- Page 2

  • De la liberté d’expression…

    expressions.jpg

    Dans toute société il s’agit d’obéir et rien d‘autre ; c’est pourquoi les notions de faute, de mérite, de bien et du mal, sont exclusivement sociales.

    La meilleure société sera donc celle qu’exempte la puissance de penser du devoir d’obéir et se garde en son propre intérêt de la soumettre à la règle de l’état.

    C’est du degré de liberté d’expression, du degré de vérité qu’elle est capable de supporté qu’est jugé une démocratie.

    Il est certain que l’on trouve dans les milieux libéraux les conditions les plus favorables.

    Tant que l’expression est libre, rien n’est compromis.

  • La sécurité est un enjeu politique, pas électoraliste.

    En cette période électorale chacun y va de ses récriminations. Mais notre sécurité, ou le rétablissement de notre sécurité, est un enjeu de démocratie bien vécue.

    Un état qui désire lutter contre l’insécurité à deux moyens d’action :

    1)   Prendre des mesures à court terme, qui doivent se traduire par des résultats rapides et visible, par exemple appliquer la loi.

    2)   Agir sur le long terme, avec un objectif avoué de s’attaquer à la source des problèmes.

    Il est possible d’agir sur l’état d’esprit de la population par une campagne d’information qui décrit le vrai visage de la délinquance, chiffres à l’appui, de l’insécurité par opposition à des portraits parfois dévastateurs dressés par les politiciens et les media

    Des mesures de prévention situationnelles doivent être envisagées :

    Ø meilleure affectation des forces de police et de gendarmerie,

    Ø optimisation de l’éclairage public,

    Ø installation de caméras de surveillance.

    Il est aussi nécessaire d’améliorer les rapports entre personnes au sein de la société, par des améliorations urbanistiques (parcs publics accueillants et propre, lieux de rencontre aménagés, etc.)

    Sans oublier le développement d’actions directes auprès des populations, telles que la médiation de quartier, comme entamée dans le quartier de St-Jean ou à la Coulouvrenière.

    Il est temps d’appliquer une politique préventive visant à réduire les occasions de commettre des délits, par une collaboration plus étroite entre la population et la police. Seul moyen d’optimiser la lutte contre l’insécurité !

  • Une pauvreté silencieuse

    femmes agées.jpg

    On ne parle jamais des personnes âgées, sinon pour dire qu'elles sont maltraitées ou qu'elles coûtent horriblement cher au système de santé.

    On ne parle jamais du fait que ces gens rendent des services, qu'ils font tourner l'économie.

    Mais la réalité des aînés est souvent niée, particulièrement celle de la femme âgée, seule et désespérément pauvre. C'est parmi les femmes âgées, qu'il y a là une pauvreté silencieuse qui isole et qui n'est pas assez dénoncée.

    Ces femmes, qui sont nos mères, nos grands-mères, nos tantes, nos sœurs, comment se fait-il qu'on ne les entende pas?

  • Famine et changements climatiques

    famine.jpg

    Aujourd’hui 150 millions d’enfants souffrent de famine à travers le monde.

    En 2050, 25 millions d’enfants viendront grossir les rangs, c’est le résultat d’une étude réalisée par IFPRI (Institut international de recherche sur les politiques agraires).

    Cette situation pourrait être évitée si 7'000 millions de dollars devraient être consacrés à l’adaptation des paysans aux conséquences du changement climatique.

    Sans l’apport de nouvelles technologies seulement 30% des terres cultivables pourront être irriguées dans les pays en voies de développements.

    De plus, l’augmentation des températures menace la sécurité alimentaire des principaux pays du sud-est asiatique et de l’Afrique subsaharienne, le prix du maïs augmentera de 153% (60% si les températures restent stables).

  • L’intellectuel n’existe plus !

    intellectuel.jpg

    La fonction de l’intellectuel à changé. Il lui est de plus en plus difficile d’occuper un espace public.

    La société globalisée et les nouveaux media déplacent le penseur et l’oblige à réinventer son compromis politique et moral.

    La réalité s’est fragmentée, les canaux d’expression sont multiples et cet intellectuel qui avait vocation de convertir en conscience la société à disparu.