Le temps idéal de la finance

La mondialisation n’est pas un phénomène nouveau par l’ampleur des flux mais par le changement introduit par la globalisation financière.

Cette globalisation introduit une incohérence fondamentale dans une économie décentralisée, parce qu’elle confronte les acteurs à la prégnance d’une temporalité (le très court terme) qui n’est pas compatible avec les autres activités économiques.

Le temps idéal de la finance… c’est le temps instantané.

Mais l’instantanéisation du monde rend incohérentes les organisations et les entreprises qui assurent le passage de l’individuel au collectif.

Politiquement, la globalisation financière rend impossible le contrôle démocratique, dont elle contourne en permanence les espaces et les temporalités.

Commentaires

  • Oui et non Charly. Le temps de la finance est instantané, mais le contrôle aujourd'hui peut-être aussi instantané. Il suffit de mettre un mouchard sur chaque ordinateur dans les salles de marchés habilitées à passer des ordres. A chaque clic marquant une transaction, par exemple, clac, taxe Tobin ou autre... C'est tout à fait possible et sans grosse douleur, on vient de prélever ininiment plus sur l'économie réelle.
    Le seul truc, pour rendre la chose possible, c'est un accord mondial global, de tous les Etats en même temps, ou la mise en place d'une institution de contrôle financier mondiale. Qui traite de la même manière nos banquiers suisses que les banquiers opérant aux US. Ce qui pour l'heure n'est pas le cas, comme le souligne le jeune Genecand dans son blog. Actuellement les suisses sont beaucoup plus contrôlés et il y a eu de vrais injustices en faveur des étasuniens. Qui ont débocuhé sur Madoff et les subprime.
    Un accord mondial, c'est compliqué et ça peut paraître utopique, mais c'est possible. Les limites ne sont pas temporelles, elles sont politiques et géographiques.
    Amitiés et meilleurs voeux.

  • Voter Souaille et vous aurez la TAXE !

    Vous ne connaissez pas la chanson des Inconnus ?

    Salut mec, ça va, tu vas bien
    On se présente, mais non tu connais déjà
    On est là pour te pomper
    T’imposer sans répit et sans repos
    Pour te sucer ton flouze
    Ton oseille
    Ton pognon
    Ton pèze
    Ton fric
    Ton blé
    Tes économies
    Tes sous
    Ton salaire
    Tes bénefs
    Tes bas de laine
    Tout ce qui traîne
    C’que tu as sué de ton front
    On te le sucera jusqu’au fond

    On est là partout
    Même quand tu joues
    Pauvre idiot, on est là partout
    Le loto, c’est nous
    Le bingo, c’est nous
    Le tiercé, le quarté , le quinté
    C’est encore nous
    Le quinté plus, on te re-suce

    Faut qu’tu craches, faut qu’tu payes
    Faut qu’tu craches, faut qu’tu payes
    Pas possible que t’en réchappes
    Nous sommes les frères qui rapent tout

    T’a pensé à payer ta
    Taxe foncière
    Taxe immobilière
    Taxe professionnelle
    Taxe sur le personnel
    Taxe d’apprentissage
    Taxe si t’es pas sage
    Taxe sur tout ce qui bouge
    Sur tes clopes et sur ton rouge
    Sur tes cachets d’aspirine
    Sur ta vodka, sur ton gin ah ! ah !
    Majorations relevées
    Vignettes et timbres fiscaux
    Cartes grises et assurance auto
    PV droit d’immatriculation
    Crache, crache
    Essence, péage, héritage, partage, ménage, concubinage
    On est là à tous les étages

    Nous sommes URSSAF, CANCRAS et CARBALAS
    Qui que tu sois, quoi que tu fasses
    Faut qu’tu craches, faut qu’tu payes
    Pas possible que t’en réchappes
    Nous sommes les frères qui rapent tout.

    Je t’offre un pot !
    Et oui un pot
    Impôts fiscaux
    Impôts locaux
    Impôts directs
    Et indirects
    Impôts fonciers
    Impôts rentiers
    Impôts sur les grandes fortunes
    Impôts même si t’as pas de tunes
    Impôts sécheresse
    Impôts richesse
    Impôts nouveaux
    Impôts rétros
    Impôts recto
    Impôts verso
    Impôts sur le revenu
    Impôts sur les revenants

    Nous sommes URSSAF, CANCRAS et CARBALAS
    Qui que tu sois, quoi que tu fasses
    Faut qu’tu craches, faut qu’tu payes
    Pas possible que t’en réchappes
    Nous sommes les frères qui rapent tout.

    Penses à nous, penses à nous
    Tu sais ce que ça veut dire IFA
    Impôts forfaitaire annuel
    C’est moi qui l’ai inventé
    Cotisation supplémentaire de 0,1%
    Contribution sociale de solidarité
    Attends, attends, c’est pas fini
    Majorations, relevés
    Charges sociales et plus value
    Cotisation pré-retraite
    T’as pensé à payer la
    Taxe foncière
    Taxe immobilière
    Taxe professionnelle
    Taxe sur le personnel

    On est là pour te pomper
    T’imposer sans répit et sans repos
    Pour te sucer tout ton flouze
    To oseille
    Ton pognon
    Ton pèze
    Ton fric
    Ton blé
    Tes biftons
    Tes ronds
    Tes actions
    Tes sicav
    Ton liquide
    Tes pourliches
    Ton salaire
    Tes bénefs
    Tes magots
    Tes lingots
    Tes napos
    Tes bas de laine
    Tout ce qui traîne
    Ce que t’as sué de ton front
    On va t’le sucer jusqu’au fond

    Nous sommes URSSAF, CANCRAS et CARBALAS
    Qui que tu sois, quoi que tu fasses
    Faut qu’tu craches, faut qu’tu payes
    Pas possible que t’en réchappes
    Nous sommes les frères qui rapent tout.

    Salut !TVA bien !
    Toi qui croyais gagner dans l’ombre
    Tu vas te retrouver avec un prélèvement sans gain

    Nous sommes URSSAF, CANCRAS et CARBALAS
    Qui que tu sois, quoi que tu fasses
    Faut qu’tu craches, faut qu’tu payes
    Pas possible que t’en réchappes
    Nous sommes les frères qui rapent tout.

    Nous comprenons votre douleur
    C’est une triste disparition
    Mais dans votre malheur
    N’oubliez pas de régler vos droits de succession

    Au nom du père, du fisc, du cent pour cif.

    Si vous voulez voir la vidéo ... CLAC ! y'a pas de TAXE, n'hésitez donc pas !

    www.dynamictic.info/les-inconnus-rap-tout/

  • Normalement, Victor, vous devriez en payer une de taxe, lorsque vous diffusez ainsi hors du cercle privé, un texte déposé et plus encore un clip vidéo. Cela s'appelle le droit d'auteur et cela regarde la SUISA.
    Mais à part ça, une taxe, légère, sur les transactions boursières permettrait par exemple de rembourser une partie des sommes qui viennent d'être injectées dans le système,alors que sans cette taxe, ce sont encore une fois nos impôts à nous autres, pauvre classe moyenne qui vont être sollicités...

Les commentaires sont fermés.