08/01/2010

Chômage : les chiffres absolus

chomeur.jpg

En un an de nombre des demandeurs d’emploi est passé de 18'298 à 22'067 (+3'769)

Le nombre des chômeurs de longues durées est de 3'974, soit une augmentation de 1'000 personnes.

La réalité de ces chiffres est basée sur une population actives de 241'364 personnes (total population  457'482).

15:40 Écrit par Charly Schwarz dans Economie, Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : genève, travail, chômage | |  Facebook

30/12/2009

Religion: quel enseignement à l'école ?

Le plus important est de définir le rôle de l’école. Et le premier rôle de l’école est d’instruire et non d’éduquer. Le rôle de l’école n’est pas de développer les aspects relevant des croyances qui sont du domaine de la sphère privée et intime de l’élève, ce rôle est dévolu à la famille.

 

Mais l’enseignement de l’histoire des religions est un domaine de la connaissance et l’enseigner dans les écoles n’a rien, en principe, d’anti-laïc. Cependant, cet enseignement ne doit pas toucher à la morale ou même à l’éthique.

 

En effet, il serait dangereux de relier l’histoire des religions à ces domaines dans son enseignement.

 

Les cours donnés doivent s’en tenir aux faits historiques et ne pas développer les aspects relevant des croyances. Apprendre à distinguer les religions dites primitives ou animistes, les religions orientales, les religions monothéistes issues de la Bible, etc.

 

Etudier et mieux connaître les religions développent également le sens critique et la capacité de comprendre l’autre dans ses différences mais également dans ses similitudes.

 

La connaissance de l’histoire des religions est aussi une protection contre des erreurs dont l’ignorance est souvent la principale responsable.

 

Pour comprendre l’histoire des sociétés et de la culture (peinture, littérature, musique), il faut aussi connaître l’histoire des religions car ces deux domaines sont la plupart du temps indissociables.

 

Genève est un canton laïc. Nos autorités cantonales doivent donc plus qu’ailleurs être attentives à respecter le mandat de la République, et, ce n’est finalement pas la responsabilité du contribuable de financer des écoles religieuses.

 

 

 

 

08:28 Écrit par Charly Schwarz | Lien permanent | Commentaires (81) | Tags : religion, école, genève | |  Facebook

29/12/2009

Les notions de gauche et de droite ont-elles encore un sens ?

L'opposition entre gauche et droite est la principale clé de lecture de la vie politique. Cependant, le clivage gauche/droite n'en n'est pas moins contesté.

Si, la majorité d’entre nous continuons à nous identifier avec la gauche ou avec la droite, cette vision de l'organisation du jeu politique est remise en cause par certains, et notamment par les forces politiques : le clivage gauche/droite ne résume pas l'ensemble des enjeux et des oppositions politiques ne devrait pas être fondé sur une opposition étanche entre majorité et opposition.

Malgré la montée de nouveaux enjeux, le clivage droite/gauche résiste même si les deux pôles se rejoignent sur des thèmes qui les avaient beaucoup opposés, questions de société, voire d'économie.

Mais, je dois bien me rendre dompte que face au parlement, cantonal ou municipal, le clivage gauche /droite est une réalité.

Et, il existe bel et bien plusieurs droites à Genève. J’en identifie au moins trois ; une droite élitiste et arrogante, une droite nationaliste et populiste et une droite sociale qui a oublié d’être populaire.

Quelles sont les valeurs sur lesquelles les acteurs politiques et les électeurs se départagent ?

11:09 Écrit par Charly Schwarz | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : politique, genève, gauche, droite | |  Facebook

24/12/2009

Républicanisme / Libéralisme

Faire du républicanisme, une autre histoire des idées modernes, une alternative au libéralisme comme le suggère Yves Schaller, n’est pas exact pour trois raisons.

D’abord parce que l’enracinement antique de cette école de pensée est à relativiser.

Ensuite parce que les grands précurseurs de ce courant et notamment Machiavel, sont aussi fondateurs de la tradition libérale.

Et enfin parce que cette pensée n’a eu de cesse de se nourrir de la pensée libérale dans ce qui ressemble autant à une querelle interne à une tradition qu’au choc de deux traditions opposées.

Autant il est légitime de récuser une vision monochrome de la modernité libérale, autant il est peu probant de faire du républicanisme une alternative séparée.

00:03 Écrit par Charly Schwarz | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : politique, genève, libéral, république | |  Facebook

22/12/2009

Reconnaissance / Multiculturalisme

La reconnaissance est un besoin humain vital et constitue une des clefs de la vie en société.

Cette poussée de la reconnaissance s’est faite sur l’effondrement des hiérarchies sociales qui avaient pour fondement l’honneur, et par l’irruption de la notion de dignité et celle d’idéal d’authenticité.

Le discours visant à établir une politique de la reconnaissance a cependant abouti à deux versions antagonistes.

Le passage de l’honneur à la dignité a contribué à valoriser une politique d’égale dignité entre les hommes ; l’idéal d’authenticité a plutôt mis en lumière la nécessité de sauvegarder les différences.

Alors que la politique de dignité universelle a d’abord mis l’accent sur la lutte contre les discriminations, la politique de la différence prône un traitement différentiel entre les différents groupes pour rétablir un équilibre, une équité.

Dans le premier camp, il s’agit d’insister sur un potentiel humain universel ; dans l’autre, on précise que ce potentiel universel consiste d’abord dans le fait de « former et définir sa propre identité».

Du coup, une exigence nouvelle est en train de voir le jour.

D’un côté, il s’agit d’être aveugle aux différences, de l’autre, de favoriser la particularité.

09:17 Écrit par Charly Schwarz | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : politique, geneve, culture | |  Facebook

21/12/2009

Fusion des radicaux et des libéraux

Je peux être d’accord en théorie, mais sceptiques en pratique : bien souvent, ce niveau de rationalité partagée semble inexistant, à tout le  moins invisible.

Au-delà d’un accord sur un mot pris en un sens suffisamment flou pour ne pas créer le désaccord, bien souvent il n’y a pas convergence sur la portée pratique donnée à ce mot.

Cet accord possible des rationalités sera au contraire démenti par les événements. L’équivocité des conceptions éthiques et des pratiques morales est une réalité fondamentale, que l’on peut constater.

Je peux dès lors en tirer l’une des conclusions suivantes : soit on n’interprète pas de manière commune la Loi, soit on s’y réfère sans la mettre en pratique : mais en aucun cas on ne peut parler d’une Loi communément partagée quelques soient les contextes historiques et culturels.

09:27 Écrit par Charly Schwarz | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : geneve, politique, radical, libéral | |  Facebook

20/12/2009

Politique et Amour, univers partagé !

Le politique est cet univers qui est à la fois celui du pragmatisme le plus aiguisé et celui de l’idéalisme le plus débridé. Sans doute partage-t-il cela avec l’amour, car il est, au fond, affaire de sentiments, et avant tout de sentiments partagés.

Chacun peut songer à la cité idéale, et, au jour le jour, lutter avec ténacité pour un pouvoir extrêmement concret et prosaïque.

Méconnaitre cela, c’est méconnaître que le politique s’incarne dans des lieux, des institutions, des symboles, des repères, des histoires… ces espaces du vivre ensemble.

16:34 Écrit par Charly Schwarz | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, geneve | |  Facebook

19/12/2009

L’art de la séparation

Il est indubitable que nous vivons dans des sociétés où les individus sont de plus en plus séparés, c’est la résultante des mobilités (géographique, sociale, matrimoniale et politique) qui rend notre univers instable.

08:46 Écrit par Charly Schwarz | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, geneve, mobilité | |  Facebook

17/12/2009

Comment renouveler notre conception du « vivre –ensemble »

Ce sera le thème principal de mes prochains billets, et cela dans la perspective du renouvellement des instances dirigeantes des principaux partis politiques genevois.

Le premier de ces billets était celui de  matin « La mise en avant de la notion d’équité sert parfois à masquer une grande tolérance aux inégalités... »

18:30 Écrit par Charly Schwarz | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, geneve, solidarité, justice sociale, liberté humaine | |  Facebook

La mise en avant de la notion d’équité sert parfois à masquer une grande tolérance aux inégalités...

On utilise souvent le concept d’équité, ou celui d’égalité des chances, à la place de celui d’égalité. Pourtant ce n’est pas exactement la même chose.

 

 

L’idée que le mérite individuel, l’effort ou le travail doivent être récompensés est largement acceptée. Personne ne revendique les mêmes salaires pour tous.

 

 

Ce qui est juste, c’est que tout le monde ait les mêmes chances dans la vie, pas que tout le monde arrive au même résultat.

 

 

Et nous acceptons l’idée d’équité sans trop nous poser de questions. Pourtant, en pratique, cette équité n’est vraiment pas facile à atteindre.

 

 

Il faudrait que chacun soit placé sur la même ligne de départ. Si certains partent avec de l’avance, le jeu n’est pas équitable.

 

 

Il faudrait aussi que chacun dispose des mêmes atouts. La compétition ne doit pas être biaisée.

 

 

L’équité, c’est l’idée de l’égalité « juste ».

 

 

On peut accepter le principe de l’équité, mais alors nous ne sommes pas avancés pour ce qui est de l’ampleur des inégalités « justes ». Combien un PDG peut-il gagner avant que cela devienne « injuste »?

 

 

Est-il équitable qu’une personne qui aide des personnes âgées toute la journée touche dix fois moins qu’un cadre bancaire ?

 

 

L’effort individuel est rarement mesurable : la plupart des rétributions récompensent des efforts réalisés par une équipe, un groupe, etc.

 

 

L’équité est une « fiction nécessaire ». On en a besoin certes, car l’effort, le mérite, le travail, sont de meilleurs critères que le milieu de naissance ou la caste. Mais il s’agit bien d’une fiction : en pratique, les inégalités résultent d’un compromis, d’une lutte de pouvoir entre les membres d’une même société.

 

 

L’équité, c’est l’idée de justice sociale.

09:51 Écrit par Charly Schwarz | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, geneve, suisse | |  Facebook

16/12/2009

Une vie meilleure... en sommes-nous capables ?

La qualité de vie des populations de la planète s'est améliorée... mais au prix du dépassement de la capacité des écosystèmes.

La consommation quotidienne de calorie pas habitant est passée de 2'250 à 2'800.

L’illettrisme est passé, dans les pays en voie de développement, d’un taux de 75% à moins de 20 % chez les jeunes.

La pauvreté a reculé dans la plupart des pays du monde.

Malheureusement ces progrès s’accompagnent d’une utilisation excessive des ressources naturelles renouvelables.

Notre empreinte écologique a grimpé depuis 1960 pour atteindre aujourd’hui un niveau supérieur de 20% des capacités biologiques de la terre.

Beaucoup des mesures de correction à venir devront prises par les dirigeants de la planète…

 

Nous, simples citoyens avons un rôle à jouer…

Mais, sommes-nous capables de modifier nos habitudes, nos attitudes ?

15:35 Écrit par Charly Schwarz | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : planète, envirronement, politqiue, genève, suisse | |  Facebook

14/12/2009

C’est qu’une question de culture…

Il n'y a pas de domaine de la vie qui ne soit culturelle, pas même l'activité politique, économique, sociale, religieuse ou personnelle

Chaque politique, comme chaque économie est l'expression d'une culture.

Qu'on parle de politique, d'économie ou du social, on est toujours dans une culture déterminée de sorte qu'il s'agit toujours d'une culture politique, d'une culture économique ou d'une culture sociale.

On ne saurait donc réduire le culturel à un secteur, à côté ou à l'intérieur de l'économique, du politique, du social, comme on le fait généralement.

Une façon de prendre conscience et de faire prendre conscience du caractère omniprésent et imprégnant de la culture dans nos vies, c'est de parler de notre notion culturelle, de notre culture politique, culture économique, culture familiale, culture sociale (voisinage, amitié, démocratie et de citoyenneté, civiliste et sociétale), de notre culture religieuse, de notre culture médicale, de notre culture de la communication, notre culture linguistique, juridique, éducative, scientifique, alimentaire, récréative et artistique, culture du travail et des loisirs, de notre culture technique, organisationnelle, scientifique et ethnique.

08:09 Écrit par Charly Schwarz | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : culture, religion, genève, politique | |  Facebook

08/10/2009

Pour un Etat solide

L’évolution récente de la politique oppose avec une intensité accrue un Etat fort à un Etat light.

Mais il existe à la conjonction de ces deux organisations ; l’Etat solide qui s’écarte à la fois du libéralisme et du collectivisme.

Un Etat solide souligne la fonction organique des communautés médianes qui ordonnent les activités particulières vers un but social sans user de la contrainte étatique.

Aujourd’hui, l'Etat, doit accomplir une mutation et vivre avec son temps. Il faut redéfinir sa mission.

Il faut donner aux services publics les moyens humains et matériels de faire correctement leur travail.

Il faut investir beaucoup plus dans la recherche et l'innovation pour préparer l'avenir puisque le fonctionnement à court terme du marché ne permet pas les choix à long terme.
Il faut libérer les énergies, encourager le goût d'entreprendre, pousser les entreprises à faire preuve d'audace et de créativité.

Le service public doit apporter les formations professionnelles qui permettront de changer d'emploi sans dommage, de rebondir ou de se reconvertir avec l'assurance d'un filet de sécurité et d'un accompagnement individuel de qualité. Il faut mutualiser les risques entre les salariés et les entreprises.

Pour accomplir cette mutation il faut un Etat solide, ni plus ni moins.

A nous de maintenir et de renouveler une pensée qui associe la responsabilité et la liberté, de conserver la substance d’une pensée qui incorpore l’élan de la créativité et de la responsabilité personnelle, de reconnaître la fonction suprême de l’Etat que s’il consolide les forces en respectant leur autonomie.

20:20 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : élection, candidat, élections, grand conseil, genève | |  Facebook

07/10/2009

Vidéosurveillance et délinquance

video.jpg

La vidéosurveillance est un outil au service du traitement de la délinquance de proximité, mais ce n'est pas la réponse universelle à ce problème.

Gardons-nous de refuser cette aide par idéologie, car un outil est toujours neutre.

Cela fait peur ! Dans ces conditions, comment garantir la protection des libertés individuelles ?

Pour répondre à cette question, la ville de Lyon s'est dotée d'un collège d'éthique de la vidéosurveillance dont la mission principale est d’encadrer et définir les bonnes pratiques, de veiller à l'application de la charte, de recevoir les doléances et d'informer les citoyens. Ils peuvent également examiner l'opportunité des nouvelles installations…

Genève pourrait suivre la voie…

 

12:09 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique, Techno | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : élection, candidat, élections, grand conseil, genève | |  Facebook

06/10/2009

De la liberté d’expression…

expressions.jpg

Dans toute société il s’agit d’obéir et rien d‘autre ; c’est pourquoi les notions de faute, de mérite, de bien et du mal, sont exclusivement sociales.

La meilleure société sera donc celle qu’exempte la puissance de penser du devoir d’obéir et se garde en son propre intérêt de la soumettre à la règle de l’état.

C’est du degré de liberté d’expression, du degré de vérité qu’elle est capable de supporté qu’est jugé une démocratie.

Il est certain que l’on trouve dans les milieux libéraux les conditions les plus favorables.

Tant que l’expression est libre, rien n’est compromis.

07:42 Écrit par Charly Schwarz dans Culture, Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : élection, candidat, élections, grand conseil, genève | |  Facebook

05/10/2009

La sécurité est un enjeu politique, pas électoraliste.

En cette période électorale chacun y va de ses récriminations. Mais notre sécurité, ou le rétablissement de notre sécurité, est un enjeu de démocratie bien vécue.

Un état qui désire lutter contre l’insécurité à deux moyens d’action :

1)   Prendre des mesures à court terme, qui doivent se traduire par des résultats rapides et visible, par exemple appliquer la loi.

2)   Agir sur le long terme, avec un objectif avoué de s’attaquer à la source des problèmes.

Il est possible d’agir sur l’état d’esprit de la population par une campagne d’information qui décrit le vrai visage de la délinquance, chiffres à l’appui, de l’insécurité par opposition à des portraits parfois dévastateurs dressés par les politiciens et les media

Des mesures de prévention situationnelles doivent être envisagées :

Ø meilleure affectation des forces de police et de gendarmerie,

Ø optimisation de l’éclairage public,

Ø installation de caméras de surveillance.

Il est aussi nécessaire d’améliorer les rapports entre personnes au sein de la société, par des améliorations urbanistiques (parcs publics accueillants et propre, lieux de rencontre aménagés, etc.)

Sans oublier le développement d’actions directes auprès des populations, telles que la médiation de quartier, comme entamée dans le quartier de St-Jean ou à la Coulouvrenière.

Il est temps d’appliquer une politique préventive visant à réduire les occasions de commettre des délits, par une collaboration plus étroite entre la population et la police. Seul moyen d’optimiser la lutte contre l’insécurité !

07:18 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : élection, candidat, élections, grand conseil, genève | |  Facebook

04/10/2009

Une pauvreté silencieuse

femmes agées.jpg

On ne parle jamais des personnes âgées, sinon pour dire qu'elles sont maltraitées ou qu'elles coûtent horriblement cher au système de santé.

On ne parle jamais du fait que ces gens rendent des services, qu'ils font tourner l'économie.

Mais la réalité des aînés est souvent niée, particulièrement celle de la femme âgée, seule et désespérément pauvre. C'est parmi les femmes âgées, qu'il y a là une pauvreté silencieuse qui isole et qui n'est pas assez dénoncée.

Ces femmes, qui sont nos mères, nos grands-mères, nos tantes, nos sœurs, comment se fait-il qu'on ne les entende pas?

10:03 Écrit par Charly Schwarz dans Femmes, Général, Genève, Politique, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : élection, candidat, élections, grand conseil, genève | |  Facebook

01/10/2009

Famine et changements climatiques

famine.jpg

Aujourd’hui 150 millions d’enfants souffrent de famine à travers le monde.

En 2050, 25 millions d’enfants viendront grossir les rangs, c’est le résultat d’une étude réalisée par IFPRI (Institut international de recherche sur les politiques agraires).

Cette situation pourrait être évitée si 7'000 millions de dollars devraient être consacrés à l’adaptation des paysans aux conséquences du changement climatique.

Sans l’apport de nouvelles technologies seulement 30% des terres cultivables pourront être irriguées dans les pays en voies de développements.

De plus, l’augmentation des températures menace la sécurité alimentaire des principaux pays du sud-est asiatique et de l’Afrique subsaharienne, le prix du maïs augmentera de 153% (60% si les températures restent stables).

17:09 Écrit par Charly Schwarz dans Développement durable, Economie, Général, Monde, Nature, Politique, Techno | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : élection, candidat, élections, grand conseil, genève | |  Facebook

30/09/2009

Article constitutionnel : le droit à l’autodétermination informationnelle

autodetermination.jpg

Du lever au coucher, nous sommes tous soumis à un traçage...

D’abord un traçage dans l’espace à travers le développement des systèmes de biométrie, de vidéosurveillance ou de géo-localisation (téléphones mobiles). Ensuite un traçage dans le temps que permettent les moteurs de recherche ou les réseaux sociaux sur internet.

Le premier met en cause la liberté d’aller et venir

Le second met en cause la liberté de pensée et d’expression…par exemple des déclarations exhumées dans des moteurs de recherche qui vous obligent de justifier à 40 ans ce que vous avez dit à 20.

Il faudrait aussi mieux réglementer la vidéosurveillance et que son régime juridique soit clarifié au plus vite.

Le préambule de notre nouvelle Constitution devrait garantir la protection des données personnelles à un moment où se généralisent les systèmes de traçage informatique des individus.

Y inscrire un nouveau droit constitutionnel : le droit à " l'autodétermination informationnelle ", c'est-à-dire le droit pour chaque individu de décider lui-même de la communication et de l'emploi des informations le concernant.

16:31 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique, Techno | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : élection, candidat, élections, grand conseil, genève | |  Facebook

29/09/2009

Cour constitutionnelle et peuple souverain

La seule désaffection des électeurs pour les urnes suffit à démontrer la constance d’une crise de la représentation qui ne fait que s’amplifier.

La crise actuelle serait due tant à la qualité du personnel politique qu’à la perte de substance que connaît aujourd’hui le concept de « peuple souverain ».

La crise de la représentation vient avant tout  du conflit permanent qui existe entre le peuple titulaire de la souveraineté et le peuple entité concrète et complexe.

Le problème est en effet de surmonter le fait que les individus ne sont plus capables de s’appréhender comme membres d’une société et que leur inscription dans une totalité lisible et visible est devenue pour eux problématique.

Il est donc devenu indispensable de se mettre en quête de modes alternatifs de représentation pour rendre aux individus un sentiment d’écoute et d’attention.

La Cour constitutionnelle qui entérine les évolutions de la société en consacrant de nouveaux principes constitutionnels, peut donner à voir cette image de l’organe attentif aux exigences du peuple en même temps qu’elle est un gage de stabilité pour mettre au jour la parole du Souverain.

La Cour constitutionnelle est en effet l’organe qui met en lumière et protège la parole du Souverain, peuple constituant originaire, par essence atemporel, mais également celle qui entend les revendications du peuple actuel, et permet de statuer entre le texte, sacré, et ses évolutions nécessaires.

 

La seule désaffection des électeurs pour les urnes suffit à démontrer la constance d’une crise de la représentation qui ne fait que s’amplifier.

La crise actuelle serait due tant à la qualité du personnel politique qu’à la perte de substance que connaît aujourd’hui le concept de « peuple souverain ».

La crise de la représentation vient avant tout  du conflit permanent qui existe entre le peuple titulaire de la souveraineté et le peuple entité concrète et complexe.

Le problème est en effet de surmonter le fait que les individus ne sont plus capables de s’appréhender comme membres d’une société et que leur inscription dans une totalité lisible et visible est devenue pour eux problématique.

Il est donc devenu indispensable de se mettre en quête de modes alternatifs de représentation pour rendre aux individus un sentiment d’écoute et d’attention.

La Cour constitutionnelle qui entérine les évolutions de la société en consacrant de nouveaux principes constitutionnels, peut donner à voir cette image de l’organe attentif aux exigences du peuple en même temps qu’elle est un gage de stabilité pour mettre au jour la parole du Souverain.

La Cour constitutionnelle est en effet l’organe qui met en lumière et protège la parole du Souverain, peuple constituant originaire, par essence atemporel, mais également celle qui entend les revendications du peuple actuel, et permet de statuer entre le texte, sacré, et ses évolutions nécessaires.

 

18:03 Écrit par Charly Schwarz dans Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : élection, candidat, élections, grand conseil, genève | |  Facebook