue ?

La pratique excessive du sport apparaît comme une récente addiction sans drogue. Comme d'autres comportements addictifs, on peut considérer que l'addiction sportive commence par des excès, par la recherche de sensations de plaisirs et désinhibition à travers la pratique sportive qui va aboutir à l'installation d'un besoin irrépressible et dans certains cas, des signes de sevrage.

La libération de l’endorphine et le bien-être lié à cette libération (phénomène souvent décrit chez les coureurs de fond et les marathoniens), l’augmentation d’une forte estime de soi (prise de conscience de ses capacités physiques et d’endurance, le constat des modifications corporelles qui implique aussi la description d’une composante dysmorphophobique récurrente chez les body-builders), l’apparition ou le développement d’une véritable compulsion n’étant pas cité en dernier.

Il est souvent constaté que beaucoup de pratiquants addictés aux sports, ont souvent abandonné une addiction considérée comme négative (pour la plupart une forte dépendance tabagique, l’alcool ou la consommation des drogues).

Ainsi, on voit des postcures qui centrent leurs projets thérapeutiques sur la pratique sportive.

16:39 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Médias, Science, Sports, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

30/06/2010

Un autre G-8...

Hier c’est terminé la formation d’un autre G-8.

Rassemblés en Afrique du Sud, 32 nations du football ont désigné huit finalistes qui dessinent une carte des pays émergents où seul l’Allemagne fait partie du G-8 originel.

Ce fut une bataille, une lutte sans merci, sans effusion de sang, mais remplie du lexique guerrier : défense, attaque, tir, blocus, tactique, stratégie…

Ce G-8 G est composé de deux blocs distincts: l'Amérique latine avec quatre équipes et l’Europe, plus un outsider africain.

Une finale entre l'Europe et l'Amérique latine serait un rêve géopolitique, même si aucun des candidats n’est membre du G-8 des grandes puissances.

11:10 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Monde, Politique, Sports | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

29/06/2010

Existe-t-il une corrélation entre sport et croissance économique ?

L'intérêt des économistes pour les grandes manifestations sportives est un phénomène relativement récent, motivés par les énormes investissements publics qui attirent certains types de manifestations, principalement des Jeux olympiques et la Coupe du monde de football, et les flux économiques qu'ils génèrent.

Quelques indicateurs statistiques révèlent que la France, après l’organisation de la Coupe du Monde de football et le titre conquis en 1998, a connu à une croissance économique de plus de 3% pendant les 3 années suivantes.

Huit ans plus tard, en 2006, l'Italie (championne du monde) est passée d'une croissance de 0,1% à 1,9%.

Etait-ce une coïncidence ou les succès sportifs contribuent à améliorer la santé de l'économie?

Aucune étude ne permet de valider ces interprétations.

Cependant, il est clair que l’organisation d'un événement sportif mondial permet de renouveler et de moderniser l'image d'un pays ou d'améliorer l'estime de soi de ses citoyens, mais ces résultats appartiennent à la vaste gamme d'avantages immatériels.

Pour faciliter l’interprétation des avantages immatériels, Simon Anholt, consultant britannique, a développé le concept de Nation Branding (marque du pays), qui a conduit à son tour à l'index Nation Branding (NBI).

 

10:59 Écrit par Charly Schwarz dans Economie, Général, Genève, Monde, Sports, Suisse | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

07/04/2010

La Politique c’est comme le Rugby, elle rend possible le mariage de la carpe et du lapin.

rugby.jpg La Politique a ce merveilleux don de rendre possible le mariage de la carpe et du lapin. Elle concilie l'inconciliable en permettant l'union des contraires, comme au Rugby autour de ce ballon ovale aux rebonds capricieux (lisez le corps électoral).

Les déménageurs de piano (lisez les militants) y sont autant au service des virtuoses que les artistes ont besoin des gros bras. Il y a dans cette activité la fusion des différences, la complémentarité des oppositions dans le respect des dissemblances, dans l'harmonie des similitudes.

Dans notre société qui encourage la séparation des tribus, des clans, des groupes ethniques, la Politique, comme le Rugby, se nourrit de la complémentarité des différences. À ce titre, c'est une activité subversive.

Les premières lignes (lisez les «vieux » militants) ont peut-être la surcharge pondérale mais ils ont aussi l'amitié et la solidarité ancrées au plus profond du cœur. Ils sont les pierres angulaires, les fondations de ce mystérieux édifice que constitue un parti Politique ou une équipe de Rugby.

Les secondes lignes (lisez les conseillers municipaux) règnent à la fois dans les airs et au ras du sol. Puissance, force et légèreté, ils doivent marier cette contradiction en formant un couple indissociable sur le pré, eux qui sont souvent si différents dans la vie.

Suivent les plus roublards, les plus féroces parfois, les plus tendres aussi. Ils sont notre trait d'union. Les troisièmes lignes (lisez les députés) sont les rois de l'entre-deux : à mi chemin entre les grognards napoléoniens et la cavalerie légère. Ils sont capables de tout ; sur et en dehors du terrain et se mettent en quatre pour tous les autres.

Au cœur de l'édifice, arrivent maintenant les demis (lisez les conseillers d’état/conseillers administratifs). Ils sont appelés ainsi, parce qu'au centre du poste de commandement. L'un aboie, l'autre adroit, l'un teigneux, l'autre généreux, l'un chef d'une horde redoutable mais obéissante, l'autre commandant des troupes légères mais totalement imprévisibles.

Puis viennent les centres (lisez les conseillers nationaux) qui se trouvent pourtant au milieu de nulle part. Aussi dissemblables l'un de l'autre qu'il est possible. Ils sont un curieux hybride entre la troisième ligne et les arrières. Ils ont nécessairement mauvais caractère, ne sont pas toujours bons compagnons, prêts sans cesse à la moindre facétie au détriment de tous les autres.

Enfin, il y a les inclassables (lisez les conseillers fédéraux). Caractériels et véloces, ombrageux et adroits, filous ou barjots ... Ils ne sont jamais aussi bons que lorsqu'ils sont égoïstes. Ils doivent briller du travail des autres, les obscurs, les besogneux anonymes. Ce sont des aventuriers égocentriques qui se lancent dans des raids insensés sans se soucier du labeur des autres.

Dans un parti Politique, comme dans une équipe de Rugby, chacun, quelque soit son caractère, sa taille, son poids, sa vitesse ou sa force a une fonction, une place à tenir, une raison d'être au service de tous les autres. Les autres ne forment une équipe que s'ils sont capables de se dissoudre dans ce malstrom diabolique.

09:01 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Médias, Politique, Solidarité, Sports, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

10/03/2010

Genève, un monde pour vous

Genève un monde pour vous.jpg

Télécharger ici

07/09/2009

Choisir ses adversaires ?

choisir ses adversaires.jpg

De toutes les compétitions, une élection « à la proportionnelle » est la seule qui permette à chaque candidat de choisir ses futurs adversaires.

22:29 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique, Sports | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : élection, candidat, élections, grand conseil, genève | |  Facebook

16/08/2009

A quoi sert la taxe sur le tourisme ? A rien !

tourisme.jpg

A la lecture de l’édition dominicale du quotidien organe, je suis navré de constaté l’incompétence de l’Office du Tourisme de Genève, bénéficière unique de la taxe sur le tourisme.

C’est le 1er janvier 1994 qu’est entrée en vigueur une nouvelle taxe, à charge des commerçants, pour assurer le développement du tourisme par l´Office du Tourisme de Genève.

Les buts sont :

a) développer un tourisme de qualité correspondant à la demande, mettant en valeur les richesses naturelles et historiques, les événements culturels et sportifs ainsi que les traditions du canton de Genève.

b) stimuler la promotion du tourisme pour Genève,

c) soutenir l’économie par le développement du tourisme.

C’est donc, par un manque d’informations claires, relatives aux précautions à prendre destinées à nos hôtes, que l’Office du Tourisme de Genève met en danger les points b et c.

Pour rappel, certains commerces assurent plus de 50% de leurs chiffres d’affaires pendant la période estivale

Il est temps, avec les produits de la taxe sur le tourisme, de mettre en place une brigade touristique active entre juin et septembre.

 

 

11:29 Écrit par Charly Schwarz dans Commerce, Culture, Economie, Général, Genève, Loisirs, Médias, Monde, Musique, Région, Sports, Voyages | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : élection, candidat, élections, grand conseil, genève | |  Facebook

03/07/2009

Technodoping

technodoping.jpg

Avancées dans les techniques d’entrainement et de suivi biologique, révolution dans la conception des matériaux… De tout temps, le sport et la technologie ont fait bon ménage.

On ne peut rien contre le progrès et ses avancées. On ne peut pas empêcher l’arrivée de la technologie dans le sport !

Si les athlètes veulent aller plus vite, plus loin, plus haut, la technologie sera toujours là.

Cela a souvent permis à certaines disciplines de faire des bonds en avant :


>le cyclisme, par exemple, où l'on cherche chaque année à alléger les vélos. Parfois, le progrès peut faire gagner une course. En 1989, l'Américain Greg LeMond, remporte le Tour de France grâce à un guidon de triathlète Depuis, tout le monde utilise ce guidon.

>en athlétisme, les sprinteurs savent qu'il existe des revêtements plus favorables pour battre des records. De même, le saut à la perche a vu ses records s'améliorer avec les changements de matériaux, le mur des six mètres n'a pas résisté.

Je ne vois pas ce qu’il y a de mauvais à ça. C’est bon pour la popularité des sports et ça attire plus de gens vers le sport.

Et quel est le but du sport ? Etre en meilleure santé !



07:11 Écrit par Charly Schwarz dans France, Général, Genève, Médias, Monde, Sports, Suisse, Techno, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

09/12/2008

Genève a-t-elle peur de réussir ?

Genève souffre d’un mal chronique, non maitrisé; la peur de réussir. $

C’est le sentiment que j’ai, ce matin, en apprenant le renoncement à la candidature aux Jeux Olympiques de 2018.

A méditer :  

« Notre peur la plus profonde n’est pas d’être incapables, Notre peur la plus profonde est d’être puissants au-delà de toute mesure. C’est cette lumière, pas notre ombre, qui nous effraie le plus… » Nelson MANDELA

 

07:23 Écrit par Charly Schwarz dans Genève, Politique, Sports | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

11/04/2008

JO : la licence olympique loin des pratiques responsables

Alors que la flamme olympique parcours les 5 continents… la campagne internationale PlayFair 2008 est lancée.

 

 

Son objectif : faire pression sur l’industrie du sport, le Comité national olympique et les gouvernements pour que soient mieux respectés les droits des travailleurs chinois.

 

 

http://www.playfair2008.org/

 

 

Lancé en 2004 pour les JO d’Athènes, ce mouvement international poursuit le but de sensibiliser l’opinion publique, faire pression sur les marques de sport, parmi lesquelles figurent les sponsors officiels des JO et interpeller, une nouvelle fois, le Comité international olympique (CIO). Lequel reste sourd aux appels répétés des ONG, qui mettent en cause sa responsabilité à travers les contrats de sponsoring et de licences avec les marques représentant un marché de 74 milliards de dollars.

 

 

Beijing 2008 pourrait être en effet « l’olympiade la plus profitable de l’histoire ».  D’après certains rapports, Adidas aurait dépensé 80  à 100 millions de dollars pour obtenir son contrat de sponsoring pour les Jeux olympiques. Le CIO a au total souscrit des contrats avec 11 sponsors internationaux pour une période de quatre ans jusqu’à 2008, pour une valeur de 866 millions de dollars.
En miroir de ce marché considérable, les ONG membres de PlayFair2008 publient les résultats d’une enquête édifiante sur les conditions de travail chez quatre fournisseurs de grandes marques, dont bon nombre sont dotées de codes de conduite, et accrédités pour produire des articles sous la licence olympique. Menés au cours de l’hiver 2006/2007 (époque de fabrication des articles pour les JO), ces audits révèlent une situation bien plus catastrophique que les enquêtes diligentées par les entreprises occidentales elles-mêmes, y compris les plus avancées en la matière

11:48 Écrit par Charly Schwarz dans Associations, Commerce, Développement durable, Economie, Général, Monde, Politique, Sports | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook