• Pas d’avenir après l’école ?

     

    Mais l’avenir se prépare… surtout pendant cette période d’apprentissage qu’est l’école primaire.


    Trop de jeunes appellent au secours… « Aidez-nous à apprendre ! », avertissement entendu à maintes reprises pendant cette campagne électorale… Mais ont-ils été entendu ?

     


    Si la récente étude de l’office fédérale de la formation professionnelle et de la technologie (OFFT) dénombre que 2'500 jeunes en fin de scolarité se retrouvent sans avenir, c’est sûrement que les appuis ciblés pendant leurs scolarités n’ont pas été suffisants.


    Et à Genève cette volonté d’organiser des appuis ciblés et spécifiques existent, mais il faudrait que le Département de l’Instruction Publique (DIP), ainsi que la Société pédagogique Genevoise autorisent les instituteurs à solliciter une aide urgente, pour organiser ces mesures (recensement précoce et l’encouragement des élèves défavorisés, concentration des efforts sur les moins performants et les moins motivés), avec l’aide d’anciens instituteurs prêts à reprendre du service…



    Ceux que j’ai contactés sont disposés à apporter bénévolement leurs contributions.



    Alors, où est la volonté politique d’entreprendre, de manière concrète, pour les générations futures ?

  • Analyste politique… un métier ?

    Pas si sûr !

     

    Car à la lecture des multiples analyses publiées à travers l’ensemble des medias, je ne découvre pas une analyse relative au taux de participation du 1er tour de la présidentielle française.


    Pour rappel, c’est du 83, 78 %... du jamais vu ! Contre 71,60 % pour le 21 avril 2002, soit plus de 12 points


    Et si ce taux est simplement le résultat de la mobilisation autour de François Bayrou qui améliore sont score de… 11,73 point... presque 12 !!!


    Soit plus de 4 millions de voix, seront-elles présentes le 6 mai 2007 ?


    Rien n’est sûr !

     

  • Genève... où est ta campagne ?

    Ces derniers jours impossible d’ouvrir un journal ou d’allumer un poste de radio sans entendre, toujours les mêmes noms : Sarkozy, Royal, Bayrou ou autres Bové, Buffet, Voynet et de Villiers…Genève vit à l’heure du 22 avril.


    Mais au-delà des « Sarkozy attaqué sur sa droite », « Bayrou traque les "patrons voyous" » ou  autre « Buffet fustige "Dupont et Dupond" », il existe une autre campagne… celle du 29 avril.


    A Genève, le 29 avril, c’est la campagne des Fontanet, Salerno, Maudet ou autres Pagani, Tornare, Mugny et von Arx… et cette campagne existe-t-elle ?


    Cette marche, vers le Palais Eynard, peut-elle intéresser les électeurs ?


    Rien, pas de débats ou quand ils ont lieu, c’est souvent devant une salle vide ou entre « aficionados ». Pas de meeting, pas de programme… juste quelques mots, souvent vide de sens politique, inscrits sur des bus et trams, comme si la politique peut se satisfaire de cette perception futile et aléatoire.


    Cette campagne est triste, définitivement trop triste, et pourtant c’est de la gestion de notre quotidien de citoyen qu’il s’agit !

  • Genève, ta démocratie se meure !

    Où est le respect de l’indépendance de l’associatif tant voulue par le magistrat en charge de la Jeunesse, quand les divers postes stratégiques aussi bien au sein de la Fondation genevoise pour l'animation socioculturelle, organisme qui paye et administre les animateurs, qu’au sein de la Fédération des Centres de Loisirs et de Rencontres qui représente les diverses maisons de quartier, sont occupés par les mêmes personnes ?


    De quel droit les responsables administratifs stigmatisent les engagements citoyens des membres de comités quand ils ne sont pas d’obédience rouge ou rose ?
    Et pourtant, c’est le cas à la Maison de quartier de Pâquis !


    Dans quelles autres structures les employés nomment leurs patrons ?
    Et pourtant, c’est le cas à la Maison de quartier des Pâquis !


    Ne serait-il pas temps que le nouveau gouvernement, issue des urnes le 29 avril, se penche de manière plus efficace sur la réelle gestion des divers centres de loisirs et de rencontres ?

     

  • Genève, ta campagne fout le camp !

    Ces derniers jours impossible d’ouvrir un journal ou d’allumer un poste de radio sans entendre, toujours les mêmes noms : Sarkozy, Royal, Bayrou ou autres Bové, Buffet, Voynet et de Villiers…Genève vit à l’heure du 22 avril.


    Mais au-delà des « Sarkozy attaqué sur sa droite », « Bayrou traque les "patrons voyous" » ou  autre « Buffet fustige "Dupont et Dupond" », il existe une autre campagne… celle du 29 avril.


    A Genève, le 29 avril, c’est la campagne des Fontanet, Salerno, Maudet ou autres Pagani, Tornare, Mugny et von Arx… et cette campagne existe-t-elle ?


    Cette marche, vers le Palais Eynard, peut-elle intéresser les électeurs ?


    Rien, pas de débats ou quand ils ont lieu, c’est souvent devant une salle vide ou entre « aficionados ». Pas de meeting, pas de programme… juste quelques mots, souvent vide de sens politique, inscrits sur des bus et trams, comme si la politique peut se satisfaire de cette perception futile et aléatoire.


    Cette campagne est triste, définitivement trop triste, et pourtant c’est de la gestion de notre quotidien de citoyen qu’il s’agit !

  • WiFi : sécurisé et en libre accès

    Aujourd’hui mettre à disposition de l’ensemble de la collectivité sa connexion WiFi et garantir une sécurité optimale de son réseau domestique… C’est possible !

    .

    L’Esprit de Genève, en collaboration avec DFI Service, à réussi cet ingénieux pari de rendre la connexion à l’Internet sans fil « et, et » au lieu du « ou, ou ».

    .

    La séparation de la puissance de la bande passante en deux, une partie réservée au réseau domestique et crypté, l’autre partie est dirigée vers une nouvelle borne nommée « GEspot » en libre accès après que l’internaute se soit identifié, assure cette "quadrature du cercle".

     

     

    GEspot est attaché tout particulièrement à assurer une sécurité optimale lors du partage de la connexion. Les membres du réseau GEspot www.gespot.ch sont assurés d’obtenir d’une séparation complète entre leurs trafics privés de ceux de leurs «invités».

     

    GEspot poursuit l’ambition de déployer un important réseau de bornes d'accès en collaboration avec les acteurs de la région genevoise (cafés, magasins, associations et personnes) et ainsi partager avec les citoyens un accès  libre à l’Internet sans fil (WiFi).

     

     

    GESpot assure le référencement automatique de toutes les bornes en libre accès. Les consommateurs utilisant les accès WiFi, trouvent cette facilité dès qu’ils sont connectés à www.gespot.ch
  • L'image du vendredi: Place du Cirque

    Le respect ne commence-t-il pas par l'apprentissage de la lecture ?

     

  • Une visite au Cimetière des Rois s’impose !

    En cette veille pascale, L’Esprit de Genève vous invite à une visite virtuelle du Cimetière des Rois www.cimetieredesrois.ch


    C'est l'occasion de rappeler que ce "lieu qui émeut plus qu'il n'attriste", selon les paroles de Rodolphe Töpffer est un îlot paisible au coeur de la Cité de Calvin. Il est salué de nos jours comme le Panthéon  de Genève.


    L’Esprit de Genève vous offre cette ballade dans le célèbre cimetière genevois à la recherche de la dernière demeure d'un personnage illustre, confortablement installé chez vous, derrière un ordinateur.

  • Ouf…l’affichage libre existe encore à Genève !

    L'affichage libre est un moyen indispensable pour toutes les associations culturelles de faire connaître leurs activités, et si aujourd’hui, les communes mettent plus de 1000 espaces d'affichage à disposition des associations culturelles pour pouvoir annoncer leurs événements.

     

    Ce n’est largement pas suffisant…


    Et c’est pour répondre aux craintes d’une réduction de la liberté d’expression et aux  besoins de communication des multiples associations que l’Esprit de Genève à créer l’Agenda de Genève accessible sur www.agendadegeneve.ch


    L’affichage sauvage est aujourd’hui hors la loi… sauf sur Internet !


    L’Agenda de Genève rassemble des données événementielles précises de la vie culturelle, sociale, sportive, économique et politique. C’est une base de données, libre et gratuite.
    L’Agenda de Genève offre à chaque acteur de la vie genevoise la possibilité de diffuser largement et gratuitement l’annonce de sa manifestation.

  • Genève, victime d’une « élitisation » de la Culture?

    Genève est, assurément, une Ville de Culture… pour les bénéficiaires de subventions, plus préoccupés à débattre entre eux sur la répartition de la manne financière (plus de 200 millions de francs, soit 20% du budget annuel de la ville), qu’à développer une vision pour faire de Genève une Capitale Culturelle.


    Mais Genève est-elle une Ville de Culture pour l’ensemble de ces habitants ?
    La réponse est évidement… NON !


    Comment expliquer que les bibliothèques soient encore fermées le dimanche…
    Le livre n’est-il pas le premier bien culturel ?


    La culture n’est-elle pas un des piliers important de l’intégration… combien de « Chéquiers culture » ont été distribué ?


    Pourquoi nos édiles font de la  résistance pour s’ouvrir plus volontairement à une véritable politique de partenariat avec tous les acteurs ?

     

    Aujourd’hui la culture doit être une force, dommage que Genève soit la victime d’une « élitisation » de la Culture.

     

  • Alliance TPG/SNCF et CFF pour la 3ème voie ?

    S’il est impossible de décharger le trafic par la rive lémanique, pourquoi ne pas revaloriser la voie de chemin de fer du pied du Jura ?


    Il existe au pied du Jura entre Bellegarde et Divonne presque toutes les installations pour réaliser, dans le cadre d’un projet d’agglomération, une ligne ferroviaire afin de décharger le « trafic passager » en transit par la gare de Cornavin.


    Cette revalorisation mise en relation avec le CEVA et l’extension de la ligne de tram entre le CERN et St-Genis  permettrait de faciliter l’accès à cette grande de zone de développement de Genève comprise entre Balexert et les contreforts du Jura.
    Cette réalisation facilitera l’accès à l’ouest de Genève aux personnes en provenance de l’Ain et de  Terre Sainte sans transiter obligatoirement par le centre de Genève ou à défaut d’utiliser leurs véhicules privés.


    Il suffit d’électrifier la ligne et de réaliser le petit tronçon de rail entre Divonne et Nyon, et si un éclair illumine nos autorités… de réaliser la connexion entre le CEVA et la ligne du Tonkin.