- Page 2

  • Identité et émigration : statut de la femme (3)

    L’identité sexuée elle-même est remise en cause par la migration, parfois en profondeur.

    Le statut de la femme est généralement différent entre le pays d’origine et le pays d’accueil, à commencer par son statut légal.

    Ce changement important et brutal du statut de la femme est souvent lourd de conséquences sur les relations conjugales des immigrés, et par contrecoup sur l’image que les hommes se font d’eux-mêmes, de leur « virilité ».

  • Identité et émigration : la famille (2)

    L’identité familiale peut être déstabilisée par :

    la rupture totale ou partielle des liens familiaux de l’émigré,

    la rupture des liens de « localisation », avec « la maison » ou « la terre », si déterminants dans nombre d’inscriptions généalogiques ou claniques traditionnelles,

    les remaniements des structures familiales, induits mécaniquement par l’isolement du noyau familial de l’immigré par rapport à ses larges inscriptions familiales traditionnelles,

    la pression des modèles familiaux du pays d’accueil sur les différents membres de la famille de l’immigré,

    le changement de significations du nombre d’enfants de la famille dans le nouvel environnement social,

    le nouveau statut des enfants, en particulier lorsqu’ils sont nés dans le pays d’accueil.

    L’identité sexuée elle-même est remise en cause par la migration, mais c’est le sujet d’un prochain billet.

  • Identité et émigration (1)

    A quelques jours de la séance plénière de la Constituante relative aux droits politique des étrangers, il me semble important de publier quelques billets sur le sentiment d’identité des migrants.

    Lire la suite

  • Logique économique vs logique environnementale

    A quelques jours de l’ouverture du somment de Copenhague, il est triste de constater que les prix des produits importés baissent pendant que ceux des produits indigènes augmentent !

    En rythme annuel, les prix des produits du pays ont augmenté de 0,7% et ceux des produits importés ont baissé de 1,8%. (source)

    Le chemin vers une économie respectueuse est encore long.

  • La Suisse est face à son destin, 1291: être ou ne pas être, 1941: être ou ne plus être, 2009…

    D’où venons-nous ? Où allons-nous ?

    La Suisse doit-elle résister à tout prix, s'adapter ou …

    Quelques éléments sont à découvrir avec la conception de Gonzague de Reynold de l'identité suisse tel qu'il la présenté en 1941.

    La Suisse est devant son destin par Gonzague de Reynold Publié aux  Editions de "L'écho illustré »

  • Coût du logement à Genève

    En 10 ans (1998-2007), la part du revenu que les locataires consacrent à leur logement à augmenté de plus de 12% à Genève.

    Il représentait en 2007, 26% du revenu disponible en moyenne, mais seulement 15 % pour les propriétaires de leur logement.

    Cette même part se monte à 34% pour les moins favorisé, et à seulement 15% pour les personnes ayant les revenus les plus élevés.

  • Dis papa ! C’est quoi un homme d’état ?

    La qualité d'homme d'état distingue parmi les responsables politiques ceux qui sont réputés avoir le courage de diriger l'état.

    Le courage de la sincérité et de la vérité, le courage de la constance et le courage de la morale.

    Lire la suite

  • La vérité ne se mesure pas au nombre des voix

    La question de savoir si la majorité a toujours raison, m’interpelle sur la norme de cette raison que l'on peut comprendre comme critère de vérité.

    Cependant, s'il apparaît que la majorité devrait avoir toujours raison dans le domaine politique au risque de conduire la société à sa propre destruction, la formulation du sujet m’invite justement, par la radicalité du « toujours », à m’interroger sur le fondement d'une telle affirmation.

    Dès lors s'il apparaît que la majorité doit être comprise comme ayant toujours raison en vue du maintien du pacte social, il faut bien remarquer de façon réaliste que celle-ci ne saurait avoir raison, mais ce serait la possibilité d'une démocratie qui serait alors remis en cause, il conviendra alors peut-être de chercher à trouver une solution pouvant éclairer ce problème et le résoudre.

    Et il suffit de jeter un regard sur l'histoire pour comprendre l'enjeu même de ce questionnement.

    Pour conclure ce billet, me revient en mémoire cette phrase de Jean-Jacques Rousseau: « si la volonté générale est toujours droite, malheureusement elle n'est pas toujours éclairée.»

     

     

  • Conseil Fédéral : qui doit démissionner ?

    A la suite du résultat de la consultation populaire relative à l’interdiction des minarets, et si la Suisse est une varie démocratie, au moins une tête doit tomber.

    Laquelle ?

  • Les Suisses ne sont pas racistes !

    Le résultat de l’initiative « anti-minarets » ne doit pas être considéré comme islamophobe.

    Le terme islamophobe est utilisépour caractériser un certain point de vue sur la religion musulmane, il est source de danger pour la communauté musulmane et finalement pour l'ensemble de la société.

    Certains islamistes brandissent l'islamophobie pour bannir toute critique de l'islam et ainsi de mettre leur religion à l'abri de la critique, s'appuyant notamment sur la lutte contre le blasphème.

    L’usage du terme « islamophobie » peut être problématique à l'encontre des personnes de religion musulmane, et par amalgame, aux résidents d'origine arabe et peut ouvrir la voie au pur et simple racisme.