De quoi je me mêle… (2)

 

Si l’on élisait nos Conseillers d’État selon leurs compétences l’on n’aurait pas 13 milliards de dettes cumulées.

Et si les bilans étaient des sauf-conduits pour accéder aux fonctions dirigeantes de notre République, nous aurions de véritables femmes/hommes politiques aux commandes et pas des gestionnaires.

 

Des deux « exécutifs » candidats à la candidature socialiste, le sortant ne peut se valoir d’un bilan politique brillant…

Et si le Congrès du 21 février avait le courage de désigner au côté d’une femme un homme avec un bilan ?

Commentaires

  • Cher Monsieur,
    Ce que vous dites n'est pas vrai. Le dernier chiffre connu de la commission des finances du Grand Conseil concernant la dette est de 11,4 ma.
    Mais peut-être avez-vous des informations d'insider ?

    p.losio
    député

  • Caramba, encore plus d'un milliard qui vient de disparaître ... ou d'apparaître, je ne sais plus où j'en suis.

Les commentaires sont fermés.