17/12/2009

La mise en avant de la notion d’équité sert parfois à masquer une grande tolérance aux inégalités...

On utilise souvent le concept d’équité, ou celui d’égalité des chances, à la place de celui d’égalité. Pourtant ce n’est pas exactement la même chose.

 

 

L’idée que le mérite individuel, l’effort ou le travail doivent être récompensés est largement acceptée. Personne ne revendique les mêmes salaires pour tous.

 

 

Ce qui est juste, c’est que tout le monde ait les mêmes chances dans la vie, pas que tout le monde arrive au même résultat.

 

 

Et nous acceptons l’idée d’équité sans trop nous poser de questions. Pourtant, en pratique, cette équité n’est vraiment pas facile à atteindre.

 

 

Il faudrait que chacun soit placé sur la même ligne de départ. Si certains partent avec de l’avance, le jeu n’est pas équitable.

 

 

Il faudrait aussi que chacun dispose des mêmes atouts. La compétition ne doit pas être biaisée.

 

 

L’équité, c’est l’idée de l’égalité « juste ».

 

 

On peut accepter le principe de l’équité, mais alors nous ne sommes pas avancés pour ce qui est de l’ampleur des inégalités « justes ». Combien un PDG peut-il gagner avant que cela devienne « injuste »?

 

 

Est-il équitable qu’une personne qui aide des personnes âgées toute la journée touche dix fois moins qu’un cadre bancaire ?

 

 

L’effort individuel est rarement mesurable : la plupart des rétributions récompensent des efforts réalisés par une équipe, un groupe, etc.

 

 

L’équité est une « fiction nécessaire ». On en a besoin certes, car l’effort, le mérite, le travail, sont de meilleurs critères que le milieu de naissance ou la caste. Mais il s’agit bien d’une fiction : en pratique, les inégalités résultent d’un compromis, d’une lutte de pouvoir entre les membres d’une même société.

 

 

L’équité, c’est l’idée de justice sociale.

09:51 Écrit par Charly Schwarz | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, geneve, suisse | |  Facebook

16/12/2009

Une vie meilleure... en sommes-nous capables ?

La qualité de vie des populations de la planète s'est améliorée... mais au prix du dépassement de la capacité des écosystèmes.

La consommation quotidienne de calorie pas habitant est passée de 2'250 à 2'800.

L’illettrisme est passé, dans les pays en voie de développement, d’un taux de 75% à moins de 20 % chez les jeunes.

La pauvreté a reculé dans la plupart des pays du monde.

Malheureusement ces progrès s’accompagnent d’une utilisation excessive des ressources naturelles renouvelables.

Notre empreinte écologique a grimpé depuis 1960 pour atteindre aujourd’hui un niveau supérieur de 20% des capacités biologiques de la terre.

Beaucoup des mesures de correction à venir devront prises par les dirigeants de la planète…

 

Nous, simples citoyens avons un rôle à jouer…

Mais, sommes-nous capables de modifier nos habitudes, nos attitudes ?

15:35 Écrit par Charly Schwarz | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : planète, envirronement, politqiue, genève, suisse | |  Facebook

10/12/2009

Construire une nouvelle identité suisse

Les religions ont certainement un rôle à jouer dans cette belle aventure de la construction d’une nouvelle identité suisse, au moins pour deux raisons essentielles :

- Toutes les valeurs qui peuvent être à la base d’une nouvelle identité suisse sont des valeurs prônées dans leur ensemble par les religions ; certes exprimées selon des approches différentes, mais qui peuvent être enrichissantes et complémentaires.


- La capacité spirituelle des religions représente un facteur important qui peut donner un élan positif à ces valeurs fondatrices de l’identité.

Lire la suite

01:03 Écrit par Charly Schwarz | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : suisse, religion, identité, musulmans | |  Facebook

09/12/2009

La Suisse est un pays où l’on est toujours l’étranger « d’à coté »

La Suisse a connue des vagues d’intense immigration. On est passés d’une population de 5% d’émigrés dans les années 40 à plus de 15% dans les années 70.

 

L’étranger du canton "d’à coté » est devenu l’étranger d’ailleurs. C’est à cette époque que son nés les premiers partis identitaires, comme l’Action nationale.

Lire la suite

06:21 Écrit par Charly Schwarz | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : suisse, étranger, musulman, immigré, émmigré | |  Facebook

08/12/2009

Existe-t-il une identité nationale suisse, un esprit suisse ?

Sur le site Internet de la Confédération, nous pouvons lire ceci : « La Suisse est un l'un des plus anciens Etats du monde. Il y a plus de 700 ans, les habitants des vallées d'Uri, de Schwyz et d'Unterwald, se rebellèrent contre les Habsbourg et leurs velléités hégémoniques. Selon le mythe fondateur, les conjurés signèrent un pacte d'assistance mutuelle sur la prairie du Grütli, au bord du lac des Quatre-Cantons, le 1er août 1291. »

 

Personnellement, je situe en 1848, date de la constitution qui crée un gouvernement centralisé et lui livre des pouvoirs qui incombaient jusqu'alors aux cantons, la naissance d’une Suisse construite, d’un état moderne.

 

Mais, je ne pense pas qu’il existe une identité suisse fondée, les identités sont cantonales. Comme il n'y a pas à proprement parler d'histoire suisse avant 1848.

 

Certains présentent la langue comme étant le ciment de l’identité nationale. Si cet argument a une quelconque valeur, il ne peut être utilisé en Suisse, puisque le pays compte quatre langues nationales.

 

La religion non plus. Si le catholicisme rassemble 3 millions de fidèles, les protestants en comptent 2,4 millions. Quant à la communauté musulmane, elle représente un peu plus de 300 000 personnes, en majorité des ressortissants de l’Ex-Yougoslavie.

 

Alors, qu’utiliser pour affirmer l’identité suisse…

Le drapeau, l’hymne national, les vaches, le secret bancaire, les paysages, la neutralité, le chocolat ou la Croix-Rouge ?

 

Mais sur la base des résultats du vote du 29 novembre, nous pouvons entreprendre  la construction d’une identité suisse unie et juste.

C’est une belle entreprise qui a besoin de toutes les forces vives. A l’ère d’une mondialisation globalisante et envahissante qui caractérise notre époque, nous devons confirmer des repères qui donnent à l’Homme l’espoir et lui garantissent la paix et la solidarité.

Nous avons besoin certes de partir des acquis de l’Histoire, mais surtout d’insister sur le présent tout en en se projetant dans l’avenir.

 

 

07:55 Écrit par Charly Schwarz | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : identité, suisse, langue, religion | |  Facebook